Publicité

PGW 2018 – Jeux ARK

La licence ARK est venue en force à la Paris Games Week, avec la présentation de plusieurs de ses jeux sur des espaces dédiés. Etaient présentés notamment :

  • Extinction, le nouveau DLC d'ARK: Survival Evolved, prévue pour le 6 novembre
  • le portage sur Switch d'ARK: Survival Evolved, prévu pour le 30 novembre
  • le jeu en réalité virtuelle, Ark Park, disponible sur Steam
  • le jeu de survie en pixels, PixARK, actuellement en accès anticipé sur Steam

Afin de discuter principalement des deux premiers, nous avons eu l'opportunité de rencontrer Cédric Bukes, développeur du studio Wildcard. Il a rejoint l'équipe en charge du gameplay il y a 2 ans et demi environ, juste après le lancement de l'accès anticipé du jeu, et travaille notamment sur les fonctionnalités et l'intelligence artificielle des dinosaures. Il a récemment collaboré à deux fonctionnalités majeures : le largage de caisses de butin et le mode guerre, un événement durant lequel des dinosaures attaquent en vagues successives.

Switch

Le lancement de la version Switch a été un véritable défi technique : la console de Nintendo propose des performances limitées par rapport aux autres consoles sur lesquelles Ark est disponible (Xbox One et PlayStation 4). Ils ont dû faire des concessions du côté du graphisme et baisser par exemple la distance à laquelle les éléments sont rendus.

Même si le contenu en terme de cartes et de créatures sera strictement identique aux autres versions, les serveurs seront au contraire différents d'une version à l'autre, le studio est conscient que cela pose souci, il serait idéal de pouvoir emmener son personnage partout, peu importe sa plateforme. Le studio réfléchit actuellement à des solutions, une possibilité serait de permettre de copier son personnage d'un serveur à un autre, une première étape qui résoudrait en partie le problème.

Le studio Wildcard n'a aucune compétence sur la console de Nintendo, n'ayant jamais lancé un jeu sur Switch, c'est pour cette raison que le travail a été sous-traité par des spécialistes du portage d'Abstraction Games. Les deux studios travaillent main dans la main pour s'assurer que le portage soit représentatif du jeu original, ils ont des réunions quotidiennes et les équipes de Wildcard testent avec soin chaque nouvelle itération. Idéalement, Wildcard aimerait pouvoir gérer le développement en interne de cette nouvelle version, mais rien n'a encore été décidé.

Extinction

Concernant Extinction, la troisième extension du jeu de survie ARK: Survival Evolved ajoute une nouvelle carte très différente des précédentes, où vivent des créatures bioniques, améliorées par des pièces technologiques. Jusqu'à présent, les cartes étaient assez classiques avec des environnements préhistoriques qui pouvaient avoir existé. Là, nous nous situons dans un monde rempli de mystérieuses ruines, les preuves d'une ancienne civilisation qui pourrait d'ailleurs très bien être la nôtre dans un futur éloigné, ou tout aussi bien se situer sur une planète extra-terrestre. Trois différents biomes sont proposés, tous très lumineux, protégés dans des sortes de bulles transparentes : désert, forêt et île. Le studio tenait à proposer quelque chose de beaucoup plus vivant et ouvert que la précédente extension, beaucoup trop sombre pour Cedrik. Il faut s'attendre à beaucoup d'heures de jeu, mais également une certaine difficulté, c'est la carte la plus dure jamais proposée, qui plaira en priorité aux joueurs actuels à la recherche d'un nouveau défi.

De gigantesques Titans, mesurant plus de quarante fois la taille des dinosaures actuels, attendront les joueurs les plus braves lors d'événements mondiaux. Il faudra plusieurs dizaines de joueurs pour collaborer et le dompter... ou pour saboter la tentative. L'idée derrière la conception de ces événements est de proposer du contenu aux joueurs JcE qui se sentent souvent délaissés, n'ayant pas grand chose à faire au-delà de l'exploration et du domptage des dinosaures. Trois différents Titans hanteront ces nouvelles terres.

Une dizaine de créatures avec de nouvelles fonctionnalités a été ajoutée : l'une d'elle se téléporte et monte sur les murs, tandis qu'une autre mange et crée un objet. Cedrik nous parle un peu de tous ces nouveaux comportements qu'ils peuvent désormais ajouter, contrairement au début, où ces créatures se contentaient la plupart du temps de mordre. Entre les extensions, l'équipe s'occupe de rajouter des fonctionnalités aux anciens dinosaures : le raptor et le Perosaurus ont par exemple gagné récemment en complexité. Cedrik nous parle également de son préféré, le Spinosaurus, qui a gagné une capacité à être plus fort dans l'eau et à marcher sur deux jambes uniquement. L'inspiration pour la création de nouvelles capacités leur vient de la réalité, mais également de leur imagination. Avec plus de 100 créatures en jeu, il est difficile sinon de rendre chaque dinosaure unique et de donner un côté intéressant à tous les dinosaures en se limitant à la science.


Jeux du moment

>> Liste complète <<