Publicité

F1 2020 – À toute vitesse

Le championnat du monde de Formule 1 s'est terminé dimanche après-midi, avec le sacre de Lewis Hamilton qui signe son septième titre mondial (même si les choses étaient entendues depuis plusieurs courses malgré une absence sur l'avant-dernière), couplé avec le titre mondial pour le constructeur Mercedes. Si tout se passe bien, il faudra attendre le 21 mars pour retrouver les voitures vrombissantes sur le GP d'Australie, et on croise les doigts pour qu'il ne soit pas annulé. Alors si vous n'avez pas envie de vous contenter des rediffusions pour patienter, après cette saison pas comme les autres chamboulées par la pandémie, c'est le moment de vous lancer dans F1 2020. Vous pourrez même rouler sur des pistes qui, cette année, ont été privés de courses, comme le circuit de Melbourne justement, le tout sans bouger de votre fauteuil.

Le lancement du jeu passe par le choix d'un avatar (on notera la présence d'une fille !), d'un drapeau, d'un nom, d'un nom audio (des noms préenregistrés, où vous retrouverez de nombreux grands noms du milieu, comme par exemple Schumacher, rien que ça), et d'un numéro de pilote. Pour ce dernier, il est déjà demandé si vous voudrez garder votre numéro dans le cas où vous remporterez le titre en modes carrière ou ligue. Car, on a tendance à l'ignorer actuellement, mais Lewis continue à courir avec le 44, son numéro fétiche qu'il conserve depuis le karting, alors que le champion du monde est en droit d'afficher le 1 sur sa voiture.

Ce détail n'est que le premier d'une longue liste, d'une très longue liste d'éléments qui vous rappelleront les règles du sport automobile dans toute sa complexité. Ainsi, n'attendez pas à lancer le jeu, tel un rookie, à débarquer sur un circuit et à finir votre première course dans le chrono. Comme le sport automobile, F1 2020 demande de la précision à chaque étape. D'ailleurs, si vous vous lancez en carrière, vous jouerez une bonne demi-heure avant de vous retrouver derrière un volant. Le titre place à la tête d'une nouvelle écurie, dont le joueur est tout à la fois pilote et propriétaire. Un cas qui n'est pas si rare que ça d'ailleurs : il y a par exemple actuellement sur la grille Lance Stroll dont le papa est propriétaire de l'écurie Racing Point (bientôt renommée Aston Martin). Il faudra donc configurer son pilote, sa livrée, et choisir son coéquipier. J'ai pour ma part recruté du côté de la F2 (Callum Ilott), avant de répondre à une interview de lancement qui permet de définir les premiers axes de recherche pour le développement de l'écurie.

La carrière se gère à travers un calendrier, intercalée de moments calmes pour travailler sur les infrastructures, la R&D, le véhicule et, quand même, les courses !

Du côté des noms, le jeu possède la licence totale, ce qui signifie donc que la grille 2020 est complète, avec les pilotes, les constructeurs, leurs livrées officielles marquées des bons numéros, et tout ce qui fait plaisir sur la piste. Le seul intrus est cette onzième équipe, nous : je vous présente la GG Team, l'outsider venu de nulle part ! N'est-elle pas belle ma voiture noire et rouge marquée du 84 ?

Les courses se déroulent comme pour les pilotes en cinq étapes : les trois séances d'essais libres (EL), les qualifications et la course. Chaque EL propose des mini-défis, comme aller le plus vite possible, gérer son carburant, ou encore reconnaître le circuit au mieux en passant à travers des cibles. Chaque réussite apporte des points de ressource, à dépenser dans des améliorations cruciales pour la course. Bien sûr, le temps est limité, donc il n'est pas possible de faire n'importe quoi. Sans un minimum d'entraînement, un volant, et une certaine maîtrise du rythme, il est impossible de réussir correctement une course sans s'entraîner un minimum. Chaque circuit possède une quinzaine de points à connaître, qui demandent pour chacun d'être négocié à une vitesse bien spécifique et dans le bon angle, pour grapiller quelques secondes qui font la différence. Et encore, le jeu est plus permissif car ici les écarts ne se comptent pas au centième comme pour les vrais pilotes (lors du dernier GP, les sept premiers pilotes étaient dans la même seconde en Q3 par exemple).

Il est important également de respecter les règles. Une collision avec un autre pilote, même lors des essais libres, entraîne une pénalité de points. Ou encore les jeux de pneus sont limités, avec toute cette science des pneumatiques qui crée toute la différence entre une voiture qui réussit une course avec un seul arrêt aux stands, et remporte la course face aux autres qui ont été forcées d'en faire deux, même si cela signifie terminer presque sur les jantes. Mais malgré des résultats en demi teinte, j'ai eu mes petites réussites, ayant réussi à suivre le lièvre Hamilton pendant un demi-tour et ayant terminé avec un meilleur chrono que Russel (dans la Williams, bien sûr...).

Du côté des graphismes, le résultat est correct, sans plus. J'ai connu de nombreux autres jeux de voiture plus beaux, l'ensemble manque de texture, pour un résultat un peu "plat". Cela passe malgré tout, l'accent ayant été clairement mis sur le réalisme, aidé en cela par l'ambiance sonore des machines tonitruantes, des appels radio, des encouragements du public, et du "bip" du DRS. Honnêtement, une fois sur la piste, entre le trafic à gérer, les courbes à négocier, et les réglages à modifier sur le volant, il n'y a pas le temps de regarder le paysage, et ce détail est vite oublié. Il est à noter que la vue est par défaut juste au-dessus du halo, un choix compréhensible dans un jeu vidéo pour offrir une meilleure vision d'ensemble, mais qui brise un peu l'immersion. Si vous voulez vous rendre compte de ce que les pilotes voient, voilà un cliché pris lorsque j'attendais de me rendre sur la piste, avec les écrans de contrôle sur ma voiture (mais après l'accident de Romain Grosjean, plus personne ne se permettra de critiquer cet organe de sécurité qui a sauvé la vie au pilote français de chez Haas).

Si vous aimez regarder la F1, vous adorerez F1 2020, qui reprend l'essence du sport automobile, dans un titre qui se veut le plus complet possible. Mais attention, comme je l'ai déjà évoqué à plusieurs reprises, il embarque aussi la technicité de la discipline. Ce n'est pas un simple jeu arcade où il suffit de suivre un rail pour faire des tours parfaits, ou de rembobiner la course pour reprendre en cas de crash. Je ne méprise pas du tout ces titres orientés arcade, j'ai passé aussi d'excellents moments dessus. Mais F1 2020 s'adresse à un autre type de public, des passionnés qui ont envie d'avoir un tout petit aperçu de ce que cela peut être de conduire ces bolides à plus de 300 kms/h. Avant de terminer, je vous invite, si cela vous intéresse d'en apprendre plus sur le jeu, à lire ici l'article qu'Azashar avait publié en août !


Jeux du moment

>> Liste complète <<