Publicité

SWTOR – Mille vies pour un jedi

Retour au sommaire Histoire Galactique

Le choix d’une carrière n’est pas quelque chose que l’on fait à la légère. C’est quelque chose qui nous suit toute notre vie, sauf bouleversement particulier. Pourtant, il existe des individus qui se réinventent constamment, comme des caméléons. Il y a trois siècles, Atton "Jaq" Rand fut un vétéran des Guerres Mandaloriennes et de la Guerre Civile des Jedi. Mais il était aussi l’un des exemples les plus frappants de ce genre de vie. Il fut en effet dans l’ordre : soldat, agent secret, assassin, contrebandier et enfin chevalier Jedi. Très atypique, ce qu’il fut jusqu’à la fin de sa dernière profession. Il s’est efforcé d’être un Jedi différent, surtout de ceux qu’il critiquait sous ses précédentes incarnations.

Atton_Rand_2

Atton "Jaq" Rand est né sur Aldérande, un monde du Noyau Galactique. Les attaques mandaloriennes ne les menaçaient pas directement. Pourtant, il était déjà engagé au moment des premières batailles. Durant cette période de défaites, il développa comme ses camarades un sentiment de dégoût envers cette région galactique dont il était pourtant originaire, mais qui en faisait le minimum pour les soutenir dans leur combat. Les institutions de la République et l’Ordre Jedi pâtissaient de cette politique. Ces soldats virent Revan et ses Revanchistes comme des sauveurs. Et ce n’est pas pour rien que quand leur grand général devint Sith et se retourna contre son camp, la grande majorité d’entre eux le suivirent. Dont Atton.

Atton_Rand_3

Dans les forces de la République, Atton Rand était connu pour ses talents d’as du pilotage. Mais ce n’est pas ceux-ci qui intéressèrent les Sith de Dark Revan. Il possédait aussi un lien avec la Force, non repéré par les Jedi. Un potentiel à exploiter, mais pas comme manieur de sabre laser. Des groupes d’assassins étaient alors formés, développant plus des techniques d’espionnage que d’étude d’anciens artefacts. Ils devenaient plus discrets, plus létaux sans envoyer d’éclairs par leur doigts ou étrangler à distance avec la Force. Force qu’ils ignoraient posséder. Ils savaient juste qu’ils étaient envoyés capturer ou éliminer des Jedi. Atton était doué pour ça. Pire, il aimait ça. Un assassin sadique qui demandait toujours plus de sang. Jusqu’à ce qu’il tombe sur une proie différente. Ce maître Jedi chercha à créer un lien entre leurs deux esprits pour qu’il réalise ce qu’il était en train de devenir. Elle réussit, mais il la tua. Ce n’est que plus tard qu’il comprit. Il se fit peur, et il s’enfuit. Il passa le reste de la guerre dans les franges de la Bordure Extérieure, à se cacher de ses anciens alliés comme de ceux qui pourraient se venger. Mais surtout, il se cachait de lui-même.

Atton_Rand_4

Quelques années plus tard, le contrebandier qu’était devenu Atton Rand fut arrêté par la sécurité de la colonie minière de Peragus II. Enfermé dans un champ de force, il s’ennuyait à l’abandon quand la porte s’ouvrit pour laisser passer une femme en sous-vêtements. Il reconnut Meetra Surik, une ancienne Jedi qui avait servi comme général sous les ordres de Revan durant les Guerres Mandaloriennes puis avait disparu dans les Régions Inconnues sans participer à la Guerre Civile des Jedi. Une des rares jedi pour qui il éprouvait encore un certain respect. Ils découvrirent rapidement que tout le monde sur la station était mort, ne laissant que trois survivants. Traqués par des chasseurs de primes et par le Triumvirat Sith, dernière survivance de l’Empire de Dark Revan, ils s’allièrent et se préparèrent à affronter leurs adversaires.

Atton_Rand_5

Durant cette aventure, la confiance et l’affection qu’Atton ressentait envers Meetra Surik augmenta fortement. Lors d’une étape sur Nar Shaddaa, un monde qu’il connaissait bien en tant que contrebandier, cela se manifesta de deux manières. Tout d’abord, lorsqu’il proposa de lui-même de servir de leurre dans une cantina alors que sa camarade devait rejoindre une rencontre secrète. Ensuite, lorsque deux réfugiés twi’leks le mirent face à son passé, il lui avoua tout. Ce fut le point de départ vers sa formation dans sa nouvelle vie. Meetra Surik le transforma en Jedi sentinelle, destiné à protéger les innocents des menaces comme celles des assassins Sith. C’est ainsi qu’il survécut à la guerre contre le Triumvirat Sith.

Meetra_Surik_1

Meetra Surik

Le Haut Conseil Jedi avait désavoué Meetra Surik après les Guerres Mandaloriennes. Après la victoire de Malachor V contre le Triumvirat Sith, elle choisit de ne pas revenir et de repartir accomplir une mission spéciale dans les Régions Inconnues. Mais ses disciples intégrèrent l’Ordre, et devinrent tous des maîtres respectés. Certains siégèrent même au Conseil. Ils aidèrent tous à reconstruire après ces guerres dévastatrices pour les effectifs. Parmi eux, Atton Rand fut celui qui incarnait le visage le plus humain. Il restait toujours décontracté et irrévérencieux. Un contrebandier, un voyou, qui ne semblait pas considérer les règles comme indispensables. Mais aussi le plus proche des préoccupations du peuple qui dépendait d’eux. Un rôle indispensable pour guider la jeune génération, mais malheureusement bien trop peu souvent remplacé. Ce n’est pas pour rien que dans la collection des tenues de héros de cette époque, on retrouver au Marché du Cartel celle qu’il arborait en tant que contrebandier.

attonrand

Il faut aussi noter qu’Atton Rand avait trouvé une utilisation pratique d’un des talents de la formation que les Sith lui ont prodigué. En faisant des listes, en maintenant son esprit occupé en permanence, il réussissait à brouiller ses ondes cérébrales afin que d’autres utilisateurs de la Force ne puissent pas lire ses pensées et ses intentions. Notamment alors qu’il comptait frapper. Pour s’entraîner, pour se préparer mais aussi pour se cacher, il prit l’habitude de faire des parties de pazaak dans sa tête. Ce qui le transforma en un grand joueur. Et aussi en bluffeur hors pair lorsque la situation l’exigeait.


Jeux du moment

>> Liste complète <<