Publicité

Gamescom 2019 – Unity of Command II

Prévu pour la fin d'année 2019, le jeu de stratégie au tour par tour de 2x2 Games et Croteam était présenté à la gamescom sur le stand national croate. Plus qu'un jeu de stratégie, le titre se définit comme un jeu de guerre avec un réalisme historique poussé, amenant à proposer des unités réelles dans les conditions historiques de batailles passées. Le II reprend la recette du I, un jeu de niche qui avait été bien reçu malgré un public potentiel assez restreint. Le succès n'a d'ailleurs pas aidé le studio à rempiler, tant le développeur solo à l'origine du I (sorti en 2011 grâce à Tomislav Uzelac) craignait de décevoir son public. Et pourtant, le II est bien là, suivant les forces alliées lors de la seconde guerre mondiale, dans une campagne emmenant de la Tunisie à l'Allemagne. Premier changement notable : le passage à la 3D. Le rendu est plutôt efficace, même s'il y a forcément une perte de lisibilité par rapport à la 2D initiale. Vous noterez également le brouillard de guerre qui masque les zones où l'on ne possède aucune unité.

Une démo jouable proposait de déloger les Allemands de plusieurs villes, en prenant le contrôle d'une armée composée de bataillons d'infanterie et de tanks. La partie débute par le "tour 0" pendant lequel des unités supplémentaires sont achetables contre du prestige. Puis chaque unité est positionnée sur la carte et les véritables tours débutent ensuite. Les mouvements sont assez classiques, sur un système de grille, avec différentes attaques à déclencher dans un second temps. Si l’unité ne va que bouger, elle peut sacrifier son attaque pour couvrir une plus grande distance. Les quartiers généraux sont primordiaux, permettant de réorganiser, relier et réapprovisionner les unités, mais également de déployer des capacités spéciales comme un réapprovisionnement d'urgence ou le déploiement d'unités motorisées.

Même si toutes les cartes sont basées sur des batailles historiques, des objectifs bonus sont proposés aux joueurs qui aiment les "et si". Ainsi, il est donné la possibilité de changer l'histoire et de donner un cours différent aux événements, même si ces objectifs ne semblent pas des plus simples à accomplir, et s'adresseront sans aucun doute surtout aux joueurs les plus expérimentés.

Malheureusement, j'ai découvert à mes dépens l'une des meilleures méthodes pour gagner : l'encerclement. En effet, les unités ont besoin d'être approvisionnées pour bouger et attaquer. En coupant les routes, des unités sont en mesure de bloquer les unités ennemis qui en deviennent alors inutilisables tant qu'elles ne sont pas réapprovisionnées. Du coup, j'ai trop foncé vers une ville au nord, séparant en deux mes forces. Les Allemands, gérés par l'IA, se sont alors positionnés entre les deux, sur des points stratégiques, et ont coupé toutes mes voies d’approvisionnement. Ils n'ont plus alors eu qu'à attendre que je consomme toutes mes ressources et à achever mes armées les unes après les autres sans que mes hommes ne puissent rien faire.

Même si ma défaite a fortement gêné le développeur qui me présentait le jeu, cela est plutôt positif en ce qui me concerne. UoCII n'est pas un jeu facile, il faut prendre le temps d'apprivoiser l'interface, très fournie, et les possibilités de chaque unité, sans oublier les quelques mécanismes qui lui sont propres. Pour les débutants, le jeu final proposera 4 niveaux de difficultés (facile, normal, classique et dur). À savoir également que les joueurs pourront créer leurs propres campagnes et les proposer aux autres, avec un grand contrôle sur tous les éléments de la carte : couleur de l'eau, brouillard, moment de la journée...

Un jeu qui s'annonce donc particulièrement complet mais qui, tout comme le premier, s'adressera principalement à des joueurs expérimentés en jeu de stratégie, et fascinés par cette période de l'histoire.


Jeux du moment

>> Liste complète <<