Publicité

Warparty – Un STR à l’âge de pierre

Dinosaures contre hommes préhistoriques, qui gagne à votre avis ? On pensera naturellement à une domination sans faille des dinosaures, mais ça, c'était sans compter sur la bonne vieille magie que la civilisation humaine du jurassique a su maîtriser. Warparty nous place ainsi dans un monde où dinosaures et humains (qui portent le doux sobriquet de Go'n dans le jeu) vivent ensemble et où l'homme parvient à dompter sans trop de mal quelques espèces à l'aide de ruses et magies.

Un début de partie on ne peut plus classique

Warparty adopte la structure (trop) classique d'un STR. 3 factions sont disponibles (et sont chacune représentées par un héros) et revisitent ce qu'on voit partout ailleurs sans chercher à réellement innover. On retrouvera ainsi l’indétrônable race humaine, les mort-vivants et les Vitharas, une espèce d'elfe en paix avec la nature et qui peut utiliser la faune comme alliée. Une campagne permet de prendre en main les unités, avec une demi-douzaine de chapitres à faire par faction. On se contentera ensuite du mode escarmouche contre l'IA ou contre d'autres joueurs en ligne. A noter qu'un mode de survie est également disponible, où l'on doit survivre face à différentes vagues d'ennemis.

Un petit mot rapide sur l'histoire, qui est contée en filigrane durant la campagne. Autant dire qu'elle ne marquera pas grand-monde. On aura droit à quelques cut-scenes relativement plates, d'une minute chacune, tout au plus. Le reste apparaît sous forme de fenêtre de dialogues en haut à droite de l'écran, pour justifier telle ou telle action. Au vu de l'univers dépeint, il aurait été intéressant de creuser un peu plus, mais ça n'a jamais été une grande force pour ce style de jeu (sauf rares exceptions comme StarCraft ou Command & Conquer).

Amener un dinosaure dans cet enclos permettra de le dompter

Jeu de stratégie temps réel oblige, le rythme de la partie grimpera souvent crescendo. On retrouvera donc les débuts de partie poussifs inhérents au genre. Fabrication de villageois, collectes de ressources, fabrication d'habitats et de divers bâtiments d'attaque/défense pour ensuite façonner son armée, avant de partir à l'attaque. Le jeu se démarque toutefois sur un léger point, c'est le domptage. En dehors des petits dinosaures inintéressants, il peut s'avérer utile, si ce n'est crucial dans certains cas, d'apprivoiser quelques dinosaures et tigres. Chaque bête dispose de capacités propres (vitesse, robustesse ou encore attaque renforcée) qui mettra à mal l'ennemi. Il sera également important de s'approprier les petits sanctuaires de magie présents ça et là sur la carte pour déclencher certains pouvoirs plus ou moins puissants.

Les morts-vivants sont dispatchés un peu partout dans ce niveau de la campagne

Pour le reste, on demeure face à un titre ultra-classique. Alors certes, le studio n'a pas vocation à révolutionner le genre, mais certains points font quand même tiquer, à commencer par le pathfinding, qui fait n'importe quoi dès qu'on déplace plus d'une unité (j'exagère un peu, mais à partir de 3, c'est clairement perceptible). Les unités vont soit se bloquer entres elles, soit emprunter des chemins différents et se bloquer entre le décor et une ressource à récolter, ce qui retarde le petit groupe et peut faire rater un assaut. On sourit quand ça arrive la première fois, puis quand on voit que l'IA ennemie subit le même sort que nous, mais le sourire disparaît rapidement quand on remarque que ce sont les tracés qui sont globalement ratés.

On attend d'un STR qu'il soit lisible, et force est de constater qu'il l'est, de l'interface à la minimap, en passant par l'action elle-même, tout est pensé pour que le joueur puisse toujours s'y retrouver, qu'il soit débutant ou amateur du genre. Alors certes, techniquement, ça ne casse pas des briques, mais au moins, ça tourne sans faire flancher la machine.

Le Sage (un héros) me permet de convertir un dinosaure en allié à l'aide d'une simple touche

Warparty ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Respectant tous les codes du genre, on ne peut pas dire qu'il soit mauvais, mais il ne se démarque pas suffisamment. En dehors de sa mécanique de domptage et d'un mode survie qui fera plaisir à quelques joueurs désireux d'apparaître dans le classement classé, on n'en retient pas grand chose, si ce n'est un pathfinding mal fichu qui provoquera quelques crises de nerfs (et qui sera, je l'espère, patché rapidement).

Warparty est disponible sur PC, PS4, Xbox One et Switch, au tarif de 24,99€.


Jeux du moment

>> Liste complète <<