Publicité

Rogue Islands – Des racines et des cubes

Sorti le 12 septembre dernier, Rogue Islands se présente comme un jeu de tir à la première personne façon rogue-like. Combinant survie et exploration, vous serez amené à évoluer sur des îles fantaisistes voxelisées.

Ces dernières se trouvent sur la planète Vitalor ; un réseau d'arbres géants les relie ensemble mais se voit corrompu par une horde de démons. Vous incarnerez le gnome Motwort qui aura pour tâche de sauver les Rogue Islands en restaurant les racines salvatrices.

Pour cela, il vous faudra visiter une dizaine d'îles et y défaire 4 boss jusqu'à la confrontation ultime avec le Lord of Torment. Entre temps, des quêtes vous seront confiées et devront être menées à bien afin de progresser. Les parcelles de terre sont générées de manière procédurale et fourmillent d'ennemis en tout genre : squelettes, piranhas, araignées... Muni de votre bâton de sorcier, ce die and retry (signifiant littéralement « mourir et réessayer ») vous promet de longues heures plutôt salées !

 

Ne jamais s'apitoyer sur son sort. Quoique...

Le gameplay est simple mais ardu quant à sa pleine maîtrise. Heureusement, vous êtes peut-être un gnome mais un gnome druide ! À ce titre, vous disposez de pouvoirs spéciaux qui utiliseront différentes sources récoltables dans votre environnement. Les sorts dits "bruts" nécessiteront de la mana, les sorts de terre, de l'adamant et les sorts de feu, de la flamestone. Pour ces deux derniers types, il vous faudra au préalable trouver des baguettes élémentaires. Pour la terre, vous aurez besoin de la vital twig (« branche vitale ») et pour le feu, de la charred switch (« baguette carbonisée »).

Vous aurez besoin de diamants, émeraudes et rubis pour débloquer des sorts supplémentaires.

L'écran de jeu se veut on ne peut plus basique : en bas à gauche se trouvent les indices de quête et les objets collectés petit à petit. En bas à droite, les effets passifs (affamé, empoisonné, etc), l'état de votre estomac, vos points de vie et trois jauges, ces dernières correspondant aux trois baguettes dont vous pourrez vous servir.

Lors de combats, vous devrez éviter les orbes projetées tout en lançant les vôtres. Attention, chaque ennemi a sa stratégie.

Dès le début de votre partie, vous aurez le choix entre trois niveaux de difficulté :

  • Exploration : vous subirez moins de dégâts et fabriquerez plus facilement des cauchemars.
  • Cauchemar : la fabrication de cauchemars y sera plus compliquée.
  • Mort permanente : vous n'aurez pas le droit d'utiliser de cauchemars et votre mort sera définitive. En d'autres termes, mourir vous obligera à tout recommencer depuis le début.

Il est à noter que les cauchemars sont des "objets" utilisés automatiquement lorsque vous mourrez. Ils agissent comme des chances qui empêchent une mort définitive (en faisant croire que tout ceci n'était qu'un mauvais rêve). Si vous ne possédez pas de cauchemar, votre mort aura pour conséquence l'effacement de votre sauvegarde. La prudence est donc de mise ! Pour aller d'île en île, votre navire aura besoin de carburant. Ce carburant peut être fabriqué à partir de bitume et de poussière d'esprit directement dans votre inventaire.

 

Survivre en milieu hostile

Rester en vie est votre principale priorité. Quand la faim vous tenaille, il vous faut dénicher rapidement de quoi vous sustenter : noisettes, carottes, citrouilles... soyez attentif. Le cycle jour/nuit est également un élément central, les créatures nocturnes étant bien plus coriaces que les créatures diurnes ! En effet, passé minuit, des fantômes dits mortels viendront s'occuper de vous. Pour s'en protéger, réfugiez-vous dans la cale de votre bateau ou tentez de dégoter une cachette sécurisante.

 

Si vous le pouvez, brûlez les ronces sur votre passage. Votre jauge de vie vous en saura gré !

Si vous souhaitez regagner des points de vie, vous devrez soit manger, soit récupérer des orbes rouges sur les dépouilles d'ennemis vaillamment combattus. D'ailleurs, votre gnome se trouve être bien frêle ! Un combat peut vite jouer en votre défaveur, et les ronces ne manquent pas en Vitalor...

 

Rogue Islands en quelques points...

  • Monde complètement destructible.
  • Grande rejouabilité (îles générées procéduralement, niveaux de difficulté, plusieurs chemins empruntables).
  • Différents sorts et compétences pouvant être débloqués et améliorés.
  • Les fonds récoltés bénéficieront aux enfants handicapés et à mobilité réduite.
  • Prise en main compliquée, qui demande beaucoup de patience.
  • Faim qui survient trop rapidement.
  • Carte sans réels repères (aucun point signifiant la présence du bateau, par exemple).

Les amateurs de challenge sauront lui faire une place dans leur bibliothèque. Car sous ses airs de simplicité, Rogue Islands nécessite patience et volonté tant ses débuts se révèlent difficiles. Néanmoins, une fois les premiers pas franchis, vous aurez tout le loisir de vous adonner à cette expérience pas si minecraftienne que ça...

Développé par le studio Big Fat Alien, Rogue Islands est disponible uniquement en anglais sur PC (Steam) et Mac au prix de 19,99€.


Jeux du moment

>> Liste complète <<