Publicité

Vane – Le garçon et l’oiseau

Fin janvier, Kyotenshi vous présentait Vane à sa sortie sur PlayStation 4, le premier titre du studio Friend & Foe. Il n'avait pas été particulièrement convaincu… Pour autant, lorsque je voyais les vidéos et les différentes captures d'écran, je n'arrivais pas à me défaire de cette envie de me lancer dans l'aventure. Alors quand le titre a finalement perdu son exclusivité sur la console de Sony pour sortir sur PC le 23 juillet, j'en ai profité pour me lancer.

Une petite vidéo pour se mettre dans l'ambiance :

Le jeu en lui-même débute par une étrange scène pendant laquelle je contrôle un  garçon tentant de s'échapper d'une ville qui s'écroule autour de lui. Il n'y a durant cette phase pas grand chose à faire si ce n'est suivre le chemin à travers la poussière du chaos des bâtiments qui se désagrègent. Puis la partie en elle-même débute et je me retrouve à incarner... un corbeau.

Même si la lumière se fait plus tard sur le lien qui existe entre le garçon et l'animal, cela m'a au premier abord étonnée. Quoiqu'il en soit, le garçon est oublié, le désert servant d'introduction se concentre exclusivement sur la capacité du corbeau à savoir voler et chanter pour rameuter d'autres corbeaux. Je me retrouve ainsi à errer dans une grande étendue de sable à la recherche de manches à air. En se posant dessus, puis en appelant les copains oiseaux à proximité, cela les réactive, et les oiseaux foncent vers une grande girouette rouillée, plus ou moins au centre.

Normalement, après avoir activé les 4 manches à air, la girouette se casse, ce qui libère une boule dorée cachée dans ses entrailles métalliques. Sauf que j'ai eu beau toutes les activer, puis désespérément chercher d'autres manches à air que j'aurais ratées, il ne se passait rien. Je ne voyais plus non plus cette lueur qui brillait à l'horizon pour m'indiquer où se trouvaient mes objectifs. Las d'errer, je me suis rabattue sur internet pour comprendre et je suis notamment tombée sur une vidéo de Walkthrough qui suivait exactement le même chemin que moi. J'ai alors réalisé que je me trouvais bêtement face à un bug... J'ai rechargé ma partie au dernier point de passage. De retour à la girouette pour appeler tous les corbeaux, elle s'est enfin cassée, libérant la boule qui  a créé une flaque jaune lumineuse... Une bonne heure de perdue sur un passage qui normalement s'accomplit en une quinzaine de minutes.

Pas la meilleure façon de découvrir un nouveau jeu...

Là, j'ai compris en volant/marchant dans la flaque enfin apparue que le garçon est une forme du corbeau (ou le corbeau une forme du garçon ?). Ils ne peuvent cependant pas passer de l'un à l'autre à volonté : le  garçon se transforme en corbeau lorsqu'il tombe, tandis que le corbeau ne peut devenir le garçon que grâce aux flaques jaunes lumineuses.

Dès le désert quitté, la progression se trouve basée sur cet échange de l'un à l'autre. L'oiseau sert à explorer, utile pour atteindre les endroits les plus élevés et faire du repérage. Sur le modèle du désert, il doit également activer certains leviers qui lui sont dédiés, avec un perchoir. Le garçon se voit lui relégué au rôle de grimpeur, dans un style très proche d'un plateformer, obligé d'évoluer au sol dans un environnement en ruine, à sauter sur des trucs et à escalader d'autres bidules. Il est le seul à posséder des mains, ainsi qu'une force suffisante pour activer les leviers avec poignée.

La prise en main n'est pas très évidente, l'oiseau réagit assez bizarrement parfois, partant en grands plongeons qui ne rendent pas la précision évidente. Heureusement, une assistance est en place pour automatiquement le poser s'il passe suffisamment lentement à proximité d'un perchoir qui le concerne. Et pourtant, bien que le véritable animal en soit incapable, notre corbeau ici fait du sur place en vol tel un colibri ! Du côté des commandes, Vane supporte tout, à la fois la manette et la souris, et vous voudrez certainement avoir la première, car la jouabilité est bien meilleure avec un contrôleur, le jeu ayant clairement été créé dans une optique console.

Les graphismes sont plaisants, créant cette ambiance si atypique qui m'a donné envie de jouer, et ils sont de la même qualité du début à la fin du jeu. Les environnements sont variés, passant d'un vaste désert pastel, n'abritant que quelques rares traces d'habitations, à une caverne grisonnante et flippante, bordée de grands bâtiments gris entre lesquels sont tendus des rails sur lesquels transitent des cages. La musique d'ambiance est elle réduite à sa plus simple expression : les bruits environnementaux de la nature, le flip-flap des ailes, les pas du garçon et le chant du corbeau lorsqu'on l'active. Très ponctuellement, lors d'événements importants, une petite musique, mais c'est totalement anecdotique.

Par contre, de gros soucis de caméras apparaissent principalement avec le garçon qui est amené à évoluer dans de petits espaces. Parfois, je ne voyais tout simplement rien du tout, obligée de faire des 90° pour essayer de trouver un angle de vue acceptable. Je ne parle même pas du contrôle à la souris, la caméra étant liée au déplacement de la souris, ce qui est ingérable sauf en baissant à fond la sensibilité. Il est également dommage que certains endroits intrigants ne soient que des décors statiques, comme ces fenêtres des ruines du désert qui se révèlent n'être que du noir de remplissage... Je voulais visiter, moi !

S'accomplissant en 1h30 en ligne droite, comptez au moins le double, voire le triple, pour votre première partie, car rien n'est indiqué, et vous allez immanquablement vous perdre. Il n'y a aucune aide, tout est question d'observation et d'expérimentation personnelle, sans personne pour vous tenir par la main et vous guider d'un point A à un point B comme c'est bien trop la mode actuellement. Sur le modèle d'anciens jeux d'aventure-réflexion (je pense en premier à Myst), attendez-vous à errer de longues minutes dans les mêmes espaces avant de comprendre comment activer tel élément, qui permettra à l'oiseau ou au garçon d'atteindre tel endroit, qui permettra de débloquer la boule, qui posera la prochaine flaque jaune, avant d'errer de nouveau pour l'étape suivante.

Cela plaira à certains, et rebutera les autres.  Si vous n'avez pas la patience, passez votre chemin. Si au contraire vous n'avez pas peur d'un certain défi, vous trouverez une jolie aventure exploratoire :


Jeux du moment

>> Liste complète <<