Publicité

Comic-Con – Interview sur les figurines Hasbro

Présents pour la première fois cette année en Europe à la Comic-Con de Paris, des membres de Hasbro nous ont proposé de les rencontrer pour découvrir les figurines présentées cette année. Nous avons donc eu l'occasion d'être présent lors de leur panel d'annonce de figurines et nous avons pu interviewer trois membres de leur équipe pour en savoir plus sur leur métier et le processus de fabrication des figurines.

Interview

Bonjour, pouvez-vous vous présenter et nous expliquer ce qui vous a menés à travailler pour Hasbro à la conception de figurine ?

Patrick Schneider : Bonjour, je suis Patrick Schneider. Je travaille pour Hasbro depuis 3 ans et suis GBD Star Wars (General Brand Manager - chef de marque), j'avais postulé pour un travail dans la section gaming, ils m'ont appelé et m'ont dit que le poste était déjà occupé mais qu'ils avaient une offre d'entrée dans la section star wars et comme cela me plaisait bien j'y suis allé. Voilà comment j'ai commencé.

Ryan Thing : Bonjour, je suis Ryan Thing et je suis GBD chez Marvel Legends. J'ai commencé en 2013 chez Hasbro sur le jeu Monopoly, puis je suis passé à Marvel. Ça me plait énormément car je suis un grand lecteur de comics et collectionneur de jouets.

Ran Sun : Bonjour, je suis Ran Sun et je suis GBD pour la marque Transformers. J'ai aussi commencé à travailler pour Hasbro il y a trois ans dans sa section jeu. Tu sais, j'ai grandi au Japon et en Asie, donc quand on m'a proposé de travailler pour Transformers et de créer des jouets, parce que nous étions en étroite collaboration avec une entreprise japonaise de voiture, j'ai dit oui. Voilà comment je me suis mise à ce travail et je suis vraiment ravie de continuer à le faire depuis plus d'un an et demi.

 

Venons- en plus précisément à votre travail. Comment se déroule le processus de la conception à la fabrication et commercialisation d'une figurine ?

Ryan Thing : Nous commençons par travailler en collaboration étroite avec nos licences, comme vous le savez déjà Disney et Marvel. Nous déterminons assez rapidement avec eux une ligne de direction, à voir quel personnage faire : si c'est un personnage de bande dessinée, une figurine pour soutenir un film, ... Lorsque le choix est fait et que nous pensons savoir quel est le meilleur personnage à élaborer, nous travaillons avec eux pour obtenir des références comme des modèles 3D, des détails sur les costumes, des visuels, etc... Nous continuons ainsi étape par étape, de la sculpture à la décoration et même au choix des emballages pour obtenir l'aval de la licence à chaque étape et ensuite arriver à ce que vous allez pouvoir poser sur vos étagères.

Patrick Schneider : Pour nous le processus est similaire. J’ajouterai qu'il faut près de 12 à 18 mois pour que ce processus se fasse au complet jusqu'à la distribution. Il y a une histoire que je voudrais raconter. Cela concerne Luke Skywalker à la fin de l'épisode 7 : Le réveil de la Force. Je suis très fan, donc j'ai immédiatement voulu une telle figurine mais comme nous ne l'avons découvert qu'à la sortie du film, littéralement en même temps que tout le monde. Nous avons donc dû prendre 18 mois pour créer cette figurine et comme Ryan l'a déjà dit, nous avons travaillé en partenariat très étroit avec Lucasfilm. C'est un très bon partenaire qui nous a aidés à toutes les étapes du processus.

Ran Sun : Pour nous, le processus sur un Transformer est un peu plus long, près de 18 à 20 mois. C'est à cause de la conversion des figurines en une figurine unique. Notre travail de designer d'Hasbro fonctionne très étroitement avec Takara Tomy qui connait très bien l'ingénierie derrière les Transformers. Mais, dès qu'un personnage sort, nous regardons à quel type d'histoire nous voulons nous consacrer. Un bon exemple serait la ligne "studio series" que nous venons de lancer cette année, vous savez celle qui concerne le personnage introduit dans le premier film (Bumble Bee) et son cheminement jusqu'aux derniers films sortis. Nous sommes revenus vers ces grands personnages et les avons recréés. Nous avons choisi lequel est le plus populaire en nous basant sur les sites de fans, les réseaux sociaux, les médias, mais aussi en regardant où en sont les personnages et quels sont leur image et leur impact dans l'esprit des fans. C'est à peu près l'ensemble des facteurs que nous prenons en compte dans notre prise de décision.

 

Qu’est-ce qui détermine le fait qu'une figurine sort en édition limitée ou pas ? Comment choisissez-vous les personnages en édition limitée ou les évènements à propos desquels ils sont mis en vente ?

Patrick Schneider : Je pense que vous évoquez les figurines exclusives des conventions. Pour Star Wars, ce sont les figurines faites en plus petit nombre d'exemplaires, mais nous ne savons pas exactement combien ( il faut comprendre qu'elles ne sont pas toujours numérotées).  En tout cas, nous envoyons aux détaillants un nombre moindre de figurines lorsque l'édition de ces dernières est limitée. Par exemple, sur ce stand, nous avons Han et Leïa, premières exclusivités lancées spécifiquement en Europe. Ce sont des figurines très spéciales que nous considérons suffisamment particulières pour être lancées en petit nombre et qu'elles soient bien accueillies en convention. Si nous revenons sur le Luke Skywalker épisode 7 dont nous avons parlé auparavant, c'était une figurine exclusive aux conventions mondiales.

Ryan Thing : C'est similaire, nous utilisons les conventions mondiales pour proposer des figurines particulières comme le "Red Skull" équipé du tesseract.

Y-a-t-il une différence de qualité dans la production, le choix des matériaux entre une figurine limitée ou non ?

Ryan Thing : Pour nous ce sont les mêmes. Ce que les figurines exclusives ont de particulier c'est l'emballage. Nous proposons des à-côtés comme une boîte en forme de rame de métro. Ces particularités ne se retrouveront jamais en vente en magasin de manière classique. Les conventions sont donc l'occasion de proposer des objets uniques.

Patrick Schneider : Les figurines exclusives sont effectivement incluses dans nos gammes. Côté Star Wars, une figurine de la gamme Black Series aura toujours le même critère de qualité et cela n'échappe pas aux figurines exclusives.

 

Avec quel type de matériaux sont faites les figurines ?

Ran Sun : Cela dépend des figurines sur lesquelles nous travaillons et de la gamme de produit. Nous travaillons principalement avec de la matière plastique mais, selon les figurines et le rendu que nous voulons obtenir,  nous avons aussi des figurines moulées en métal, en particulier lorsqu'il y a des éléments fragiles pour que le chef-d’œuvre ne soit pas abîmé par le transport. Pour la couleur, nous adaptons le type de peinture, comme les peintures métalliques, selon les pièces.

Patrick Schneider : Ce que nous faisons chez Star Wars est similaire. Nous travaillons aussi bien les matériaux mous que durs selon les pièces et les objectifs. Dans cet univers il y a beaucoup de capes, de robes et de jupes et on a parfois avantage de travailler avec des plastiques moulés.

 

Comment avez-vous évolué dans vos pratiques depuis les prises de consciences des populations sur la provenance et l'impact des matériaux sur leur santé ou l'environnement ? Je pense en particulier au plomb qui était anciennement très fortement utilisé dans les peintures.

Patrick Schneider : Je reconnais que les pratiques sur cette question ont bien évolué. Vous savez que, dans les années 40 à 60 dans l'industrie du jouet, nous produisions de gros chiffres et des progrès ont été faits dans la découverte de l'impact des matériaux sur la santé. Mais ce n'est pas seulement la santé, c'est aussi l'environnement. Nous avons changé nos pratiques et nous considérons les risques sur la santé dans le choix des matériaux comme notre première priorité. Nous nous assurons maintenant que cela n'a pas un impact trop important pour l'environnement. Nous envisageons de plus en plus d'utiliser des matériaux recyclés dans la conception de nos emballages par exemple et nous les choisissons lorsque nous pouvons nous assurer que le rendu correspond à nos attentes.

Merci pour cet entretien. Avez vous, pour terminer, une anecdote dont vous vous souvenez particulièrement dans votre travail ? Ou bien le personnage que vous avez préféré concevoir en figurine ?

Patrick Schneider : Pour moi c'est sans conteste le Grand Amiral Thrawn. Je suis un grand fan de Star Wars et j'ai lu les livres dans les années 90 puis les livres légendes après 2000. Il y a un héritier à l'empire et le Grand Amiral Thrawn est le grand méchant de cette série. Quand Lucasfilm l'a rendu canon avec Star Wars Rebels nous en avons fait une Black Series et c'était effectivement une figurine exclusive aux conventions.

Ran Sun : Mon personnage Transformer préféré est Arcee si vous la connaissez. Elle a été la première figurine à laquelle j'ai participé dans l'équipe. Nous en avons fait une version "convention exclusive" l'année passée à l'occasion de l'ajout de sa voie off. Elle a quelque chose de particulier évoquant les couleurs des années 80. Elle est vraiment colorée, très rose et, comme c'est ma première figurine Transformers, je m'en souviendrai toujours.

Ryan Thing : Pour moi c'est dans la série X-Men avec le personnage du professeur Xavier dans son fauteuil roulant. C'est une figurine que j'essayais de faire depuis plusieurs années et finalement nous allons la réaliser en 2019. Je suis impatient de l'avoir. Et vous, laquelle est-ce ?

Geo : Je suis très fan de l'univers Star Wars et mon personnage préféré est très surement Obi-Wan Kenobi des épisodes 2 et 3.

 

Merci à nouveau à Patrick Schneider, Ran Sun et Ryan Thing de nous avoir reçu et d'avoir pris le temps de cette rencontre instructive.


Jeux du moment

>> Liste complète <<