Publicité

PGW 2019 – Marvel’s Avengers & Final Fantasy VII Remake

Durant une présentation presse organisée dans un hôtel en amont de la Paris Games Week, puis sur le salon en lui-même, j'ai eu l'opportunité de jouer à deux jeux de Square Enix. Retour d'impressions !

 

Marvel's Avengers

Même s’il était déjà présenté à la gamescom, nous n’avions pas eu le temps lors du salon allemand de découvrir le nouveau titre de Crystal Dynamics, Marvel’s Avengers. Ce studio est notamment connu pour avoir créé le dernier Lara Croft et c’est la même dimension épique présente chez Marvel qui a motivé l’équipe à s’orienter vers les Avengers quand la question d’un nouveau projet s’est posée.

Authenticité et Originalité sont les deux axes suivis lors du développement. En effet, l’histoire est originale, mais basée sur des événements et des personnages des Comics. Lors de l’introduction, nous apprenons que cinq ans auparavant, l’A-Day (un événement dédié aux super-héros) à San Francisco s’est très mal passé. L’équipe a été tenue pour responsable et a été dissoute, engendrant une vague de désapprobation envers les super-héros, qui sont devenus des parias, mis au ban de la société. Mais une jeune fille, qui était sur les lieux lors de la catastrophe, croit toujours en ses héros. Fan irréductible notamment de Captain America, elle est persuadée que l’équipe a été piégée. Elle tente de pousser ses héros à reprendre le flambeau et à se racheter aux yeux du monde. Mais les choses ne sont pas simples, car les super-héros ont été remplacés par des êtres cybernétiques, créés par une puissance technologique inquiétante, AIM, qui s’est donné comme objectif de remplacer les super-pouvoirs par la science. Vous pouvez en apprendre plus à ce sujet sur le blog officiel.

Le scénario embarque à travers différents styles de contenu : les missions de héros qui ne se jouent qu’en solo, et avec un héros spécifique et les missions de zones de guerre (warzone) qui se jouent en ligne en coopération pour 1 à 4 joueurs et permettent d’incarner au choix l’un des héros de son roster.

Du côté des apparences, le jeu réaffirme ses deux axes de développement, avec des costumes issus des centaines de numéros des comics Marvel sortis ces 80 dernières années dans lesquels apparaissent les héros, complétés par des créations originales. Une boutique en jeu contiendra des éléments cosmétiques uniquement achetables contre de l’argent réel, qui ne se juxtaposera pas avec les éléments directement gagnables en jeu.

Les personnages évolueront avec l’équipement (arrivant en différents niveaux de rareté, ce qui débloquera des bonus, pouvant être encore plus forts si plusieurs pièces forment un set) et les niveaux (ce qui débloquera des compétences, organisées en quatre grosses catégories qui sont primaire, spécialité, capacité et utilitaire). Enfin, pour encore mieux s’adapter à chaque joueur, les pouvoirs en eux-mêmes pourront être personnalisés avec des bonus, offrant différentes façons de jouer le même héros.

Tous les personnages jouables sont désormais connus. Il y a 4 Avengers provenant de l’équipe initiale, bien connus du grand public grâce aux films : Bruce Banner/Hulk, Tony Stark/Iron Man, Thor, Natasha Romanoff/Black Widow, Steve Rogers/Captain America (oui, même s’il est mort, il semblerait qu’il sera jouable…). La petite dernière n’a été que récemment annoncée : Kamala Khan/Miss Marvel.

C’est cette dernière que nous avons eu l’occasion de tester dans un simulateur de combat face à des vagues successives de méchants. Miss Marvel est particulièrement fun à jouer, son corps s’étend, ce qui lui permet par exemple de sauter sur de très longues distances en agrippant la plateforme de ses bras agrandis. Les combos ne sont pas forcément évidents immédiatement à mémoriser mais utilisés au bon moment, le méchant se prend une baffe d’une main énorme, ou encore se retrouve écrabouillé sous un pied gigantesque. Ponctuellement, Miss Marvel est en mesure de grandir l’intégralité de son corps, pour alors décharger une quantité de dégâts phénoménale sur ses opposants. Elle possède une excellente mobilité et même un petit soin personnel pour se remettre des coups durs.

Il est difficile pour le moment de juger de la qualité du jeu en ne se basant que sur cette simulation de combat réalisée dans un endroit clos et contrôlé. Mais, du côté de la jouabilité tout au moins, c’est excellent et jouissif. J'avoue que j'émettais des réserves depuis l'annonce de Marvel's Avengers, déçue par l'apparence des personnages bien loin des visages connus issus des films... mais plus j'en apprends sur le projet, plus j'ai envie d'y jouer en espérant que le produit final sera à la hauteur des promesses faites. Un début de réponse arrivera lors de bêta, qui sera disponible en exclusivité sur PS4. Sinon, le jeu sortira le 15 mai 2020, et sera disponible sur toutes les plateformes habituelles (PC, Xbox One, PlayStation 4, et Stadia).

 

Final Fantasy VII Remake

Je n’ai pas eu l’occasion de suivre une présentation pour ce titre, mais simplement d’y jouer lors de la soirée presse, profitant donc de la même démo que le public a pu découvrir le lendemain sur le stand.

Pendant une quinzaine de minutes, nous contrôlons Cloud et Barret qui explorent un complexe sous-terrain (le complexe de Shinra). Descendant vers ce qui semble être le centre de la Terre comme l’un le fait remarquer, je m’entraîne face à de petits ennemis qui ne représentent pas un véritable challenge. Le passage d’un personnage à l’autre est instantané, Cloud étant plus orienté vers les dégâts de mêlée, tandis que Barret se spécialise dans les tirs à distance. L’IA prend le contrôle du personnage non joué sur le moment, assistant le joueur avec son attaque de base.

Comme tout jeu d’action, les attaques de mêlée et à distance sont immédiates. En revanche, pour les compétences, les objets et les sorts magiques, il faut utiliser un menu spécial, mettant le jeu en pause le temps de faire son choix, dépensant l'ATB gagnée en parant des coups ou en infligeant des dégâts.

Une fois en bas, Cloud n’a pas le temps de poser sa bombe qu’apparaît un énorme boss, le Scorpion Sentinelle. Il devient ici important d’utiliser ses sorts au bon moment, et notamment celui de Foudre de Barret qui a la particularité d’étourdir le boss. Bien entendu, il faut également être attentif aux zones de dégâts posées au sol ou se cacher pour éviter des dégâts.

Les graphismes sont d’une bonne qualité, ne donnant pas l’impression de se trouver ici dans un remake. Les jeux de 2020 n’ont pas à rougir du résultat, même si bien sûr l'environnement assez sombre de la démo couplé aux lumières agressives du salon ne permettent pas de donner un avis final de ce côté. Des soucis audio étaient présents, a priori dûs au matériel du salon donc je me réserve sur ce point. Enfin, du côté de la prise en main, c’est rapide et efficace, même pour une joueuse comme moi peu habituée aux Final Fantasy. Cependant, je n’aurais sans doute pas choisi de mettre le raccourci du menu sur Croix, les autres boutons servant à lancer les attaques, j’ai plus d’une fois ouvert ce menu par inadvertance, me coupant dans l’action. Verdict final attendu le 3 mars 2020 lors de la sortie du jeu sur PlayStation 4 !

Pour conclure, une petite vidéo présentant les doubleurs français du jeu :


Jeux du moment

>> Liste complète <<