Publicité

No Man’s Sky – La tête (pas toujours) dans les étoiles

Fort d'une importante mise à jour assortie d'une offre promotionnelle, No Man's Sky s'offre un second souffle afin de trouver grâce aux yeux de ses possesseurs et de conquérir d'autres cœurs. A-t-il réussi à s'emparer du mien ?

Je n'ai jamais joué à No Man's Sky avant la mise à jour NEXT. Comme beaucoup, j'ai suivi le scandale à l'époque de sa sortie, mais n'était pas tant étonnée que ça. Il était évident que les gens attendaient trop d'un titre qui n'avait pas l'équipe ni les moyens d'un AAA.
NEXT devait apporter un contenu conséquent afin de relancer la machine à l'occasion du second anniversaire de NMS. Au programme (que vous pouvez retrouver en détail sur le site) :

  • Un mode multijoueur
  • La possibilité de construire des bases n'importe où, sur n'importe quelle planète. De plus de nombreux éléments reliés à cette composante du jeu ont été ajoutés.
  • Une vue à la troisième personne.
  • La possibilité de personnaliser son personnage.
  • La possibilité de créer sa propre flotte et de l'envoyer en mission.
  • L'amélioration des ressources sur plusieurs points.
  • De nouvelles missions, amélioration des graphismes, du scanner, de l'UI, etc etc...

Quand je parcours la présentation de NEXT, je me demande bien ce que pouvaient faire les joueurs de No Man's Sky avant cette mise à jour. Tout avait l'air sommaire, limité avant ça. Il ne devait pas être simple de trouver où poser sa base et de la construire et on devait se sentir bien seul dans l'univers !

Il m'aura fallu 7 heures pour ne plus détester complètement No Man's Sky, 15 pour me dire que c'était finalement pas si mal et 30 pour apprécier réellement le jeu. La persévérance a fini par payer, mais ça fait quand même beaucoup d'heures à s'acharner pour qu'un jeu révèle son potentiel.

Peu après la sortie de NEXT et une petite mise à jour j'ai donc décidé de me lancer. Ça commence mal : le plein écran fenêtré est pété et le jeu ne jure que par le QWERTY. Ajoutez à cela un temps de chargement tellement long la première fois que vous lancez le jeu et ce même écran de chargement pas intuitif du tout (Avoir juste un E sur l'écran pour sous-entendre "appuie sur la touche pour charger" alors que ça charge d'après les indications visuel, NON, ÇA M'AIDE PAS). Gardons notre calme.
Bref le temps que j'essaie le plein écran ou pas et que je reconfigure les touches pour que ça soit jouable ou presque, je suis morte 3 fois et le jeu a crashé 2 fois. Quel début laborieux...

Après mes déboires techniques, je parviens à me lancer dans l'aventure. Je me réveille sur une planète avec un gros trou de mémoire. Le scénario m'aide à prendre mes marques, me guide dans ma progression. La récolte des ressources se fait à l'aide de mon multi-outil qui, comme son nom l'indique, est polyvalent. Il me permet donc de récupérer des ressources mais me sert aussi d'arme. Par la suite, je pourrai lui ajouter de nouvelles fonctionnalités, l'améliorer pour qu'il soit plus efficace.

Après un premier outil des plus basiques, celui-ci en impose déjà plus !

Le jeu suit le schéma classique d'un sandbox : récolter - construire - améliorer. Le rythme est assez lent, vous ne stresserez clairement pas en jouant à NMS, mais ce petit côté reposant n'est pas pour déplaire.

Autre élément indispensable : votre vaisseau ! Des millions de planète vous attendent. Vous en récupérerez un assez vite, mais il est en piteux état. Il faut réparer des éléments avant de pouvoir s'en servir. C'est d'ailleurs une composante que l'on retrouvera systématiquement quand on récupère un vaisseau : il faut réparer !

Pour celui-ci, il y a du boulot...

D'ailleurs dans NMS, il n'est pas question de veiller à la nourriture et l'eau. Ici le côté survie se passe via l'entretien de votre équipement. Vous avez une jauge d'oxygène et une jauge de "protection", celle qui vous garantit de ne pas frire sur une planète aride, de ne pas mourir bombardé par les radiations sur une planète radioactive, etc... Il faudra recharger régulièrement votre équipement à l'aide de ressources spécifiques, comme l'oxygène, le sodium, des batteries à ions, etc.. Comme pour le multi-outil, vous pourrez améliorer votre exocombinaison afin qu'elle soit plus performante. Le seul bémol c'est que ça prend de la place et l'inventaire est un vrai challenge dans ce jeu.

Après un premier outil des plus basiques, celui-ci en impose déjà plus !

Et ça va l'être pour un moment. Votre unique inventaire au début sera celui de l'exocombinaison. Vous pouvez l'agrandir au fur et à mesure que vous visitez des stations spatiales, où vous pourrez récupérer un emplacement par station. Ce qui n'est précisé nulle part, c'est que cet emplacement peut être mis dans n'importe quelle partie de l'inventaire. Il aurait été judicieux, lors de notre premier achat, de nous le signaler. Ainsi j'aurais un inventaire un peu moins bordélique comme le montre ma capture d'écran ci-dessous. J'aurais mis des emplacements dans Cargaison afin d'augmenter ma capacité de stockage par éléments (on peut faire des tas de 250 dans la partie "général" mais bien plus dans la partie "cargaison"...)
Au final, on doit parcourir plusieurs systèmes pour se constituer un inventaire correct avant de se laisse tenter par l'exploration de ces derniers, au risque de ressentir pas mal de frustration.

Jamais assez de place avec toutes ces ressources !

Avec le vaisseau, vous disposez d'un inventaire supplémentaire. Le petite truc sympa c'est que vous pouvez vous éloigner un peu de votre vaisseau, mais continuer d'utiliser son inventaire une fois la technologie "Récepteur de téléportation" acquise. La distance permettant la téléportation d'objets n'est pas grande mais demeure pratique.
La taille de l'inventaire dépendra du vaisseau. Meilleur il est, plus vous aurez de place. Ça dépend aussi du type de vaisseau, comme l’expliquait Azashar dans son guide.

Et puis, toujours en progressant dans l'histoire, je parviens à récupérer un cargo. Nouvelle délivrance pour l'inventaire, mais tout au long du périple ça restera quand même une composante à gérer.

Le cargo vous permettra d’accéder à un nouveau contenu : les missions pour les frégates que vous aurez préalablement enrôlées. Ces dernières se trouvent un peu partout dans l'espace, à différents prix. Il en existe de plusieurs types, comme pour votre vaisseau, ce qui leur permet d'être spécialisées dans des domaines comme l'exploration, le commerce, etc...
Il faudra construire un poste de commandement par frégate dans votre cargo pour mener à bien les expéditions. Pour lancer les expéditions en question vous aurez besoin de carburant. Lorsqu'elles sont menées à bien, elles pourront vous apporter des unités, des matériaux rares, des marchandises à vendre... Bref, si faire des sous peut sembler un peu galère au début, c'est par la suite plus souple à l'aide des frégates.

J'ai beaucoup apprécié ce système, attendant impatiemment de voir ce qu'allait me rapporter une expédition ! Bien sûr, ça ne se déroule pas toujours comme prévu : une embuscade, un champ d’astéroïdes peuvent endommager sévèrement votre flotte, qu'il faudra alors réparer en se rendant sur la frégate accidentée. Attention !  Une fois posée sur celle-ci, vous êtes dans l'espace et un saut malencontreux, c'est signer votre arrêt de mort !

Dernier point de gameplay à aborder : la base. Une fois que vous aurez trouvé votre planète ou si l'envie de vous établir vous prend, vous débuterez la construction de votre base. Ici encore le jeu vous guide et vous amènera à la développer en construisant des terminaux par exemple et en embauchant du personnel. Vous pouvez en parallèle la décorer un peu, la meubler. Tout dépendra des plans que vous aurez débloqués. Vous pouvez aussi construire plusieurs bases.

No Man's Sky n'est pas parfait et ne demande qu'à s'améliorer encore pour rendre les premières heures de jeu moins cloisonnées et plus attractives. En dehors de ça, son rythme tranquille est parfait pour se détendre et rêver à ce qui nous attend dans l'espace.
On regrettera aussi une maniabilité qui boude le clavier (encore plus si vous êtes en AZERTY) et des patch-notes qui arrivent après les mises à jour ce qui peut être très déstabilisant. Lorsque le design des containers de stockage au cargo a été adapté, ceux-ci ont été supprimés pour pouvoir être reconstruits gratuitement afin qu'ils apparaissent avec leur nouvelle apparence. Je ne vous dis pas la panique quand j'ai cru que j'avais perdu tout mon stock !

L'arrivée d'une nouvelle mise à jour majeure, Abyss, fait la part belle au monde sous-marin. Je n'ai pas encore eu l'occasion de l'essayer, m'octroyant une petite pause NMS où, au final, je ne suis pas loin des 80 heures de jeu !


Jeux du moment

>> Liste complète <<