Publicité

Gamescom 2019 – Control

Remedy Entertainment est de ces compagnies qui sortent peu de jeux, mais qui, lorsqu’elles sortent un titre, s'arrangent pour que cela marque les esprits. Cela a été le cas avec Max Payne 1, suivi du 2 (le 3ème a été développé par Rockstar), avec le formidable jeu de fantastique, Alan Wake, et enfin Quantum Break.

Ce n’étaient certes pas des jeux parfaits, mais ils ont su faire passer une certaine grandeur, une âme assez impressionnante dans leurs jeux et dans les univers de ces jeux. C’est donc tout naturellement que Control se met à titiller la curiosité de tous ceux qui ont apprécié jusqu’à présent les jeux de la firme finlandaise.

Durant la Gamescom, mon parcours a croisé Control par deux fois : la première était une session d’essai dans le cadre de la journée Nvidia, Control étant l’étendard de la technologie RTX. La seconde fois, le mercredi, avec une sorte d’hybride : présentation individuelle du jeu/entretien avec Mikael Kasurinen, le Directeur du jeu.

Pour ceux qui ignorent ce qu’est Control, malgré sa toute récente sortie, remettons le contexte en place : nous sommes dans un monde où le paranormal a une telle influence que le gouvernement a créé un organisme dédié qui contrôle, régule et gère les situations liées aux pouvoirs : le Federal Bureau of Control.

Vous incarnez le nouveau directeur du Control qui tente de reprendre les rênes des bureaux après que les locaux soient pris d’assaut par des forces surnaturelles.

Dans ce jeu en monde ouvert, vous êtes libre de vous balader dans ce très grand complexe, découvrir l’origine de cette invasion, et combattre les intrus avec vos propres capacités télékinétiques.

Mais c’est tout un pan qui m’a été expliqué ensuite par Mikael Kasurinen, la démonstration Nvidia nous mettant en scène dans le chapitre 5, sans une bribe de scénario dévoilé, ni même l'impression  qu’on évolue dans un Open World. Libre d’aller et venir dans les limites du chapitre, oui, mais Open World, je ne m’en serais même pas douté. Encore moins que le jeu possède des missions secondaires, l’essentiel présenté sur cette démo RTX (version PC, donc) mettait en avant les combats, très jouissifs et instinctifs de surcroît. On fait voler les éléments du décor avec une telle aisance sur les adversaires grâce à un système de lock semi-automatique intelligent que ça en est presque indécent ! On en oublie les légères maladresses de Quantum Break en la matière. Là encore, c’est l’entretien privé qui m’a permis d’en apprendre plus à ce propos.

Le RTX étant au coeur de la campagne marketing de Control sur PC, on pourrait s’attendre à quelque chose d’exceptionnel en termes de reflets et effets de lumière. La différence entre la fonction RTX activée et désactivée est effectivement flagrante, mais Watchdogs Legion m’a plus impressionné en la matière. A la décharge de Control, c’est tout de même le premier jeu qui exploite pleinement la technologie, donc ,forcément, ce ne sera pas le plus abouti !

A noter que les consoles actuelles sur lesquelles tourne le jeu, à savoir la Playstation 4 et la Xbox One, ne sont pas équipées de cartes RTX. La question s’est donc naturellement posée pour savoir comment ils ont fait sans, pour se rapprocher d’un rendu aussi satisfaisant. Là, il n’y a pas de secret : le travail des textures a été important ainsi que le calcul plus ou moins manuel de certains effets pour essayer de coller au mieux en abusant un peu du flou sur les zones de reflets pour gagner en puissance de calcul. La présentation privée s’étant faite sur Playstation 4, le rendu final est bon et est semblable à une version sans RTX, mais on est clairement à des lieues de la version PC avec RTX.

Le jeu étant sorti cette semaine, je ne vais pas trop vous en dire plus sur le gameplay, les kits, les pouvoirs, les enjeux, etc. , car tout cela sera dans le test qui arrivera prochainement. Mais d’après les même pas 20 minutes de jeu auxquelles j’ai pu jouer lors de cette Gamescom, je ne m’en fais pas trop pour Control si l’ensemble se maintient sur la durée.

Vous pouvez trouver le jeu sur Xbox One, PlayStation 4 et PC (via l'Epic Games Store).


Jeux du moment

>> Liste complète <<