Publicité

Vane – N’est pas Ico(nique) qui veut

Difficile de rester de marbre devant les différents trailers de Vane, le premier titre du studio Friend & Foe. Il faut dire que ce dernier sait se montrer séduisant, en s'inspirant allègrement des différentes œuvres de Fumito Ueda... jusqu'à pousser le vice en ayant un artiste de The Last Guardian sur le projet. J'ai donc suivi le projet de loin, jusqu'à pouvoir poser mes mains sur ce jeu exclusif (pour le moment ?) à la PS4. Et je peux l'avouer dès à présent, Vane est l'une de mes premières déceptions de cette année.

C'est ainsi que tout commence...

Pourtant, l'introduction est on ne peut plus engageante. On dirige un petit garçon plongé dans un monde complètement ravagé, avec une tempête qui arrache le décor au fur et à mesure de notre avancée. L'esthétisme du jeu est marquant dès le départ, le décor est anguleux, les teintes choisies alternent entre la couleur rouille et le noir... on se sent très petit face à cette tempête qui ravage tout, face aux bâtiments immenses qui se dressent et s'effondrent au loin... jusqu'à l'homme qu'on croisera, lui aussi immense, et renforçant la petitesse de notre avatar. Ce dernier sera posté devant nous, nous empêchant de traverser le seul bâtiment illuminé du lieu sombre où l'on se trouve. La tempête arrive et balaie notre personnage de l'écran. Une minute de chargement plus tard, on incarne un corbeau ouvrant les yeux et faisant face à un immense désert ne demandant qu'à être exploré. Et c'est à ce moment que tout se gâte.

Le jeu nous lâche ainsi, et ne nous prendra plus jamais la main. Je ne suis pas contre le principe, mais il apparaît important de donner au moins un objectif au joueur. Ici, ce n'est pas le cas. En dehors d'une petite aide contextuelle qui nous dit "Appuyez sur "Croix" pour battre des ailes" ou "Appuyez sur "Triangle" pour croasser", aucune indication ne viendra guider l'aventure. On se retrouve donc à voler dans une zone de jeu assez vaste, avec quelques bâtiments ça et là, sur lesquels on se posera pour croasser et espérer que notre action fasse avancer l'histoire. La sensation initiale de liberté qui se dégage s'envole bien vite, laissant le sentiment d'être prisonnier de ces lieux immenses.

On ne peut retirer une chose au jeu : c'est beau

Heureusement que l'on en prend plein les mirettes en naviguant dans le monde de Vane... car sans cette direction artistique et quelques effets "Waouh" dans la mise en scène, le jeu de Friend & Foe n'a pas grand-chose pour lui.

Ne comptez pas sur le level-design du titre mal fagoté, qui frustrera à bien des égards. Sentiment renforcé par la lenteur atroce de nos personnages. Que l'on soit sous forme d'oiseau ou de garçon, le jeu est affreusement lent. On pourrait éventuellement comprendre la lenteur de notre avatar humain, face à ces décors gigantesques, mais l'oiseau est pratiquement aussi lent que lui... On alternera donc entre ces deux formes, l'oiseau étant utilisé pour les passages en extérieur, et l'humain pour les zones intérieures. Quelques menues énigmes parsèmeront les passages avec le garçon, mais ne vous attendez pas à des énigmes complexes ou originales.

Un passage avec le garçon

A ces défauts s'ajoutent malheureusement de gros soucis de finition... je me suis ainsi retrouvé plusieurs avec une caméra bloquée dans un mur... quand ce n'était pas mon personnage directement. Des baisses de framerate sont à noter également, surtout en extérieur. J'ai également eu un plantage du jeu après avoir été bloqué dans un mur. Après un redémarrage de la console, j'ai constaté avec un certain déplaisir que le jeu n'avait pas sauvegardé ma progression... 45 minutes de jeu perdu. Et je semble à priori faire partie des chanceux. Certains ayant eu des plantages plus nombreux. Pour les sauvegardes, il semble surtout s'agir d'une volonté (idiote...) des développeurs de sauvegarder à chaque début de chapitre.

Du côté "durée de vie", j'ai terminé le jeu en un peu plus de 4 heures, et au vu des défauts du jeu, ce n'est pas franchement un mal. Enfin, au niveau de la BO, c'est le silence qui vous accompagnera une bonne partie du temps. En dehors du début de jeu et de quelques envolées musicales en complétant certains objectifs, n'attendez pas grand-chose.

Vous l'aurez, je pense, compris, il m'est difficile de recommander Vane. Et ça m'attriste, car le jeu dispose d'une direction artistique fabuleuse qui mérite d'être découverte... mais tous les à côtés sont rebutants au possible. Des personnages lents et peu maniables, une finition qui laisse franchement à désirer et un level-design que je qualifierai sympathiquement de "labyrinthique"... Le premier projet de Friends & Foe est peu engageant. Dommage.

 


Jeux du moment

>> Liste complète <<