Publicité

SWTOR – La bataille de Corellia

Retour au sommaire Histoire Galactique

 

Lorsque la paix de 12 ans signée avec le Traité de Coruscant a volé en éclat, la première offensive fut l'attaque de la prison républicaine de Belsavis par des impériaux voulant libérer les Maîtres d'Effroi. Mais il ne s'agissait que d'un raid, pas d'une tentative de conquête. Et comme le montre la poursuite de négociations sur la planète neutre de Voss, tout le système militaire des deux camps n'était pas encore entièrement engagé. Cela a changé quand l'Empire a pris pied sur Corellia, une planète-clé du Noyau Galactique et de la République. Les combats se sont limités à Coronet, la capitale et principale ville de la planète. Mais la bataille eut un très grand retentissement car elle impliqua nombre d'officiers de haut rang des deux côtés.

corellia_02
Est-ce les manigances de Dark Tormen qui ont décidé du choix de la cible ? Ou bien l'ambitieux Sith qui misait sur ce complot pour intégrer le Conseil Noir s'est-il basé sur des bruits de couloir que lui ont lancé ses supérieurs ? En tout cas, c'est lui qui a initié le premier mouvement. Il a contacté plusieurs membres influents du Conseil Corellien, le parlement qui dirige Corellia et leur a proposé différents avantages qu'ils auraient à rejoindre l'Empire. Ces conseillers se sont laissé corrompre, mais ils n'avaient pas le pouvoir de décider seul d'un tel changement d'allégeance. Qu'importe, Dark Tormen disposait d'un mercenaire mandalorien capable de convaincre les autres de se ranger à son point de vue. Et ce malgré l'intervention de l'Ordre des Jedi verts, qui perdirent plusieurs de leur leader en tentant vainement de l'arrêter. Un tel bouleversement ne pouvait qu'entraîner une intervention du Chancelier Suprême de la République, Dorian Janarus. Et le plan de l'ambitieux Sith fut d'en profiter pour le capturer et l'offrir au Conseil Noir. Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu. La prise fut plus dure que prévu, et ses supérieurs prirent la tête de l'opération. Dark Decimus de la Sphère de la Stratégie Militaire devint le responsable chargé d'écraser la résistance. Il disposait pour ça de forces parmi celles de Dark Acharon de la Sphère de la Science Biotique, de Dark Hadra de la Sphère de la Technologie, de Dark Baras de la Sphère des Délits Militaires (problème de traduction, il devrait s'agir d'Offensives Militaires) et de Dark Thanaton de la Sphère du Savoir Ancestral. Ajoutons aussi que Dark Vowrawn de la Sphère de la Production et de la Logistique était présent sur place pour mieux coordonner l'acheminement et la redistribution des ressources dont avait besoin cette grande armée.

dark_tormen_01

Dark Tormen

Le Conseil Corellien détenait peut-être le pouvoir politique, mais n'était pas très représentatif de la population de la planète qui repoussa en masse cette nouvelle allégeance. De nombreux foyers de résistance se formèrent. Et la République disposait déjà de troupes sur la planètes. Son principal point de rassemblement s'appelait le Bastion, un gigantesque bunker où devaient s'installer les stratèges ennemis. Un commando dirigé par le lieutenant Pierce contourna ses défenses et réussit à s'en emparer sans l'endommager. Il pouvait remplir la même fonction pour l'autre camp et le général Arkos Rakton, un des plus grands officiers de l'Empire (avec le Grand Moff et quelques ministres) s'y installa. Ce fut la seule victoire des opérations secrètes sur cette bataille. Le Conseil Noir avait décidé de dissoudre les Services Secrets juste avant, les jugeant trop instables à cause de leurs rapports avec l'ancien maître de cette Sphère. Ses agents de terrain furent reversés dans l'armée. Sauf que cela ne correspondait pas à leurs talents et à leur formation. Beaucoup se firent tuer inutilement, alors que d'autres désertaient de leurs postes pour achever d'anciennes missions confiées par leurs anciens supérieurs. Au rayon des difficultés internes, ajoutons que Dark Baras a tenté de faire assassiner Dark Vowrawn, conflit auquel la Furie de l'Empereur fut mêlé. Et Dark Thanaton se lança dans un Kaggath contre un de ses subordonnés inquisiteur. Ces conflits internes ont entrainé un grand gâchis de ressources. D'autres ont dû être sacrifiées pour écarter une menace transmise par les anciens des Services Secrets qui avaient déserté.

dark decimus 1

Dark Decimus

Heureusement, Dark Decimus disposait d'autres ressources pour lui permettre d'écraser les principaux foyers de résistance. Dont certaines lui avaient été attribuées directement par l'Empereur en personne, comme un bataillon de sa Garde personnelle dirigée par le général Hesker. Ses troupes mirent au pas plusieurs entreprises et corporations qui refusaient de coopérer. Les membres du Conseil Corellien corrompus permirent d'en inféoder d'autres à sa machine de guerre. D'autres servirent à jouer de la désinformation auprès des groupes adverses. La République se rassembla au Parc de l'Axe sous le commandement du maître Jedi zabrak Corin Tok, surnommé le Boucher des Sith. Mais il fut lui aussi éliminé. Dark Decimus planifia en personne l'élimination des Jedi verts repliés dans leur enclave et leur dernier chef Arfan Ramos. Le voilà maintenant maître de la majorité de la planète, qu'il pouvait déclarer officiellement territoire impérial. Seules quelques forteresses mises en place par le maître Jedi Syo Bakarn survivaient comme des îlots. Les troupes de Dark Baras le quittèrent alors, leur maître en ayant besoin pour d'autres projets. Une partie de celles de Dark Thanaton les imitèrent, le Kaggath de leur maître tournant à la catastrophe. Leurs adversaires les suivirent, avec l'intention de finir leurs conflits en cours. Elles devaient être remplacées par la flotte de l'amiral Harridax Kirill, surnommé le Loup du Néant. Un commandant peu apprécié car ses méthodes étaient peu conventionnelles, mais terriblement efficaces. Sauf qu'il ne vint pas. Il tentait d'unifier les plus grands groupes criminels de la galaxie sous sa bannière et celle de l'Empire pour les déployer sur Corellia, d'ailleurs il les recevait dans le système. Mais un Corsaire de la République, l'étoile montante du milieu des contrebandiers, lui disputa le commandement de cette flotte. Et c'est lui qui remporta cette bataille-là.

Corellian_surrender1

Dark Decimus pouvait tout de même toujours compter sur Dark Acharon et Dark Hadra, ainsi que les envoyés de l'Empereur et quelques surprises. Selon le plan, ça devait être suffisant. De plus, le gang des Coronas voyait dans ce chaos une occasion à saisir. Ils sévissaient principalement dans le quartier des chantiers navals, là où le général Aves de la République avait établi la tête de pont où débarquaient les renforts de son camp. C'est lui qui assumait le commandement de ces forces. Des généraux comme Elin Garza des Forces Spéciales ou Var Suthra de la section Recherches & Développement, membres haut placés du Haut-Commandement, devaient se référer à lui. Il rassembla autour de lui des groupes de résistants que l'Empire avait cru supprimés et décapitant leurs chefs : les Jedi Verts, les seloniens et surtout la CorSec (Sécurité Corellienne, la police planétaire) qui vint jouer le rôle de services de renseignements. A ceux-là s'ajoutaient l'Alliance du Rift, un groupe représentant plusieurs planètes pas toujours de la République souhaitant s'impliquer pour la sauver de l'Empire. Leurs troupes étaient dirigées par le Barsen'thor Jedi. Un des rares commandants de l'Ordre qui ne soit pas affecté au grand groupe de combat dirigé par le Héros de Tython.

general_aves_01

le général Aves

La stratégie impériale avait été de s'imposer au centre puis d'écraser les petits mouvements restants en périphérie. Pour reconquérir dans le sens inverse, le général Aves déploya ses troupes selon trois axes indépendants. Il s'agissait de neutraliser trois menaces, chacune à écarter pour pouvoir prétendre avoir vaincu l'Empire. La première était le Bastion, et ses centres stratégiques. Le général Rakton était un rival de longue date des Forces Spéciales, c'est aux troupes du général Garza et plus particulièrement l'Escouade du Chaos de se charger de celui-ci. La seconde était incarnée par les troupes envoyées directement par l'Empereur et dirigées par Tol Braga, un ancien membre du Conseil Jedi torturé et corrompu par le maître de l'Empire en personne. Le Héros de Tython avait affronté d'autres personnes comme lui, et toutes cherchaient la destruction avant la conquête. Ils voulaient détruire toute vie sur les planètes où ils étaient envoyés, alliés et eux-mêmes compris. Les membres du Conseil Noir sur place le savaient-ils ? Ceux-là sont les plus dangereux de tous. Le groupe de Jedi et les hommes du général Var Suthra furent affectés à cette tâche. Enfin, il y avait Dark Decimus et ses deux acolytes. Le général Aves se chargea d'eux avec les troupes restantes. Sauf que le Barsen'thor découvrit une mauvaise surprise au début des déploiements. Syo Bakarn, membre du Conseil Jedi et originaires de Corellia, souffrait d'une seconde personnalité. Et celle-ci était le Premier Fils, chef des Enfants de l'Empereur, des infiltrés Sith au sein des rangs républicains et Jedi. Ses hommes, dans ces forteresses qu'il avait organisé, n'attendaient que son signal pour changer d'allégeance. Or elles devaient servir de points de relais au cours de l'avancée. Sans elles, les troupes du général Aves allaient se retrouver piégées. L'Alliance du Rift se retrouva donc promue au rang de quatrième armée, envoyée en éclaireur pour libérer le passage.

corellia-image-conceptuelle-003
La contre-attaque républicaine aurait certainement rencontré plus de difficultés si le commandement impérial avait été réactif. Mais Dark Decimus, Dark Acharon et Dark Hadra étaient occupés ailleurs. Sur Korriban pour être plus précis, où se déroulait une réunion du Conseil Noir. Lors de celle-ci, Dark Baras fut tué par la Furie de l'Empereur. Et le Kaggath de Dark Thanaton et de son rival se termina avec l'inquisiteur montant sur le trône de la Sphère du Savoir Ancestral. Une réunion où se jouait le destin de l'Empire, donc. Où on ne pouvait pas les déranger. Lorsqu'ils désactivèrent leurs holo-projecteurs, ce fut pour découvrir que les troupes du général Aves avaient remonté le trajet jusqu'à faire le siège de la Législature, le bâtiment du Conseil Corellien où ils étaient installé. Ils avaient récupéré plusieurs entreprises en chemin, et même retourné certains conseillers en leur faveur. Dark Acharon fut tué alors qu'il défendait les boucliers interdisant l'accès au bâtiment. Dark Hadra escortait un groupe de conseillers quand les troupes du général Aves la submergèrent. Restait Dark Decimus, qui avait laissé les holo-communications ouvertes pour recevoir l'avant-garde républicaine. Sa défaite fut donc diffusée en direct sur de nombreux écrans de Coronet et de la planète. Ce fut si spectaculaire que la nouvelle Chancelière Suprême de la République put intervenir depuis Coruscant pour féliciter l'équipe d'assaut et ramener officiellement Corellia dans le giron républicain. La flotte de pirates volée au Loup du Néant acheva de mettre à genoux l'armée impériale.

harmon_torvix_01

Harmon Torvix

L'élimination des principaux chefs du contingent impérial et la capture de tous ses éléments de défense-clé démolit le moral des assaillants. La bataille était perdue, il fallait maintenant sauver ce qui pouvait encore l'être. L'évacuation fut confiée au général Adele Konya, mais elle ne devait pas avoir lieu sans un dernier coup d'éclat. L'Empire devait continuer à s'afficher comme une puissance dominante. A ceci s'ajoute Harmon Torvix, un des derniers membres du Conseil Corellien pro-impérial à être encore libre. Mais voilà qu'il dénonça son alliance et s'allia aux gangs des Coronas. Il s'empara des raffineries du Trou Noir, et voulut faire chanter les deux camps pour se refaire une situation. Mais ni la République ni l'Empire ne souhaita négocier. C'est donc dans ce secteur que se déroula les derniers combats de la bataille de Corellia. Mais personne ne croyait vraiment qu'ils étaient plus que de derniers soubresauts déjà gagnés. Le conflit s'était déjà déplacé vers d'autres planètes et secteurs. C'est donc l'esprit conquérant que la République entama ce nouveau conflit. Quant à l'Empire, ils devaient retrouver un nouveau moteur pour avancer.


Jeux du moment

>> Liste complète <<