Publicité

WoW – Choix de corps à corps en JcJ : le druide farouche

Pour ce quatrième épisode de la série "Choix de corps à corps", c'est encore une classe hybride qui est à l'honneur. Vous allez me dire : "En même temps, à part le chevalier de la mort, il ne reste que ça..." Et vous aurez raison ! Toujours est-il qu'aujourd'hui nous allons nous attarder sur une classe assez plaisante à jouer, mais aussi assez casse tête dans la mesure où c'est, je pense, celle qui possède le plus de techniques différentes. Qui dit beaucoup de techniques dit beaucoup de possibilités, mais dit aussi beaucoup de raccourcis à placer dans ses barres d'action ! Pour votre plus grand bonheur, veuillez accueillir le druide farouche.

feral2

Demeurant paisiblement au bord d'un lac de Reflet-de-Lune, ou au sein des plaines de Mulgore, le druide vit en harmonie avec la nature, les plantes et les animaux. Ce n'est que lorsque cette sérénité est menacée qu'il entre en action pour défendre chèrement cette terre qui l'a vu naitre. Pour cela, la nature lui confère des pouvoirs magiques, mais aussi la possibilité de se métamorphoser en différents animaux. La spécialisation farouche du druide est celle qui met le plus l'accent sur ses métamorphoses, avec la spécialisation gardien (Ours). D'ailleurs, elles n'ont très longtemps formé qu'une seule et même branche de talents, Blizzard ayant décidé récemment de les séparer, pour des soucis d'équilibre des classes.

Le farouche est un dangereux félin qui, dissimulé, tapis dans l'ombre, saute sur sa proie pour la dévorer. On retrouve certaines similitudes avec le voleur évoqué dans un billet précédent, dans la mesure où il possède le même système de ressources (énergie et points de combo) qu'il a lui aussi la possibilité de se camoufler, et que c'est donc aussi lui qui engage le combat. Toutefois, nous arrêterons ici la comparaison car les deux classes ne se jouent pas de la même façon sur la durée. La faculté qu'a le druide à pouvoir changer de forme est une donnée essentielle dans la manière avec laquelle doit être abordé son jeu.

druid-worgen02-large

Ses points forts

Sa survie : c'est le principal atout du druide farouche. Cette appellation "survie" regroupe à la fois la régénération, les sorts défensifs mais aussi la mobilité de la spécialisation. En effet, lorsqu'il se trouve en difficulté, le druide farouche a plusieurs possibilités viables qui s'offrent à lui. D'abord, il possède l’écorce qui avec le glyphe approprié, est pour moi un des meilleurs sorts défensifs du jeu, étant donné son faible temps de recharge (1 min). Ensuite, il peut se métamorphoser en ours pour augmenter sa résistance et son nombre de points de vie. Dans cette forme, il est doté de sorts spécifiques pour réduire les dégâts qu'il subit ou se soigner comme la régénération frénétique, Instincts de survie et la puissance d'Ursoc, qui peuvent le sauver le temps de récupérer des points de vie. La métamorphose en ours est cependant efficace surtout pour amenuiser les dégâts lorsque l'adversaire utilise ses sorts offensifs spéciaux et que le druide n'a pas d'autre possibilité que de les encaisser, ou lorsqu'un soigneur allié peut le soigner. Car évidemment, il est certain qu'en forme d'ours, le farouche inflige très peu de dégâts et son adversaire est moins en danger sur ces moments. En revanche, il existe une autre solution pour éviter les dégâts en félin, cette solution c'est... la fuite ! Contre les classes corps à corps principalement, mais pas uniquement, le druide dispose de différents moyens de distancer son adversaire : la célérité, la ruée rugissante, la forme de voyage, auquel on peut ajouter les talents de niveau 15 qui ont tous les trois leur utilité. De plus, il faut savoir qu'à chaque fois qu'il change de forme, les ralentissements et immobilisations qui l'affectent disparaissent. Pendant sa fuite, en plus du ralentissement qu'il applique naturellement, il dispose de différents moyens pour ralentir ou immobiliser son adversaire. Sarments, Cyclone, Emprise de la nature, Enchevêtrement de masse ou Typhon, voire Vortex d'Ursol et Force de la nature, sont tout autant de sorts qui font du druide une cible difficile à rattraper. Ainsi, le félin a énormément de moyens de s'éloigner pour utiliser ses sorts de soin Récupération et Toucher guérisseur ou encore, se ré-camoufler.

Des phases de dégâts massifs : grâce au sort Rugissement sauvage, le druide farouche peut être doté en permanence d'une amélioration de dégâts très conséquente, surtout s'il s'équipe du glyphe correspondant. De plus, il peut toutes les 30 secondes augmenter encore ses dégâts grâce à Fureur du tigre. Ceci fait, l'activation de Bersek, lui enlèvera toute restriction de ressources et il enchainera un grand nombre de techniques de dégâts. Si le druide avait bien pris soin de poser des saignements comme Déchirure, et qu'il peut se placer dans le dos de sa cible pour utiliser Lambeau, le résultat peut être fatal pour son adversaire.

feral

Ses points faibles

Ses contrôles : ce n'est pas tant l'absence de contrôles qui est préjudiciable au druide farouche, car en effet il dispose du Cyclone qui est peut être le meilleur contrôle du jeu. C'est surtout les difficultés rencontrées pour le placer. Le cyclone requiert une incantation d'1,5 secondes ce qui, pour une classe corps à corps est très long car susceptible d'être interrompu. De plus, il nécessite d'être en forme humanoïde, et c'est généralement à ce moment que les adversaires en profitent pour étourdir le druide, car en situation de vulnérabilité. Hormis cela, il peut étourdir ses ennemis grâce à Estropier, mais qui consomme des points combo, et qui est généralement insuffisant pour tuer un soigneur ; ou bien grâce à la Rossée puissante, qui a cependant un temps de recharge assez long et une portée limitée, et qui est sur le même palier de talents que le Rugissement désorientant, court et cassant au moindre dégât. Il possède en revanche un sort d'interruption à distance plutôt intéressant, mais ce sont 13m qui demeurent assez courts en pratique face à des classes à distance. Quant à l'hibernation, elle est efficace uniquement face à ses homologues druides.

Sa sensibilité aux contrôles : tout comme le paladin vindicte présenté précédemment, le félin peut se voir complètement manipulé dans certaines situations. Le druide présente la particularité d'être en forme de bête 80% du temps. Or, cela lui offre une immunité aux métamorphoses des chamans et des mages, mais il sera constamment sous la menace d'une hibernation lorsqu'il affrontera un autre druide, ou sous la menace de Effrayer une bête, lorsqu'il se trouvera en présence d'un chasseur. Et en tant que corps à corps, le farouche se doit d'être au cœur de la mêlée, il devient donc très difficile pour lui de se cacher derrière un poteau ou quelconque autre obstacle pour éviter les contrôles, malgré sa rapidité de déplacement. Ce handicap se ressent surtout en JcJ instancié comme les arènes et est moins problématique en situation de 1 contre 1 ou de JcJ en extérieur.

druid-troll03-large

Le druide farouche présente un charme certain, ses différentes formes, cette flexibilité et son soutien en font une classe riche. Ses sorts de soins peuvent être ponctuellement extrêmement efficaces grâce au Cœur du fauve, il dispose d'une délivrance de la corruption pour dissiper d’éventuels maléfices et piqûres de wyverne sur ses partenaires. Ce qui ressort lorsque l'on joue félin, c'est un sentiment d'autonomie, de liberté. Mais jouer farouche ne signifie pas passer l'intégralité de son temps en forme de félin, il y a aussi une multitude d'autres petites actions à réaliser pour exploiter pleinement le potentiel de la classe. C'est aussi cette diversité des techniques qui marquera la différence entre un bon joueur et un moins bon, entre un fauve sanguinaire et un doux petit chaton.


Jeux du moment

>> Liste complète <<