Publicité

Edna & Harvey: Harvey’s New Eyes – Le Point & Click se porte sur mobile

Edna & Harvey: Harvey's New Eyes, la suite de Edna & Harvey: The Breakout arrive sur mobile, par les développeurs allemands de Daedalic. Le premier jeu était sorti en 2008, le second dont nous parlons ici en 2011, c'est donc un jeu assez ancien, du moins dans ses graphismes, car le sens de l'humour si spécial du développeur n'a, lui, pas pris une seule ride.

Nous débutons notre aventure dans un couvent, le premier des trois chapitres du jeu (qui se suivront avec la cachette d'Edna et l'asile). La petite fille est à l'orphelinat, obligée d'accomplir des tâches pour la méchante mère-supérieure qui ne sait que râler. Le nettoyage des feuilles est l'occasion de lancer un tutoriel qui peut à tout moment être stoppé. Au passage, petit souci de police sur les bulles : le texte dépasse des fonds. Dommage.

 

Point & Click classique, tous les objets interactifs du jeu s'illuminent en cliquant sur le point d'interrogation en bas à gauche. La plupart des objets peuvent être observés, et certains pris ou activés. De même pour les personnages qui, eux, ont une option de dialogue.

L'inventaire s'ouvre en utilisant la barre rouge en bas à droite. Un peu petite sur un téléphone, ce n'est pas toujours très évident de ne pas également faire bouger le personnage, d'autant plus qu'il y a souvent des points de sortie sur le bord de l'écran, donc le personnage se retrouve téléporté à côté. Excepté lorsque cela se passe en même temps que l'inventaire. Sinon,  cela est pratique, le déplacement s'effectue en ciblant l'endroit, mais est automatique dans le cadre de changements de tableaux.

 

Ponctuellement, des énigmes proposent des défis assez compliqués, qui peuvent être passés si vous n'aimez pas vous casser la tête. Là encore une fois, c'est trop petit sur le téléphone, et pas du plus évident pour identifier les tout petits symboles.

Je ne vais pas vous en révéler plus sur l'histoire, car après tout ce style de jeu tient principalement sur sa narration, mais comptez cinq à dix heures de jeu, voire beaucoup plus si vous galérez à comprendre ce que veulent les personnages ou si vous lisez/écoutez l'intégralité des dialogues plutôt importants, en plus uniquement en anglais (ils se zappent en tapotant, donc si vous n'êtes pas d'humeur à trop de parlotte...).

Globalement, ce portage est correct, sans être parfait. La version PC a été réutilisée dans sa quasi intégralité et certains éléments d'interface ne sont pas adaptés aux petits écrans. Après, si vous n'aviez pas eu l'opportunité d'y jouer à sa sortie et que vous recherchez à tout prix un jeu d'aventure à emmener dans votre poche, alors vous pourriez considérer de le prendre sur votre mobile. Mais très honnêtement, je vous conseillerais plutôt de l'acheter sur Steam (sur un site comme Kinguin vous le trouverez à  quelques euros seulement).


Jeux du moment

>> Liste complète <<