Publicité

Cartel Tycoon – Un anticipé qui annonce du bon

Devant le succès critique dithyrambique de séries comme Breaking Bad ou Narcos, il n'est guère étonnant que le jeu vidéo ait suivi la mouvance en développant des titres en rapport avec la poudre blanche et autres joyeusetés. Depuis Basement et Weedcraft, j'avoue m'être un peu éloigné de ce sujet... et c'est avec Cartel Tycoon que j'ai eu envie de replonger. Pas d'inquiétude, aucune trace de substances illicites dans mon organisme, et j'ai pu profiter du titre sans frôler l'overdose, ce qui est plutôt prometteur !

Quelques cinématiques ponctuent l'aventure.

Cartel Tycoon s'inspire fortement de l'essor du trafic de drogue qui a débuté dans les années 80 en Amérique latine. La cocaïne se diffuse partout et ce qui semble être un baron de la drogue prend contact avec notre protagoniste - récemment sorti de prison et cherchant un moyen de se faire un peu d'argent - afin de développer la production et le transport de drogue un peu partout sur le territoire. Au départ simple lieutenant devant effectuer la basse besogne (transporter la drogue jusqu'à l'aéroport le plus proche), on va vite grimper en grade et recruter de nouveaux membres qui auront chacun des tâches bien spécifiques à effectuer, que vous leur confierez, tout en veillant à ce qu'ils vous restent loyaux. Confier trop de tâches en sous-payant un membre du cartel fera baisser son allégeance et ce dernier pourra, par exemple, se retourner contre vous. Car oui, ce n'est pas un simple jeu où l'on construit des fermes, puis où on transporte la drogue ça et là...

Par défaut, l'argent obtenu sera, fort logiquement, de l'argent sale. C'est de l'argent, certes, mais vous ne pourrez pas en faire grand-chose, à part une piscine de cash (malheureusement pas possible en jeu...). Il faudra donc travailler à blanchir cet argent, en achetant quelques bâtiments en ville : compagnie de taxi, casino, hôtel ou encore église... tous les moyens sont bons pour obtenir de l'argent propre, même si les méthodes sont discutables. On prendra donc peu à peu le contrôle des différentes villes aux alentours, en faisant ami-ami avec les maires de ces villes, pour pouvoir ensuite leur demander des faveurs, si du moins ils vous respectent suffisamment.

Quelques bastos se font entendre lorsque l'on tente de prendre possession d'un bâtiment ennemi. Ici, un port.

Vous vous en doutez, vous ne serez pas le seul cartel du coin, il faudra donc parfois marcher sur les plates-bandes des gangs ennemis et la finesse ne caractérise pas la prise de pouvoir. Les bains de sang seront nombreux, et il faudra s'armer en conséquence, en augmentant régulièrement vos effectifs, et en gardant le contrôle de chacun de vos pions. La discrétion devra également être de mise, afin d'éviter d'attirer l'attention de la DEA. Pourquoi ne pas faire quelques champs de légumes pour masquer d'autres bâtiments moins ... reluisants ? La gestion se fait assez naturellement, grâce à un tutoriel plutôt long et complet, qui met en avant les nombreuses mécaniques d'ores et déjà présentes dans le titre. C'est d'ailleurs assez rare de voir un titre aussi complet d'entrée de jeu, même si l'on déplorera le côté extrêmement intrusif de la DEA. Cette dernière devient en effet vraiment oppressante et omniprésente, ce qui retire pas mal de fun au jeu. Pareil, sans que l'on sache trop comment, on se retrouve parfois avec un lieutenant qui décide de se faire la malle. Chose par ailleurs relevée dans de nombreux avis Steam... A voir si le studio corrige ce souci prochainement !

Moon Moose propose pour le moment une mise à jour par semaine qui corrige et ajoute quelques petits éléments rendant le jeu un peu meilleur à chaque fois. Côté technique, pas grand-chose à signaler, les décors reprennent l'ambiance Amérique latine qui ravira vos regards. Je dénote quelques approximations au niveau de la traduction française. C'est plutôt rare, mais suffisamment présent pour être noté. Enfin, la bande sonore est exactement comme vous pouvez l'imaginer : bourrée de musiques latino-américaines. Pas vraiment ma came, si vous me permettez l'expression, mais elle plaira sans l'ombre d'un doute aux joueurs réceptifs à ce style de musique.

On peut corrompre les politiques locaux... Bien que je ne sois pas encore très ami avec ce gentil Mr, comme peut en attester le dialogue

En bref, Cartel Tycoon se révèle déjà être une très bonne pioche. Son prix de 20.99€ est relativement doux à la vue du contenu déjà disponible, et il semble éviter l'écueil d'un titre comme Weedcraft, sympathique durant les 2 premières heures, puis se révélant vite trop répétitif. Déjà disponible en accès anticipé depuis le 18 mars 2021. Pour ceux qui souhaitent patienter jusqu'à la 1.0, l'attente ne sera pas longue, le studio Moon Moose ayant annoncé le 3ème trimestre 2021.


Jeux du moment

>> Liste complète <<