Publicité

Townsmen – Une ville médiévale dans la poche

Le 9 novembre, HandyGames a lancé sur Nintendo Switch son jeu de construction de ville à l'époque médiévale, Townsmen, une licence très prolifique qui est déjà sortie sur de nombreuses plateformes : il existe en effet une version Steam, une version en réalité virtuelle, mais également une version gratuite sur Android, iOS et Windows Store.

Pour lancer sa première partie, trois possibilités existent :

  • les six niveaux du didacticiel qui couvrent les bases à connaître, dans une difficulté incrémentale.
  • une vingtaine de scénarios avec des objectifs spécifiques pour chacun, militaires ou non, sur des cartes de plusieurs tailles.
  • une vingtaine de niveaux sandbox dans différents environnements, sur des cartes de plusieurs tailles.

 

Bâtiments et production

Le centre d'activité du village est le château, un gros bâtiment qui sert d'entrepôt pour toutes les ressources récoltées. Pour que de nouveaux habitants arrivent dans le village et y travaillent, il faut leur construire des maisons, des petites (2 personnes) ou des grandes (5 personnes). Accessoirement, les habitations génèrent des taxes, utiles pour remplir les caisses.

 

Heureusement, tous les habitants sont interchangeables et il n'existe aucune spécialité. À partir du moment où une maison achève sa construction, les nouveaux habitants deviennent disponibles dans tous les bâtiments. Bien sûr, comme leur nombre est limité, en tout cas au début, il faut habilement les répartir. Supprimer tout travailleur d'un bâtiment met la production à l'arrêt. En améliorant le niveau des bâtiments, plus de travailleurs peuvent travailler conjointement au même endroit.

La chaîne de production est particulièrement compliquée et nécessite généralement deux voire trois bâtiments avant d'être complète. Quelque chose d'aussi simple que des planches demande de poser une cabane de forestier pour couper les arbres, puis une scierie pour transformer le bois en planches, bois servant également dans la charbonnière pour créer du charbon indispensable à la fonte du minerai. La production de vêtements commence avec le pré à moutons, une dépendance de la ferme. La laine est ensuite transformée en tissu dans l'atelier de tissage, puis ce tissu est utilisé pour créer des vêtements dans l'atelier du tailleur. Avant d'ouvrir un monastère, il faut poser une touraille, avec son champ de houblon, afin que les moines puissent brasser leur bière, qui augmente le divertissement à la taverne. Pour ceux qui préfèrent éviter l'alcool, un vignoble, avec des champs de vigne, produit du raisin qui se transforme en jus dans un pressoir.

La nourriture se récupère de plusieurs manières. S'il y a une étendue d'eau, la cabane de pêcheur a l'avantage de rapporter des poissons toute l'année, tout comme la cabane du chasseur qui fournit de la viande issue des animaux sauvages, ainsi que du cuir pour les armures. À la ferme, une porcherie permet au porcher d'élever des cochons qui, abattus à la boucherie, fournissent viande et cuir. Le fermier également collecte du blé dans les champs qui, une fois moulu dans un moulin, est utilisé par la boulangerie pour être transformé en pain, mais la production est cyclique, et le blé ne se cultive pas durant l'hiver.

Le minage n'est pas une sinécure, les mines sont rares et, surtout, le fer s'épuise. Un géologue peut travailler un moment sur un filon pour rétablir l'approvisionnement, mais son travail n'empêche pas la mine de devenir improductive au bout d'un certain délai. Et sans fer, impossible d'obtenir des barres dans la fonderie, entraînant la fermeture de l'atelier de l'outilleur alors que les outils sont essentiels pour construire tout nouveau bâtiment, et de l'armurerie, ce qui bloque la production d'armes et d'armures, rendant le village démuni devant les attaques de bandits.

Car même s'il n'existe pas de second camp à attaquer comme sur de nombreux jeux de gestion où la partie combat est très importante, des bandits attaquent régulièrement le village. S'ils ne sont pas repoussés, ils pillent les ressources ou même détruisent des bâtiments entiers, avec tout ce qu'ils contiennent. Heureusement, en mode sandbox, ces attaques sont désactivables pour se focaliser sur l'aspect économique de la gestion.

Gagner de l'argent est difficile, le conserver encore plus car tout coûte cher, que ce soit construire ou réparer un bâtiment. En plus des attaques des bandits, les catastrophes ne sont pas rares, d'énormes orages ou des tempêtes de neige peuvent s'abattre sur le village suivant les saisons, avec parfois des conséquences dramatiques. Mon village a également été frappé d'une épidémie de peste, qui m'a obligée à construire des infirmeries créant des remèdes à base d'herbes à ramasser dans le jardin aux plantes lié à la ferme. Des incendies se déclarent ponctuellement, et pourront détruire un bâtiment s'il n'y a pas une tour d'incendie à proximité pour intervenir au plus vite. Les saisons impactent également la production, et l'hiver est notamment une période difficile à passer durant laquelle la nourriture et la boisson viennent bien souvent à manquer.

Pourtant, par n'importe quel temps, il est important de veiller aux besoins des habitants en termes de production et de protection car sinon ils quittent le village, ce qui entraîne la destruction de leurs maisons (et donc la perte des ressources investies à la construction) et la désertion des postes. Pour aider les habitants à passer les moments les plus difficiles, il est important de construire des bâtiments de divertissement, à commencer par le marché et la taverne. Les plus pieux des villageois apprécieront d'avoir une église et les plus riches communautés pourront mêmes' offrir un terrain de compétition, un camp de jongleur, un champ de foire et une aire de joute.

 

 

Quêtes et expérience

Dans tous les modes, des quêtes se déclenchent plus ou moins ponctuellement, avec des objectifs qui demandent soit de créer un bâtiment spécifique, soit de maintenir certaines jauges à un niveau donné (bonheur, religion, % de couverture des tours de garde...), soit de rassembler une quantité de ressources données.

 

Les récompenses sont appréciables, mais bien inférieures aux coûts réels des tâches demandées, ce qui ne facilite pas la gestion du village, mais cela est indispensable pour monter le niveau de son compte. Du haut de mon niveau 7 (sur les 40 niveaux disponibles) et différentes recherches effectuées, mon stockage est amélioré (+25%), mes revenus des impôts sont augmentés (+25%), je paie bien moins cher à l'achat au marché (-10%), mes bâtiments publics gagnent en capacité (+10%), mes gardes voient mieux depuis leur tour (+25%) et les risques d'incendie sont moins élevés (-5%). Que du bon !

 

Terrain

Le monde en lui-même n'est pas terraformable, ce qui oblige à composer avec le terrain parfois accidenté. Cependant, certains éléments sont supprimables avec l'outil gomme, bien utile pour ôter les souches des arbres morts ou encore les cailloux qui gênent l'extension du village. Des ponts se construisent au-dessus de l'eau, pour permettre de coloniser chaque once de terrain.

 

 

Conclusion

Avec l'apparence cartoon d'un jeu sur navigateur, Townsmen se révèle être un jeu de gestion bien moins simple qu'il n'y paraît. La chaîne de production peut vite s'écrouler si on n'y prend pas garde. Si par exemple l'argent ne rentre plus dans les caisses car plus aucun marchand ne passe par le village suite à une épidémie de peste, alors les bâtiments vieillissants ne peuvent être réparés, jusqu'à devenir inutilisables. Et sans argent, planches et bois, impossible de créer l'infirmerie pour soigner la population...

Je n'ai pas eu l'opportunité de jouer aux autres versions, mais le format Switch présente l'avantage de combiner des commandes aux manettes avec la prise en charge de l'écran tactile. Ainsi, toute  action peut s'accomplir au doigt, dans une prise en main très proche de ce qu'il est possible de trouver sur un mobile, mais reste disponible via un raccourci. Après un moment passé à jouer sur le titre, je combine ainsi les deux suivant les situations, ce qui rend la jouabilité vraiment excellente.

Au final, une excellente découverte pour un jeu addictif avec une grande rejouabilité qui peut être emmené partout dans sa poche. Je le conseille sans hésiter, d'autant plus à ce prix !

Townsmen - 19,99€

Jeux du moment

>> Liste complète <<