Publicité

Placard Ludique – Cities Skylines

Vous connaissez surement Cities Skylines l'actuel remplaçant du jeu d'antan Sim City. Il faut savoir qu'il a eu droit à une édition en jeu de plateau en 2019, puis une localisation en 2020 par l'éditeur IELLO.

Présentation du jeu

Cities Skylines est un jeu coopératif de 1 à 4 joueurs pour des parties d'environ 50-70 minutes selon la configuration créée par Rustan Håkansson et illustrée par le groupe Fiore GmbH. Même si il est toujours compliqué de porter un jeu vidéo en jeu de plateau, tant à cause des mécaniques ou des complications et lourdeurs que le jeu pourrait subir suite à cette transformation, ce dernier arrive quand même dans certaines mesures à coller avec l'univers. Dans les grandes lignes, vous pourrez jouer à chaque tour des cartes pour créer différents bâtiments et subvenir aux besoins de votre cité. Il faudra être astucieux dans les placements de chacun pour éviter de se retrouver coincé !

Pour les amoureux du dépunchage, vous serez contents avec Cities Skyline car il est rempli de nombreuses tuiles cartonnées (représentant les différentes formes de bâtiments). Que ce soit les cartes ou les tuiles, elles sont d'assez bonne qualité. A savoir qu'il n'y a pas de thermoformage dans le jeu, mais les sachets plastiques fournis  sont plus que suffisants, puisque les différentes tuiles de couleurs seront très souvent mises en vrac à côté du plateau de jeu pour y accéder rapidement.

Mécaniques du jeu

Avant de commencer à parler des mécaniques propres au jeu, il est vivement conseillé de jouer les scénarios du livret de règles qui permettent d'appréhender ces règles de façon graduelle. Toutefois elles restent sensiblement les mêmes : vous allez devoir construire votre ville tout en gérant les différentes pistes de développement pour son émancipation. Pour une mise en place classique, vous devrez assembler plusieurs plateaux de jeu et en révéler une en payant son coût indiqué en liasses de billets. Chaque joueur piochera un nombre de cartes de construction de niveau 1 en fonction du nombre de joueurs présents.

A côté de l'aire de jeu, on retrouve le plateau d'administration représentant le développement de votre cité. Selon les cartes que vous jouez, il sera possible de poser des bâtiments modifiant les catégories de chacune pour le bien ou le mal de votre cité.

Le plateau de jeu sera évolutif tout au long de la partie pendant laquelle vous devrez révéler un nouveau plateau de jeu à chaque début de manche (adjacent à un plateau révélé).Il vous sera possible d'ajouter des bâtiments tout au long de la partie dans les différents quartiers pour améliorer votre ville. Les quartiers sont les zones d'herbes délimitées qui sont bordées par une rue, de l'eau ou un bord de plateau non dévoilé et ils pourront potentiellement s'agrandir à la révélation d'un nouveau plateau de jeu. Vous pourrez effectuer trois actions durant un tour :

  • Jouer une carte construction : il vous sera possible de jouer une carte construction de votre main en payant ses différents coûts. Suite à cela, vous pourrez placer la tuile sur le plateau de jeu en suivant les restrictions de placement (pas de superposition, impossibilité d'avoir deux bâtiments urbains dans le même quartier, ...). Il faudra bien penser également à gérer les placements de vos bâtiments pour gagner des bonus par la suite.
  • Echanger une carte construction : en payant deux de monnaie, il vous sera possible de mettre une des cartes de votre main dans la pile de réserve qui pourra être récupérée par la suite à la fin d'un tour quand un joueur voudra refaire sa main. Cette action est souvent utilisée quand les cartes que nous avons en main ne sont pas vraiment rentables à jouer, voire même pourraient handicaper la ville.
  • Terminer la manche : si au moins une tuile est présente dans chaque quartier, il est possible pour le joueur actif de terminer la manche. Ce dernier prendra aussi le jeton du premier joueur pour la manche suivante.

A la fin d'un tour, vous pourrez piocher une carte de n'importe quel niveau. Il faut savoir que plus les niveaux sont hauts, plus les cartes sont intéressantes mais coûtent malheureusement plus cher à jouer.

A la fin d'une manche, vous allez devoir faire le bilan de votre ville en passant sur toutes les pistes de votre plateau d'administration.

  • Piste d'urbanisme : pour chaque case en-dessous ou au-dessus de 0 (eau, électricité et déchets), il faudra reculer ou avancer le pion bonheur sur la piste du même nom. Cette piste n'est pas remise à zéro à la fin d'une manche.
  • Piste bonheur : vous devez transférer la valeur de bonheur sur le panneau d'affichage de votre cité. A savoir qu'il est possible d'avoir une valeur de bonheur négative. Cette valeur revient à 0 ensuite.
  • Piste Emploi : pour chaque case d'écart avec le 0, vous devez payer autant d'argent que l'écart. Cela représente une notion de chômage ou de manque de travail.
  • Nouvelle étape : vous devez révéler un plateau de jeu adjacent en payant le coût indiqué.
  • Echanger des cartes constructions : il est possible d'échanger le nombre de cartes que vous souhaitez dans n'importe quel paquet. Pour chaque carte échangée, il faudra payer 1 de monnaie.

La bonne fin de partie se déclenche si tous les plateaux de jeu ont été révélés et qu'au moins deux tuiles de n'importe quel type ont été construites dans un quartier. Toutefois, il est possible de terminer la partie de façon prématurée (échec de cette dernière) si vous n'arrivez pas à payer certains coûts, si vous ne pouvez plus faire d'actions à votre tour ou que le marqueur de la piste bonheur atteint -5 ou que le bonheur global de la ville est à -10.

Les précédentes mécaniques montrent le jeu dans sa globalité, mais il est possible dans des parties un peu plus avancées d'avoir de nombreux ajouts de mécaniques qui viendront apporter une nouvelle dimension au jeu :

  • Bâtiments uniques : ce sont des tuiles spéciales dont les cartes permettent un gros bénéfice de ressources pour votre ville.
  • Cartes rôle : début de partie et, si vous jouez avec, chaque joueur pourra piocher deux cartes rôles et en choisir une pour le restant de la partie. Ces cartes apportent certains bénéfices telles que des réductions de coûts.
  • Carte directive : à usage unique, elles permettent un bénéfice souvent contre de l'argent vous permettant par exemple de vous sortir de certaines situations délicates comme une saturation du trafic (vous empêchant ainsi de construire).
  • Carte actualité : à la pioche d'une carte d'actualités (disponible dans les pioches de niveaux 2 et 3), vous devez la rendre visible et appliquer ses effets qui sont souvent néfastes pour votre cité ; vous devrez alors soit en piocher une nouvelle ou finir une manche.

Conclusion

Cities Skylines est un bon city-builder comme son homologue en jeu-vidéo. La version plateau propose de nombreuses interactions avec les cartes et les placements de tuiles tout en demandant une exigence particulière pour les choix à effectuer. Cela peut être aussi le point noir du jeu, car il vous faudra certaines cartes bien spécifiques pour vous sortir de situations inconfortables. Il est assez simple de terminer une partie, mais cela devient beaucoup plus compliqué quand vous voulez maximiser votre scoring.

Le design graphique et l'accessibilité des règles même pour des personnes moins âgées en feront un jeu particulièrement ludique et apprécié par la communauté des joueurs plus axés sur le familial.

  • Un trés bon city-builder avec une gestion de ressources
  • Une accessibilité pour tout type de joueurs ....
  • ... mais avec une difficulté tout de même au scoring
  • Des scénarios/tutos pour monter en puissance dans les régles/gameplay
  • Il faut éviter de bousculer le plateau de jeu sous peine de déplacer tous les éléments du jeu
  • Des cartes qui peuvent devenir indispensables à terme et qu'on n'arrive pas à piocher

                                          





Jeux du moment

>> Liste complète <<