Publicité

Oceanhorn 2: Knights of the Lost Realm – Balade en terre inconnue

J'ai testé pour vous Oceanhorn 2: Knights of the Lost Realm, un jeu développé et édité par Cornfox & Bros. Est-ce que vous êtes prêt pour l'aventure ? C'est l'heure de l'aperçu d'un jeu intéressant de bien des façons !

 

Histoire

Le monde a sombré, mais vous êtes là, observateur, pour scruter ce qui a mené à tout ça, le passé, et pour voir une autre époque. Voici l'épopée du jeune héros anonyme, aidé par son mentor Mayfair, qui deviendra un chevalier et défendra le monde contre ses menaces les plus viles et dangereuses.

L'histoire nous emmènera dans une quête pour replacer des symboles que l'on avait récupérés dans le premier opus. Comme quoi... faut bien réparer ses erreurs, surtout quand ce sont les autres qui le font pour nous. Nous devrons pour cela affronter des hordes de créatures plus ou moins dangereuses en passant par des forêts, des plaines, et autres décors plus ou moins dangereux avant de parvenir jusqu'au mal suprême qui vous attend de pied ferme. Une histoire au final assez banale, sans vraiment de rebondissements, tant cela est attendu. On prend plaisir tout de même à la faire et on se laisse porter par le courant pour en profiter un minimum.

 

Graphismes & ambiance

Ce jeu est extrêmement inégal. On retrouve des graphismes vraiment très intéressants au niveau des décors et des effets qui sont très soignés et bien fichus pour la Nintendo Switch, mais les modèles de personnages sont assez rigides et souffrent de moult problèmes telles que les animations à la ramasse et les "glissades" pour que les persos se mettent à leur place. C'est vraiment dommage au final de gâcher un peu la sauce.

Par contre, la bande-son est particulièrement réussie du début à la fin du jeu avec des musiques justes et enchanteresses, des bruitages en général très convaincants. On se retrouve donc dans un monde bien réalisé avec une bande-son bien fichue mais des personnages un peu bancals... ça reste original comme choix !

 

Gameplay

Notre héros ne connaitra pas de montée en puissance en fonction des niveaux comme dans beaucoup de jeux. Ici, les niveaux viendront principalement augmenter les munitions, le stockage de sort et le rang du personnage. Pour augmenter sa vie ? Il faudra simplement trouver des réceptacles de cœur dans les coffres, et une fois qu'on en possède trois, paf la jauge est augmentée ! Cela nous obligera à fouiller toutes les zones de fond en comble pour trouver le moindre coffre intéressant. Nous voyagerons d'ailleurs en bateau à certains moment pour explorer le monde et aller d'ile en ile. Ce dernier, bien qu'assez lent, nous permet d'apprécier les différents décors et d'aller vers notre destination sans faillir, car il est dirigeable par le joueur.

Sur le chemin, vous trouverez moult ennemis différents possédant force et faiblesses. Seulement, les affrontements ne sont pas vraiment épiques tant les ennemis sont lents et stupides. Par exemple, pour les troupiers que l'on retrouve souvent, il existe des commandants qui portent une arme lourde tellement lente... qu'on voit le coup arriver et on a le temps de reculer doucement pour l'éviter avant de le trucider. On retrouve cela sur quasiment tous les ennemis humanoïdes du jeu, et les autres... excepté les boss, c'est un partern ridiculement simple à assimiler. Pour les boss, la vraie dangerosité sera la maniabilité un peu aléatoire du jeu. On s'envole sur un malentendu, on saute et caracole pour un oui ou un non... comme sur le boss oiseau du sanctuaire sylvain et ses tornades qui nous retournent au sens propre, la gestion de la physique étant fort douteuse.

Le jeu propose une partie d'exploration qui donnera lieu à des moments intéressants où il faudra gérer l'environnement avec les différents sorts (via un pistolet lanceur) qui viendront geler un point d'eau pour se faire des plateformes, brûler des obstacles ou encore créer des arcs électriques pour résoudre des énigmes, quand ce ne sera pas pour faire des dégâts et autres effets sur les créatures. Bien que de base pas très puissants, il est possible de les augmenter en y ajoutant des éclats que l'on trouve dans la nature ou chez les différents marchands du jeu.

Nous aurons, pour nous aider, en plus des grappins, bombes et autres projectiles, des compagnons qui nous seconderont à résoudre nos énigmes. Cependant, cela n'ira pas beaucoup plus loin tant, au combat, ils serviront au mieux à attirer les ennemis sans faire de réel dégâts. Il ne sera d'ailleurs pas possible de les personnaliser que ce soit au niveau des styles ou des compétences. Tout comme notre héros en somme qui n'est pas personnalisable, excepté pour ramasser de temps à autre les armes ennemies et ainsi changer pendant quelques temps de styles de combat.

 

Résumé

Oceanhorn 2: Knights of the Lost Realm est un jeu intéressant avec de bonnes idées, mais bourré de défauts qui viennent gâcher le plaisir de jeu. Que ce soit les combats peu intéressants ou les différents problèmes de gameplay assez basiques, on ne peut que regretter qu'un soin plus poussé n'ait pas été au rendez-vous. Cependant, l'emballage est là pour rattraper un peu les choses et proposer tout de même un jeu cohérent. Je pense qu'il est surtout fait pour les fans du premier opus et ceux qui n'auront pas peur d'être découragés par les mauvais côtés du jeu. À voir la version pour mobile...

Disponible sur :


Jeux du moment

>> Liste complète <<