Publicité

Journey to the Savage Planet – Mister Sinister serait-il passé par là ?

La conquête spatiale... Un des buts ultimes de l'humanité depuis plusieurs dizaines d'années mais qui n'avance pas vraiment. C'est tout au plus si on arrive à alunir et à faire des expériences de gravité dans une étroite station spatiale. Bien loin des rêves de croiseurs stellaires, des voyages à la vitesse supraluminique et de Jar Jar Binks qui nous envahissent sur les grands et petits écrans !
Heureusement que pour alimenter ce fantasme de tant de monde, le jeu vidéo existe et nous propose très souvent de parcourir l'espace, explorer des mondes inconnus aux confins de l'univers, chaque licence le faisant à sa manière.

Aujourd'hui, grâce à Journey to the savage planet, nous allons visiter la planète canadienne du nom de AR-Y 26. Étant un explorateur pour Kindred, la 4ème compagnie d'exploration planétaire la plus importante de la Terre, vous allez vous retrouver sur cette planète hostile avec pour but de l'explorer pour voir si elle est apte à la colonisation, mais aussi éventuellement de découvrir et récolter suffisamment de carburant et de données pour rentrer parce que, finances délicates obligent, vous n'avez eu droit qu'à suffisamment de carburant pour un aller et même pas d'équipement !

Ces prémices d'une aventure catastrophe qui commence et ne s'arrêtera pas là en termes d'humour car ce dernier est omniprésent durant tout le jeu. Entre le design des créatures, leur comportement, les monologues d'EKO, notre IA de bord, ou encore les pubs et les correspondances par mail, le jeu déborde de débilités pour accompagner votre exploration solitaire dans la joie et la bonne humeur. Je dois aussi avouer que le fait que les doublages en français du Québec et non en français de France Métropolitaine ajoutent un délire parodique supplémentaire pour moi. Le fort accent de nos cousins du continent Nord Américain me fait pouffer de rire quasiment à tout coup.

C'est donc un sourire non stop qui m'a accompagné durant la douzaine d'heures dont j'ai eu besoin pour boucler le jeu normalement. À noter que pour finir tout à 100%, il faut compter autour de 18-20h de jeu, mais qu'il y a un succès de speedrun pour quiconque finit le jeu sous les 4 heures. C'est concevable, mais le faire sur une première partie, c'est passer à côté de tout un tas de choses annexes comme des missions secondaires, les expérimentations libres ou celles demandées pour progresser sur la quête scientifique.

Techniquement, le jeu est joli et coloré et colle très bien à l'ambiance déjantée du reste, sans bug notable ni soucis techniques. La prise en main est un poil délicate, faute à un manque de boutons lorsque certains équipements sont débloqués et qu'on doit faire 4 choses en même temps durant les combats, mais rien d'insurmontable après un peu de pratique. Reste alors le cafouillage avec le bouton B qui sert pour se baisser/glisser/faire des esquives selon le contexte et qui parfois ne sort pas la bonne chose ! Contre des boss ou de nombreuses créatures hostiles, se retrouver accroupi au lieu d'une esquive est plus que problématique car les dégâts peuvent rapidement s'enchaîner.
Heureusement que les moments où on doit combattre plus de 4 ennemis à la fois sont rares, et très souvent ce sera parce que vous les aurez provoqués. Car voyez-vous, en dehors de quelques créatures agressives de nature, la faune est relativement paisible et vous laissera vaquer à votre exploration à moins que vous ne lanciez la première attaque ou que vos expériences sur les créatures pacifiques ne les agacent. Il faut également noter des hitboxes assez étranges qui n'enregistreront pas forcément le coup malgré le fait que vous tirez au bon endroit et qu'il n'y a aucun obstacle à côté de votre tir, annulant sans aucune raison l'attaque.

Le jeu est équipé d'une option coop à 2 joueurs appréciable si vos amis ont le jeu. Le jeu ne possède pas de système de matchmaking interne, ce qui est vraiment dommage, car le joueur est forcé de jouer avec des gens qu'il connaît déjà. Malheureusement, faute d'amis le possédant et mes billets de recherche de joueur sur le Xbox Live ayant fait chou blanc depuis presque 1 semaine, je ne saurais vous dire ce que la coopération apporte de plus en termes de gameplay.

Ce que je peux vous dire, par contre, c'est que le jeu est totalement fun, complètement dingue et qu'il serait absolument dommage de passer à côté de cette brise d'air frais vidéoludique.


Jeux du moment

>> Liste complète <<