Publicité

SWTOR – Les épées de lumière

Avant même que l'Ordre Jedi ne se tourne exclusivement vers le côté Lumineux, leurs prédécesseurs se battaient déjà à l'arme blanche. C'était une tradition déjà bien implantée, alors que les blasters étaient déjà répandus dans les régions de la galaxie environnantes.

Puis les rakatas sont arrivés, équipés de sabres-Forces. Des armes qui apparaissaient sous forme de manche. Mais lorsqu'on les activait en utilisant le côté Obscur, une lame d'énergie capable de tout trancher apparaissait. Les artisans de Tython tentèrent de la copier, mais connaissaient un décalage technologique et philosophique. Finalement, ils réussirent à produire quelque chose d'assez proche, aux effets similaires mais non affilié à un côté de la Force et qu'un simple interrupteur peut activer. Les sabres lasers étaient nés.

Rapidement allaient se développer de nouveaux styles de combat pour l'exploiter, ainsi que de nouvelles défenses pour les contrer. Cette nouvelle arme devint très rapidement un signe distinctif des Jedi. Et comme les Sith tel qu'on les définit sont nés de la rencontre de deux groupes dont des renégats Jedi, ils en ont ainsi hérité.

sabreforce1

sabre-Force rakata

Pour les Jedi, il y a un lien entre une arme et celui qui la manie. C'est pourquoi chaque padawan doit construire le sien. Cette fabrication artisanale implique que chaque exemplaire est unique. Par extension, chaque fabriquant ajoute des modifications qui lui conviennent et en retire d'autres qui lui paraissent inutiles. Au final, les pièces indispensables se limitent à cinq : manche, système d'activation, lentille, cellule d'alimentation et cristal. Certains ajoutent des éléments de régulations ou de stabilisation supplémentaires, mais ne sont pas toujours plus utiles que des décorations.

Le manche sert de carapace pour la poignée. Le système d'activation permet de déclencher ou de rétracter la lame. La lentille est le projecteur qui va en déterminer la forme. La cellule d'alimentation est la source d'énergie qui fait marcher l'ensemble. Enfin, le cristal détermine la couleur qu'aura ce sabre laser (la couleur du halo qui entoure le cœur blanc, pour être précis). Attention, ceci est une explication simplifiée. La fabrication de cette arme est très délicate, et ceux qui s'y risquent le pratiquent en état de transe de Force. Certains éléments fonctionnent donc ensemble pour obtenir le résultat final (lentille et cristal pour ne pas les nommer). Sans parler des ajouts de certains artisans qui modifient ce processus.

sabrelaser1

La plupart des éléments qui composent un sabre laser sont faciles d'accès. Même une poignée de speeder peut faire l'affaire comme manche. Mais ça n'a pas toujours été le cas. Avant que l'on découvre la pile à datium pour trouver une source d'énergie suffisante, et des supra-conducteurs capables de mieux l'acheminer (réduisant la quantité demandée), les Jedi devaient porter un générateur sur eux relié à un câble jusqu'à leur arme. On appelle ça un protosabre. Peu pratique pour certains mouvements de duel, n'est-ce pas ? Heureusement, c'est beaucoup plus simple aujourd'hui. La partie la plus délicate est le cristal, qui en plus de posséder certaines propriétés détectables uniquement par des utilisateurs de la Force, se doit d'être sans défaut. L'idéal serait un cristal adenga, que l'on trouve dans des mines comme sur Ilum. Des cristaux que l'on peut synthétiser, mais qui seront alors de moins bonne qualité. Quelques autres peuvent aussi faire l'affaire, mais seul un Jedi ou un Sith peut déterminer si c'est le cas. Un sabre laser peut accueillir jusqu'à trois cristaux : un principal pour la couleur (indispensable), et deux autres pour affiner, renforcer la lame ou pour en modifier la taille. Ce cas de figure est visible car la lame sera altérée. Plusieurs possibilité sont à envisager, comme un cœur différent.

sabrelaser2

duel au protosabre

En plus du protosabre, il existe plusieurs variantes du sabre laser. La plus connue est le sabre à double lame, qu'il s'agisse de deux sabres soudés ensemble ou d'un dispositif qui gère le tout par un seul système d'activation. La pique laser nécessite un même style de mouvement mais le manche est beaucoup plus long, comme un bâton. Le shoto est un sabre laser plus classique, si ce n'est qu'il n'est pas plus long qu'un avant-bras. Réservé aux utilisateurs de petite taille ou alors en main gauche pour détourner les attaques adverses. Le shoto de garde (ou tonfa laser) a un manche en T qui le rend plus performant mais beaucoup de maitres d'armes Jedi désapprouvent son utilisation. Le grand sabre laser est juste un sabre géant, pour utilisateur au gabarit démesuré. Le sabre au manche incurvé oblige de mieux répartir son poids afin d'attaquer dans des angles plus inattendus. Le sabre double-phase a la possibilité de voir sa longueur se modifier en appuyant sur un des boutons du manche. Le fouet laser est l'une des armes les plus imprévisibles et les plus difficiles à manier, avec sa lame molle mais toujours aussi tranchante. Et d'autres encore imaginées par certains fabricants et non référencés pour le moment.

sabrelaser3

Pour les Jedi, un sabre laser est une extension de celui qui l'a forgé. C'est très important pour eux, et ils s'entourent de plusieurs rituels. Par exemple lors de la fabrication de l'arme. Ou même pour le choix du cristal. Il y en a même un quand deux membres de l'Ordre se jurent amitié en échangeant leurs créations respectives. Pour les Sith, un sabre laser est comme la Force : un simple outil. D'ailleurs, eux n'ont aucun ami. La seule affection qu'ils puissent avoir envers leur arme, c'est celle que l'on a envers sa signature. Et au final, que ce soit pour un camp ou un autre, c'est bien comme ça que l'on qualifierait cet élément que l'on fabrique soi-même.


Jeux du moment

>> Liste complète <<