Publicité

Nimbatus – The Space Drone Constructor – Le Mecano de l’espace

Développé par Stray Fawn Studio, un studio basé en Suisse à Zurich, Nimbatus est disponible depuis le 14 mai 2020 sur Steam et Humble Bundle, suivant une phase d'accès anticipé qui avait débuté le 3 octobre 2018, après avoir été financé via une campagne Kickstarter réussie fin 2017. Petite histoire que j'ai trouvé amusante dans le communiqué de presse : quand le créateur original, Micha Stettler, a commencé à travailler sur Nimbatus, le jeu était une expérience 3D avec une vue à la première personne, bien loin du résultat final en 2D à défilement horizontal. Jugez plutôt :

Après deux 4X fourmillant de détails (Old World et Pax Nova), histoire de m'aérer un peu les neurones, je me suis dit : "Pourquoi ne pas accepter cette clé pour ce jeu de construction de drones ? Ça a l'air simple et amusant." Mal m'en a pris car, même si c'est amusant,  c'est tout sauf simple ! Le jeu nous catapulte aux commandes du Nimbatus, un vaisseau spatial perdu au milieu de nulle part et pourchassé par la vilaine Corporation qui nous a en plus volé notre Hyperdrive. Incarnant l'un des six profils de capitaine (poids lourd, pilote, mineur, chercheur, ingénieur et programmeur), chacun apportant des bonus et des pièces de drones différents, il va falloir revenir dans les secteurs connus en rassemblant des renseignements. Comme les planètes sont trop dangereuses, c'est là qu'interviennent les drones, les seuls appareils capables d'aller au sol. Voilà pour le pitch rapide du mode solo, une histoire sympathique, sans être exceptionnelle, introduite par des écrans majoritairement textuels et une musique appropriée. Vous noterez au passage que le jeu est intégralement traduit en français !

La Corporation est le grand méchant de la campagne et chaque lancement de drone attire son attention, augmentant de quelques pour-cents la menace. J'ai également croisé de vilains pirates qui ont essayé de me faire chanter pour qu'ils ne révèlent pas ma position. Ayant refusé, il s'est révélé qu'ils ne bluffaient pas et la jauge de menace a bondi d'un coup. Pour survivre en cas de rencontre fortuite, il est important que la coque du Nimbatus reste intacte car, si le vaisseau est détruit, c'est la fin. Il y a fort heureusement des garages où, contre un peu de cristaux rouges, de gentils techniciens sont capables de réparer le Nimbatus, ainsi que de lui ajouter diverses améliorations.

Les planètes sont à chaque fois uniques et entièrement destructibles, pour les rendre encore plus uniques ! Les objectifs sont par contre un peu répétitifs, en tout cas pour les premiers niveaux que j'ai pu tester, amenant à détruire des trucs ou à retrouver des trucs (mais qui sont dans des conteneurs à détruire quand même).

Je dois l'avouer, le mode solo n'est pas ce qui m'a le plus passionnée. Étant une constructrice de drone passable, mes appareils n'étaient pas assez maniables pour compenser mon inexpérience en tant que pilote. Du coup, j'ai rapidement galéré, enchaînant les essais foireux, ce qui me coûtait à chaque fois des cristaux jaunes et augmentait la menace auprès de la Corporation. Autant dire que les méchants n'ont pas tardé à me tomber dessus pour ma plus grande frustration.

Heureusement, deux autres modes sont disponibles : multijoueur et sandbox (+ le tutoriel par lequel je suis d'ailleurs passée en premier). Le multijoueur propose de petits défis asynchrones, basés sur cinq règles : course contre la montre, sumo, bras de fer, course et capture. Le sandbox est totalement libre, avec des terrains d'entraînement, une piste de course et une grille infinie.

Là, j'ai pu prendre la mesure de toute la puissance de l'outil de création de drones. Car, après tout, c'est ce que m'avait vendu le titre du jeu, non ? Et pas des niveaux où il faut être un drone-ninja de l'espace. Nimbatus intègre plus de 75 éléments, à combiner sur une grille 2D des plus pratique. Tous les raccourcis sont affichés à l'écran sur la droite et la prise en main est immédiate. J'ai rarement vu un outil de création aussi bien conçu, même s'il faut dire que la vue 2D facilite grandement le travail.

La base consiste à poser des propulseurs et des réservoirs à carburant car, sans ça, le drone n'ira pas loin. L'activation de chaque propulseur se relie à une touche, en sachant que rien n'empêche d'assigner la même touche à plusieurs propulseurs, tant que cela reste cohérent. Le drone de droite qui ressemble à l'Enterprise n'est pas correct, car il ne pourra aller que tout droit. Par contre, celui de gauche a des propulseurs dans tous les sens, ce qui lui offrira la liberté des quatre directions.

Presque tous les éléments écoutent des touches ou au contraire en activent, le réservoir a par exemple deux appels : si le réservoir est plein ou si le réservoir est vide. Un autre élément pourra écouter l'une de ces touches et ainsi par exemple déclencher l'éjection du réservoir pour gagner du poids lorsqu'il est vide.

Car même s'il est déjà possible de faire des choses impressionnantes avec des drones manuels, elles deviennent vraiment étonnantes avec les automatiques. Le tutoriel aborde plusieurs outils très utiles pour ça. Le premier est un rayon de détection qui se couple au déclenchement d'une arme.

Les deux autres sont utilisés pour poursuivre une cible, présentés dans le cadre des courses, avec ici comme objectif de suivre un point de passage (sorte de petite étincelle qui montre le chemin devant le drone). Les propulseurs ADAV se tournent automatiquement vers la cible. Ils sont très efficaces, amenant le drone à voler droit, même s'il manque de réactivité, l'amenant à ne pas tourner immédiatement. Le capteur de direction ajuste à chaque tic la direction sur un principe gauche/droite. Du coup, le drone ne vole pas droit mais fait de petites courbes. Même s'il est moins rapide, cela a l'avantage de le faire suivre au mieux l'étincelle et de lui permettre de négocier des courbes serrées.

Il y a également des portes logiques, plusieurs styles de réacteurs, des blocs pour créer des formes, des tas d'armes (lasers, mines, scie, foreuse, TNT), des détecteurs (température, altimètre, position, vitesse, proximité...). Sans surprise, il y a des créations de fou, le jeu supportant Steam Workshop et le téléchargement des créations de la communauté directement depuis l'outil. Par contre, bien sûr, les défis multijoueurs ne peuvent être tentés avec un drone téléchargé du Steam Workshop. Ce ne serait pas très juste sinon !

 

Conclusion

Loin d'être uniquement un outil de construction de drone, Nimbatus intègre un contenu tout à fait intéressant, mais qui demande un certain investissement, le jeu solo étant bien moins simple qu'il n' y paraît et les joueurs de la communauté ayant déjà accompli des scores difficiles à battre. Mais si vous êtes du genre à toujours ressortir vos briques LEGO Technic ou votre Mécano, alors Nimbatus saura satisfaire ce besoin de bricolage qui sommeille en vous. Un jeu qui est, en plus, proposé à un prix tout à fait acceptable pour une durée de vie qui n'aura de limite que celle de votre imagination d'ingénieur.


Jeux du moment

>> Liste complète <<