Publicité

Super Bomberman R – Quand notre cœur fait boum.

Switch en main depuis le jour de sa sortie avec le génialissime Zelda : Breath of the Wild, j’ai réussi à le quitter quelques heures pour tester Super Bomberman R. Edité par Konami et développé par Konami et HexaDrive, ce jeu nous fait (re) découvrir notre poseur de bombe préféré dans un jeu qui file des boutons à tous les fans du célèbre démineur de Windows !

 

L'histoire

Le jeu nous propose un petit mode histoire. Bien qu’il ne marque pas, ne casse pas trois pattes à un canard et qu’il ne brille pas par son originalité, il y a beaucoup d’humour et la mise en scène est très « légère » !

Le mode histoire nous permet de découvrir plusieurs mondes, au nombre de 5, dans lesquels on devra traverser 8 niveaux avec un boss à la fin. Chacun de ces niveaux possède des objectifs bien précis pour être résolus. Tuer tous les monstres, marcher sur des interrupteurs pour débloquer la sortie, etc. Les premiers niveaux sont classiques, mais très vite on se retrouve avec des niveaux à plusieurs étages et s’étalant sur plusieurs aires de jeu.

 

Le gameplay

Le gameplay de base de Bomberman ne change absolument pas. Se déplacer, poser une bombe et éviter de s’en manger une dans la tronche. Les petits plus tels que le coup de pied pour envoyer la bombe au loin ou bien l’envoyer par dessus un obstacle sont évidemment toujours de la partie. Il n’y a donc rien de bien nouveau dans cet opus concernant le gameplay. Si vous avez déjà joué à un Bomberman, vous ne serez pas dépaysé !

Le jeu propose plusieurs types de parties :

Le mode bataille

Ce mode permet de jouer à Bomberman de manière classique avec d’autres joueurs. Vous pouvez jouer en ligne, en local sur une seule console ou bien en local avec plusieurs consoles, au choix. Le jeu peut facilement se jouer à 2 joueurs avec une seule paire de joy-con et il est même possible de jouer jusqu’à 8 joueurs sur une seule console.

 

Le mode histoire

Il n’y a pas grand-chose à dire de plus que ce que j’ai déjà écrit dans la partie histoire plus haut. Il est à noter que le mode histoire est d’ailleurs jouable à deux ! Toutefois, il y a un petit détail trèèèèès désagréable et frustrant (le gros point noir du jeu à mon avis) présent uniquement dans le mode histoire : la caméra.

En effet, ici, le jeu ne propose pas une caméra « vue du dessus », comme c’est le cas habituellement (ainsi que dans les autres modes de jeu), mais une caméra positionnée de biais par rapport au plateau. J’ignore pourquoi il y a eu un tel choix, mais cela rend le jeu en mode histoire extrêmement pénible, car il est très difficile de se déplacer facilement. On a également beaucoup de mal à évaluer les distances, les effets de hauteur ou même de profondeur dans certains cas (si la case au-dessus de nous est au-dessus ou bien en dessous. Si le mur fait 1 ou 2 cases d’épaisseur, etc.), et j’en passe. Cette vue peut également bloquer le déplacement, on pense être bien placé pour poser une bombe sur une case, mais en fait, on n’est pas dessus et on se retrouve à poser la bombe à côté, au risque de nous bloquer. Ou encore, vouloir passer derrière un décor alors qu’en fait, notre personnage n’est pas assez avancé pour pouvoir tourner, etc.

Sur les premiers niveaux, cela se passe sans souci, mais dès lors qu’un niveau devient plus complexe dans sa conception, avec des plateformes que l’on peut faire descendre, etc. c’est une véritable horreur à jouer et on passe plus de temps à mourir à cause d’une erreur induite à cause de la caméra que par les ennemis.

Fort heureusement, dans les autres modes de jeu, la caméra est classique et c’est agréable à jouer !

 

Le reste du jeu

Durant vos parties, vous pouvez gagner des pièces. Ces dernières peuvent servir à deux choses :

  • Acheter des objets « décoratifs » pour vos personnages.
  • Acheter de nouveaux stages.

Les prix varient de quelques centaines de pièces à plusieurs milliers. De plus, il vous faudra acheter 8 fois un exemplaire afin de celui-ci soit disponible pour les 8 personnages du jeu. Autant dire qu’il faudra jouer énormément pour tout débloquer !

 

Conclusion

Bomberman R est un grand classique, comme ses prédécesseurs. Toutefois je trouve son prix assez élevé pour ce qu’il propose. De plus, cette très mauvaise idée d’avoir changé la caméra pour le mode histoire n’arrange pas le chose, rendant ce mode très frustrant à jouer. On est d’ailleurs en droit de se demander pourquoi ils ont décidé de changer la caméra dans ce mode alors qu’elle reste classique dans tout le reste du jeu ? Une petite option pour choisir entre caméra "bizarre" et caméra "classique" aurait été judicieuse.

Le jeu montre toute sa force en mode multijoueur, qui donne d’excellentes parties quand on joue avec ses ami(e)s ou sa famille (c’est ça d’être dans une famille de joueurs, héhé !).

Le jeu est disponible en version physique et dématérialisée au prix de 49,99 €

  • Le mode coopération pour le mode histoire.
  • L’humour du jeu. On aime ou on n’aime pas, ça dépend des gens.
  • Possibilité d’y jouer jusqu’à 8 sur une seule et même console.
  • Jeu compatible avec toutes les configurations de joy-con et manettes.
  • La caméra horrible du mode histoire
  • L’humour du jeu. On aime ou on n’aime pas, ça dépend des gens.
  • Aucune nouveauté par rapport aux anciens opus.

Jeux du moment

>> Liste complète <<