Publicité

Good Company – Incarnez un patron qui met la main à la pâte

L'univers des jeux de gestion ne cesse de s'enrichir, mois après mois, dans les étals virtuels des boutiques Steam, GOG et Epic Game Store, avec des titres parfois réussis, souvent un peu cassés, et aussi d'autres totalement ratés. Le jeu de Chasing Carrots appartient heureusement à la première catégorie, et fera grimper votre compteur d'heures à un rythme infernal, pour peu que vous arriviez à dompter la bête !

Good Company, malgré une suite de missions faisant office de tutoriel, est un titre qui demande pas mal d'apprentissage, pour dompter déjà son interface, qui nécessite quelques heures de jeu avant d'être parfaitement assimilée. Les liaisons à faire entre les différentes machines, étagères, point de liaison, arrivée/sortie de matériels paraissent en effet évidentes une fois bien maîtrisées, mais il ne sera pas rare, durant vos premières manipulations, de voir apparaître une erreur indiquant un matériel manquant, un mauvais lien établi ou un souci de stock ou de place sur l'étagère... Les paramètres à gérer sont en effet nombreux. Il faut dire que le personnage que vous incarnez est du genre à vouloir porter toutes les casquettes : patron, directeur technique, ingénieur et gestionnaire sont autant de rôles que vous devrez occuper en début de partie...

Pour optimiser les rendements, il sera en effet primordial de déléguer vos tâches et de gérer les chaînes de productions au mieux. Et force est de constater que je n'ai pas la fibre à ce niveau- là, tant ce que j'ai pu voir sur Youtube jurait avec mes quelques pitoyables bancs de production. Heureusement, mon rendement était suffisamment bon pour ne pas mettre la clef sous la porte. Ne pensez pas pour autant vous la couler douce une fois l'optimisation effectuée. Le jeu veille à ce que vous soyez toujours en action, notamment pour l'innovation, où vous devrez engranger, puis dépenser des points de recherches pour proposer de nouveaux produits sur le marché, et rester ainsi au-dessus de la concurrence, sous peine de devenir ringard assez rapidement.

Par chance, on n'attend pas de vous que vous révolutionniez le marché tous les 6 mois. Proposer une batterie avec 200mAh de plus pour votre console portable suffira à faire repasser un tas de clients à la caisse. Car oui, pour le moment, pour peu que vous renouveliez vos produits suffisamment souvent, vous êtes sûr de faire tomber les dollars. Cela sera certainement corrigé avec l'arrivée prochaine du Marketing et des différentes gammes de produits (encore dans les tuyaux à l'heure où j'écris ces lignes).

Le jeu propose déjà actuellement pas mal de contenus, via une campagne solo offrant quelques missions et mettant en avant différentes fonctionnalités du titre dans lequel vous devrez atteindre différents objectifs pour débloquer les 3 étoiles. En sus de cette campagne, plusieurs défis vous attendent, relevant pas mal le challenge. Pour ceux ayant fait le tour, vous pourrez créer vos propres challenges via le mode libre qui vous octroiera pas mal de fantaisie.

Techniquement pas transcendant, Good Company tire tout de même son épingle du jeu en étant très coloré, que ça soit son interface, ses niveaux ou ses petits personnages qui s'activent pour faire tourner notre entreprise, on est loin de l'austérité graphique que l'on aperçoit bien trop souvent dans les jeux de ce genre.

Disponible depuis un peu plus d'un mois en Accès Anticipé sur Steam et GOG, Good Company a tout ce qu'il faut pour devenir un excellent titre, et pas uniquement de gestion, mais aussi un jeu de logistique, tant cet aspect prédomine. Le suivi est pour le moment régulier, avec des mises à jour hebdomadaires qui corrigent quelques bugs, ajustent certaines fonctionnalités et introduisent déjà quelques petits ajouts fort pratiques. La feuille de route promet en outre de nombreux autres ajouts, tels que l'arrivée d'un mode coopératif, du modding ou encore de nouveaux produits à fabriquer et de nouvelles missions scénarisées.


Jeux du moment

>> Liste complète <<