Publicité

King Arthur: Knight’s Tale – Légende d’outre-tombe…

Quand on me met entre les mains un jeu qui propose de jouer avec des personnages des légendes arthuriennes, il ne m'en faut pas plus pour me lancer dans l'aventure et scruter chaque détail du titre que je vais vous proposer aujourd'hui : King Arthur: Knight's Tale. Actuellement, le jeu n'est qu'en anglais (audio et sous titres), mais proposera lors de sa sortie les langues suivantes en sous titres : anglais, allemand, français, espagnol, portugais, russe, chinois et hongrois. Bon, on se lance?

 

Graphismes

Agréable visuellement, on se perd parfois dans les détails de feuilles qui volent, de brume qui, flottant à nos pieds, n'annonce rien de bon. Les décors, aussi variés que sombres, sont également de bonne facture malgré les quelques petits soucis ici et là qui ne sont pas gênants. Il sera cependant de rigueur d'avoir une machine qui ne soit pas trop ancienne pour pousser les détails au maximum, comme c'est souvent le cas pour les jeux PC.

L'ambiance qui règne dans le jeu est vraiment raccord avec le thème, renforcée par une bande-son discrète mais qui fait bien le boulot. Le bestiaire est d'ailleurs tiré vers le classique pour la plupart des créatures que l'on croisera mai,s au vu du thème, c'est peut-être une bonne chose.

 

Histoire

Lors d'une bataille épique, Mordred et le roi Arthur s'entretuent après une lutte sans merci. Alors qu'Arthur est envoyé à Avalon après sa mort, une folie consommant son âme le pousse à corrompre ce lieu et à y réveiller toutes les abominations. Vous êtes Mordred, mort, mais réveillé par la Dame du Lac pour prendre une seconde fois la vie d'Arthur, mettre fin à cette apocalypse et sauver ce qui peut l'être.

Mon avis : le postulat de départ est vraiment intéressant, ainsi que le système de choix qui, offrant au joueur des orientations différentes sur le scénario, promet quelque chose de vraiment bon. Jouer Mordred plutôt qu'Arthur est une bonne idée, et se lancer dans une quête aux côtés des chevaliers de la Table Ronde donne un aspect passionnant du fait de votre traitrise. Donc vous pourrez renverser la vapeur et choisir ce que vous voulez devenir, un bon roi, ou un roi tyrannique… adepte des anciennes croyances ou du christianisme… libre à vous de forger votre voie !

 

Gameplay

Ici le jeu se scinde en plusieurs parties qui sont intrinsèquement liées les unes aux autres. Pour arriver au bout de ce jeu, il faudra sans aucun doute maitriser chacune d'entre elles,  sans quoi vous risquez de vous retrouver bloqué et de devoir recommencer votre partie : ici réside toute la difficulté du jeu. Celui-ci étant en accès anticipé, peut-être que de nombreux changement surviendront par la suite ! On retrouvera comme d'habitude le combat, mais également la gestion de Camelot, sa morale et sa religion via des choix en cours de scénario, le plus délicat étant la gestion des unités dans sa globalité.

 

Combat

Le combat se fera au tour par tour et se révèle assez fluide une fois le système bien pris en main. On se retrouve avec un système plutôt bien géré de tour par tour de camps après l'autre plutôt qu'un système de priorisation des unités. Un choix qui va sensiblement aider le joueur à établir des stratégies, pouvant switch d'un personnage à l'autre pour poser des conditions propices à sa victoire. Chose importante : chaque coup et chaque sort porteront, la seule variable étant la plage de dégâts qui variera plus ou moins en fonction de votre arme.

Chaque unité possède une barre d'armure, une barre de vie et une barre supplémentaire qui indique que sa vie est critique. Tant que cette dernière n'est pas entamée, le personnage ne sera pas blessé et ne demandera pas de soin particulier après la bataille. Car même si l'on peut régénérer de la vie et de l'armure via des interactions lors de ses périples via des feux de camps et autres, on ne pourra jamais faire remonter cette barre-ci. Une fois la carte terminée, après avoir accompli l'objectif principal et l'avoir facultativement nettoyée, on arrive à l'écran des récompenses, des niveaux, et de l'état final de ses compagnons.

Note : les cartes demanderont entre 10/25 minutes à être nettoyées, et sont pré-générées de base. On se retrouvera donc, même avec plusieurs parties, avec les mêmes cartes à faire et refaire.

 

Camelot

Pendant les missions, vous obtientrez une somme en or et en points de construction qui vous permettra de mettre en place des bâtiments tel que l'hospice pour soigner les malades, la cathédrale pour soigner les malédictions, les marchands pour les objets, et bien d'autres fonctionnalités qui ne sont pas encore implantées. Vous pourrez également gérer tout un tas de chose comme le système de foi et de moralité qui dépendra de vos décisions. Est-ce que je tue un ennemi ou est-ce que j'en fais un soldat? Est ce que je rase ça et j'en fais un lieu dédié à l'ancienne foi ou au christianisme? Tout cela va bien évidemment changer votre partie comme votre patrie. Car certains de vos compagnons ne seront pas d'accord avec votre doctrine et vous demanderont des comptes... voire vous trahiront car ils ne tolèreront ni vos actes ni votre comportement.

Cela donnera un aspect très particulier car contenter tout le monde n'est pas chose aisée et ne sera donc pas forcément simple. Car même si tout n'est pas encore en place, comme les traits, certains personnage auront des bonus en fonction de votre alignement, de votre religion et en fonction de leur compagnons. Beaucoup de paramètres à prendre en compte au final, ce qui peut se révéler un peu ardu pour sa première partie.

 

Les unités

Chaque unité est pré-générée et possèdera sa classe, ses talents de base, etc... mais tout ceci ne demandera qu'à être personnalisé selon vos préférences. Car chacun possède de l'équipement qui, excepté des bagues et charmes, ne change pas mais peut être apposé de "sigil" qui modifie les statistiques de manière drastique. Mais plus loin encore, vous pourrez modifier les talents de votre personnage qui lui octroieront différentes actions, qui peuvent être à leur tour améliorées.

Autre point important : chaque personnage pourra mourir de manière définitive. Chose extrêmement punitive, vous pourrez perdre définitivement vos compagnons et donc vous retrouver avec des équipes bancales et réduites faute de... Cela oblige forcément à prendre en compte, avant mission, tous les paramètres pour gérer si les places de soin seront disponibles, si les personnages sont adaptés à la mission, si ils ne sont pas maudits ou blessés ce qui va irrémédiablement mal finir. Beaucoup de choses à prendre en compte, comme je viens de le dire.

 

Résumé

King Arthur: Knight's Tale est un jeu intéressant qu'il faudra suivre si vous êtes adeptes du genre. La difficulté du jeu et la gestion de votre château, ainsi que de vos troupes, risquent de frustrer de nombreux joueurs et, par contre, de ravir ceux qui recherchent des défis plus corsés. Le jeu étant à ses balbutiements, il ne faudra pas prendre tout ce qui est actuel pour définitif. Mais pour un début, on trouve déjà un gameplay vraiment bien ficelé et une réalisation solide, à condition de passer outre le fait qu'actuellement, les joueurs non-anglophones risquent de ne pas comprendre l'histoire et par conséquent de louper les principales mécaniques de jeu. Ce qui serait dommage.


Jeux du moment

>> Liste complète <<