Publicité

Dead Cells – Y’en a qui préfèrent Dead Freezer

L'art du rogue-like n'est plus à démontrer vu la démultiplication des titres du genre en une periode d'existence de ce même genre très courte, mais maîtriser cet art et offrir un jeu de qualité en la matière est plus que délicat tant l'équilibrage, la difficulté, au fil des runs, le gameplay et l'univers doivent être réglés comme une horloge atomique et évolutifs.
C'est la raison pour laquelle beaucoup de rogue-like échouent, que quelques-uns arrivent à se démarquer de la masse et que les rares élus qui se démarquent encore plus de ces derniers deviennent comme des drogues de fun cultes dont on ne peut plus se passer.

Aujourd'hui je vais vous parler d'un de ceux-là - qui possède bien évidemment les éléments sus-cités - sorti déjà il y a un bon moment sur PC et consoles car depuis 6 mois que je possède le Game Pass sur Xbox One, je ne m'en lasse pas. Pour les deux cancres du fond qui ne suivent même pas les titres des articles, je veux parler bien évidemment de Dead Cells.

Alors c'est quoi Dead Cells ? C'est avant tout un jeu d'action plateforme un peu à la Castlevania en 2D version rogue-like dans lequel vous incarnez une masse informe et visqueuse qui se révèle être un prisonnier dans la prison d'une île sur laquelle s'est répandu un mystérieux mal, d'où votre apparence malgré le fait qu'on vous ait décapité avant le début de l'aventure.
Rapidement, vous prendrez possession de votre corps et partirez explorer divers lieux de l'île aussi glauques que procéduraux.
Ces environnements hostiles ne vous feront pas de cadeau et chaque run sera l'occasion de tester vos réflexes et votre capacité à vous adapter à l'équipement qui sera sur votre chemin. Car voyez-vous, une dague ne se manie pas de la même manière qu'une lance ou qu'un fouet. Des types d'armes, il y en a plus d'une dizaine et chaque type a des statistiques et caractéristiques plus ou moins aléatoires selon leur genre et leur niveau et il est tout à fait possible de se débrouiller pour enchaîner des combos destructeurs avec les deux armes équipables en même temps, comme par exemple une paire de dagues qui empoisonnent les ennemis à côté d'un de leur camarade qui a succombé à vos coups pour enchaîner les survivants avec votre fouet qui en plus d'ignorer les boucliers ennemis fait des dégâts bonus aux ennemis empoisonnés. Ceci n'est qu'un exemple car les possibilités sont nombreuses entre le type d'armes avec leur caractéristique inhérente, le système élémentaire (feu, poison, glace, foudre, sang), plus les caractéristiques aléatoires. Bref, le jeu offre de multiples manières de jouer. Personnellement, j'aime bien combiner la magie de glace qui gèle puis immobilise les ennemis avec une arme rapide de type double dagues ou épée à une main. Et si je récupère un tranche ligaments comme objet d'équipement, c'est encore mieux pour faire du dégât sans trop de risques.
Mais encore faut-il en croiser durant les runs, puisque tout est procédural et aléatoire.

Grâce à ce système de combos et d'armes, tous les types de joueurs pourront exprimer leur talent d'une manière ou d'une autre. Mais bien qu'ils y contribuent, ce ne sont pas ces éléments de gameplay qui rendent le jeu diaboliquement parfait, mais le gameplay en général. Le personnage se manie avec une précision et une rapidité qui demandera de très bons réflexes pour gérer les roulades, esquiver les attaques adverses et attaquer lors des ouvertures. Une fois cela maîtrisé, ce qui ne demandera pas énormément de temps, la réactivité et le dynamisme du personnage se montreront exemplaires et le joueur se surprendra à avancer avec vitesse et légèreté malgré la dangerosité des ennemis.
Sans compter que le jeu propose un contenu assez vaste pour qu'un run ne ressemble jamais aux autres.
Rajoutez à tout cela un humour assez caustique, parfois très meta et jouer à Dead Cells se révèle être un plaisir coupable rempli d'ennemis, de dynamisme et de fun pour lequel l'aspect technique n'est pas en reste puisque même si le style est old school et pixelisé, cet aspect volontaire est maîtrisé et sublimé par une animation et une fluidité au top.

La seule chose qui pourrait bien rebuter les gens sensibles, c'est l'aspect et l'ambiance assez glauque du jeu car, malgré un visuel relativement coloré, le jeu fait en sorte de vous opprimer en permanence de par son ambiance, sa difficulté et son intransigeance quant aux erreurs du joueur.

Mais en dehors de ça, c'est du tout cuit.


Jeux du moment

>> Liste complète <<