Publicité

Gamescom 2018 – Crowfall

Cela fait plusieurs années que, à chaque édition de la gamescom, nous retrouvons les développeurs d’ArtCraft Entertainment. Nous n’avons pas failli à ce rendez-vous annuel et avons pu discuter pendant une demi-heure des récents ajouts effectués sur leur MMORPG, Crowfall.

Si vous ne connaissez pas le concept du MMORPG, le jeu a deux aspects bien distincts. D’un côté, le compte progresse au fur et à mesure des incarnations dans les campagnes, les vaisseaux. Ces campagnes en monde ouvert (style classique MMORPG) sont temporaires et se terminent par la victoire d’un camp, ce qui signe alors la fin de cet univers, avec tous les vaisseaux impliqués. Mais les actions réalisées participent à la progression globale du compte. Comme le développeur le disait, chaque campagne serait un peu comme jouer une saison de Game of Thrones.

Sans surprise, le projet continue son développement à un rythme soutenu et il y a eu de gros progrès effectués sur de très nombreux points. Le plus important concerne sans aucun doute la génération aléatoire des mondes, ce qui a permis d’augmenter leur nombre par serveur (il y en aura bientôt 10). Ce système est si robuste que cela leur permettrait techniquement d’implémenter bien plus que 10 mondes par serveur, mais ils ont décidé pour le moment de se restreindre à cette limite pour que l’univers visitable ne soit pas trop vaste, sous peine que les joueurs s’y perdent et ne trouvent plus l’occasion de se croiser. À noter que les serveurs sont partagés EU et US, afin de ne proposer qu’un seul univers global.

Comme les mondes sont générés aléatoirement, chacun est différent, avec son climat, ses ressources, sa géographie... Les joueurs sont donc amenés à constamment redécouvrir leur environnement (par exemple le meilleur endroit où obtenir une ressource donnée).

Plus récemment, le jeu s’est vu doter de la toute première vraie campagne officielle, avec la possibilité de gagner, ou de perdre, la guerre (jusqu’à présent, les conditions de victoire n’étaient pas comptabilisées). Ainsi, il y aura désormais des trophées offerts aux joueurs du camp gagnant, des objets pouvant être fièrement montrés dans son royaume personnel.

Le monde est rempli d’opportunités, chaque joueur peut trouver sa place dans le gigantesque écosystème, qu’il soit combattant, éclaireur, guide, artisan, explorateur, mercenaire... Ils espèrent que le système d’housing, qui est également lié aux guildes, permettra aux organisations de joueurs de créer de véritables communautés, comme des cités marchandes, un peu sur le style de Star Wars Galaxies si vous avez connu le MMORPG durant ses années de gloire. Avec 6 vaisseaux jouables en parallèle sur le même compte, 12 races et 11 classes, chacun pouvant rejoindre une campagne différente avec ses paramètres spécifiques, la diversité est sans doute aucun au rendez-vous ! Et si vous n’aimez plus votre vaisseau, pas de souci, il suffit de se rendre auprès d’un nécromancien, l’une des nombreuses professions du jeu, et il pourra vous déterrer quelques cadavres pour vous créer un corps tout neuf à habiter.

Si malgré tout vous regrettez l’absence de quêtes, il y a déjà des plans de ce côté-là, avec un système de sacrifice où l’objectif serait de tuer des ennemis ou de ramener certains objets afin de plaire aux dieux.

Afin que les campagnes ne s’éternisent pas, un système de contagion est en place, intitulé la Faim. Pour faire simple, le monde se détruit peu à peu et cela se répand peu à peu. Il n’y a donc pas que les monstres, ou les autres joueurs à combattre, mais également l’environnement en lui-même qui devient de moins en moins accueillant. En suivant le cycle jour/nuit, chaque nouvelle journée arrive avec le risque que la contagion s’étende un peu plus loin et  toutes les conséquences qui s’ensuivent et notamment la plus grave : la perte de ressources.

À noter que tout ce qui nous a été montré est jouable dès maintenant par les joueurs investissant dans le projet. Ils effectuent régulièrement des tests des fonctionnalités, sur des durées plus ou moins longues, et il y a même un serveur brésilien qu’ils laissent tourner dans le cadre d’une expérimentation. Le premier pack d’accès anticipé est vendu à 39,99 € sur leur site, https://crowfall.com/fr/store/.


Jeux du moment

>> Liste complète <<