Publicité

The Incredible Adventures of Van Helsing – Le Hack ‘n’ slash débarque sur PS4

Sorti sur PC en 2013, The Incredible Adventures of Van Helsing est un hack 'n' slash que nous avions déjà testé, vous pouvez d'ailleurs retrouver le test d'Aayla ici et il avait été plus que convaincu. A l'occasion de sa sortie sur console PS4, j'ai eu à mon tour l'opportunité de le tester. Cette version comprenant l'intégralité des DLC, prend également avantage de la manette DualShock 4, propose un trophée Platinum et profite de nouveaux sons et effets spéciaux. A noter que pour les possesseurs de PlayStation 4 Pro, le jeu tourne en 4K native.

Après l'installation, toute débute par la création du personnage. Trois classes sont proposées : chasseur, thaumaturge et mécarcaniste. Aimant généralement faire des gros guerriers combattant à l'épée, j'opte pour un chasseur, a priori le meilleur compromis.

La cinématique d'introduction me présente l'histoire : je suis un Chasseur, m'occupant de créatures surnaturelles en compagnie d'une amie fantôme, liée à ma famille lorsque mon père l'a sauvée. Je me trouve en route vers Borgova suite à un appel de détresse adressé à mon père, retraité maintenant et donc incapable d'aider. Le voyage a été long, et a priori riche en événements variés (pirates, kraken, fantômes...) mais rien de surprenant pour mon héros. Après un long trajet en mer, nous sommes presque arrivés à cette ville très spéciale que mon père a autrefois libéré de l'oppression des Rois Vampires (à noter qu'accessoirement Lady Katarina vient également de Borgovie). Ma calèche s'approche donc... quand tout commence à mal se passer !

Le tutoriel débute et m'explique comment me déplacer et attaquer. Plutôt que de rentrer dans un long et ennuyeux discours sur les commandes, je vous livre le résumé tel qu'expliqué en jeu :

 

Après quelques brefs combats, je débarque à Markovna.

Ce petit village est un havre de paix au milieu de la nature cruelle et maléfique depuis si longtemps que les habitants admettent eux-mêmes que ce n'est pas naturel. Une explication pourrait être que Saint-Boris bénit Markovna avec une telle ferveur lors de l'Âge des Ténèbres que la bénédiction dure encore.

 

Les habitants sont bien embêtés car leur Maire a disparu dans la forêt et leur alchimiste est sous l'emprise d'un sort gênant. Ils sont donc bien contents de voir arriver le héros que je suis et me voilà donc investie de diverses quêtes. Comme le Maire est sans doute le seul à pouvoir m'expliquer comment continuer la route, je n'ai en même temps pas bien le choix.

 

Les combats sont dynamiques, basés sur l'utilisation de plusieurs armes (je peux passer rapidement du pistolet à distance à l'épée de contact), ayant pour chacune deux capacités générales. En complément, je possède des sorts (j'ai seulement un sort de soin) et des objets à activer (comme des potions). Les ennemis sont parfois très nombreux, rendant la survie peu aisée. Mais globalement, ayant lancé la partie en mode "Loisir", je ne rencontre pas de grande difficulté. De toute façon, lorsque je meurs, je peux réapparaître contre de l'argent directement sur place, ce qui est plutôt pratique (cela coûte moins cher de réapparaître au point de sauvegarde le plus proche, c'est totalement gratuit dans le cas où je réapparais au village).

 

Mon aventure se continue comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessus. J'ai exploré diverses zones et aidé de nombreuses personnes. Des choix sont à faire parfois, qui ne seront pas sans conséquences. J'ai par exemple choisi de laisser la vie à un loup-garou et ses compagnons me sont venus en aide par la suite ! Je présume que si ma solution avait été plus expéditive, ils n'auraient pas été si amicaux.

Le personnage, et mon compagnon, gagnent de l'expérience en tuant des monstres et en accomplissant des quêtes. Ces niveaux donnent des points d'expérience qui débloquent des pouvoirs et des capacités. En complément, grâce à la notoriété gagnée, je débloque des traits passifs comme une augmentation de la taille de mon inventaire ou plus de rage accumulée... Ces traits sont définitifs et il faut donc les choisir avec soin.

Il y a bien entendu une gestion de l'équipement, un peu plus complète pour mon personnage que pour Lady Katarina (qui ne peut porter que certains éléments). Tout ce que je trouve arrive avec une rareté, des statistiques, des passifs... Les objets peuvent être enchantés et améliorés en infusant des essences alchimiques (même si je n'ai pas trop pris le temps de me pencher sur le système, n'ayant pas eu besoin à mon niveau d'optimiser mon équipement outre mesure pour avancer).

Tous ces objets se trouvent en butin sur les monstres, cachés dans le monde sur des corps ou dans des coffres, ou encore auprès de marchands. Il m'est  également arrivé de croiser des PNJs errants me proposant d'acheter (ou de m'acheter) des objet. Enfin, de nouveaux objets magiques sont à créer en combinant trois objets ensembles.

La navigation entre les lieux de quête se fait aisément grâce à un téléporteur (très similaire à ce que l'on trouve sur Diablo par exemple), ou un puits, donnant accès à l'Encre, l'essence de la création du monde.

Je n'ai pas encore terminé le jeu, il m'est donc difficile de vous annoncer une durée de jeu exacte, mais je présume que la quinzaine d'heures annoncée par Aayla est toujours d'actualité. Cela m'a pris environ trois heures pour finir la première zone et m'enfoncer dans les ténébreuses mines d'orichalques qui vont me mener, normalement, jusqu'à Borgova. Si tout se passe bien cette fois ! A noter qu'il existe en complément différentes autres activités, l'histoire en elle-même pouvant déjà être jouée en coopération avec deux autres joueurs. Un mini-jeu de tower defense est proposé plus loin dans l'aventure et un mode Battle Royale oppose les joueurs en JcJ.

Je vous livre en complément quelques captures d'écran venues du site officiel, provenant par contre de la version Xbox One (mais en tout similaire à celle que j'ai testé excepté les raccourcis). Cela vous donnera un aperçu complémentaire des paysages que vous pourrez découvrir en jeu (et l'interface avec une autre classe) :

Et une petite vidéo d'une mission.

Soyons clair, The Incredible Adventures of Van Helsing ne révolutionne pas le genre. Les combats, le fonctionnement, le mode de déplacement, et même l'ambiance, y compris dans les musiques, me font clairement penser à un Diablo. Tout est bien fait, il n'y a aucun souci de ce côté, je n'ai eu qu'un peu de mal à comprendre le fonctionnement de l'inventaire, tout le reste est intuitif et aisé à prendre en main. L'histoire est bien menée et se retrouver catapulter dans un monde rempli de légendes, de monstres, de vampires et d'autres créatures des ténèbres me plait toujours autant. Ne vous attendez cependant pas à être vraiment étonné, mais après, ne dit-on pas que ce sont dans les vieux pots que sont faits les meilleurs plats ? Et, franchement, pour le prix, si vous recherchez un bon défouloir pour votre console PS4 en cette fin d'hiver, alors vous devriez clairement l'envisager. D'autant plus si les options multijoueurs vous intéressent (Battle Royale et jeu en coopération de l'histoire), offrant une jouabilité étendue.

PlayStation Store


Jeux du moment

>> Liste complète <<