Publicité

A Way Out – Un nouveau niveau de coopération

Alors que je viens tout juste de finir ma première partie avec Clamoune, c'est encore sous le coup de l'émotion que j'écris cet article, après avoir passé un moment incroyable à découvrir l'histoire de Léo et Vincent dans A Way Out du studio Hazelight (les créateurs de Brothers – A Tale of Two Sons) sous le label EA Originals, grâce à des codes fournis via le programme Game Changers d'EA.

Si vous ne possédez pas d'amis intéressés par l'aventure, malheureusement il ne sera pas possible pour vous de la découvrir, car le titre propose une expérience à vivre intégralement en duo. Pour cela, deux possibilités, soit vous partagez le même ordinateur (et dans ce cas l'un joue au clavier et l'autre à la manette), soit vous vous retrouvez en ligne.

Dans un cas comme dans l'autre, l'écran sera partagé, la plupart du temps en largueur, mais dans quelques rares cas (notamment lors des phases d'action) en hauteur.

L'un des joueurs incarne Leo, 36 ans, arrêté pour le vol d'un célèbre diamant. Il est en prison depuis 6 mois quand arrive un nouveau dans la cellule voisine, Vincent, 43 ans, un ancien banquier accusé du meurtre de son frère, le second joueur. Ce choix influe assez peu sur le gameplay, les deux hommes ayant les mêmes capacités, mais influence leurs comportements et les dialogues (qui sont de toute façon partagés par les deux joueurs, donc visibles par les deux, peu importe le choix effectué). Leo est beaucoup plus emporté, il utilise la manière forte et fonce sans réfléchir, tandis que Vincent préfère passer en douceur, sans faire de vagues.

L'intrigue débute alors que Vincent arrive dans la prison, avec des phases intermédiaires où les deux hommes discutent dans un avion, scène qui se passera bien plus tard dans l'histoire comme on s'en doute (il n'y a ni gilet pare-balle, ni avion dans une prison !). À travers ces discussions informelles, on comprend dès les premières secondes que les deux hommes ont beaucoup en commun et partagent une amitié rare, alors même qu'ils en sont encore aux présentations derrière les barreaux.

Les graphismes sont agréables, avec un bon réalisme qui donne, dans ses cadrages, l'impression de vivre un film. Les personnages sont bien réalisés, avec une grande mixité de visages et de physiques, on ne croise aucun PNJ similaire. On notera parfois une rigidité lors des dialogues, mais rien de bien grave. Les dialogues sont en anglais, un doublage très bien réalisé par des acteurs tout à fait convaincants, sous-titrés en français. Les bruitages sont efficaces et nombreux, les lieux vivants, décorés avec minutie et habités par des gens qui travaillent et des objets qui traînent. De nombreuses interactions sont possibles, la plupart sans utilité, juste un moment simple d'amusement passé à observer l'environnement. Nous étions vraiment focalisés sur notre évasion à cet instant dans l'atelier, alors que l'un faisait joujou avec une scie tandis que l'autre perçait des trous ! Et pourquoi ne pas faire la vaisselle du couple que l'on tente de voler ?

Sur le même principe, des mini-jeux dispatchés un peu partout offrent des moments de détente totalement décalés et optionnels. Alors que les deux gars peuvent à tout moment se faire serrer par la police, ils s'échangent une balle au baseball, jouent aux fers à cheval, envoient des fléchettes ou encore s'affrontent au Puissance 4. L'occasion d'une rivalité bon enfant... qui a failli virer au drame lors du bras de fer où aucun de nous ne se décidait à lâcher !

De ce fait, entre les objets amusants et ces mini-jeux, le monde est un vaste terrain de jeu n'attendant qu'à être exploré en duo. Car tout se joue à deux, du début à la fin, les personnages ne se quittent pas et ont continuellement besoin l'un de l'autre, que ce soit pour enfoncer une porte, récupérer un objet, se sauver la vie, grimper sur une corniche élevée ou se battre...

Chaque personnage a la même importance, aucun n'est là en support de l'autre comme trop souvent dans les jeux de coopération. Le jeu s'arrange pour toujours proposer quelque chose à faire aux deux protagonistes, ne serait-ce qu'une salle d'attente à explorer avec des cartes à lancer. Ci-dessous, Leo est par exemple caché dans le chariot à drap que Vincent pousse, il va ainsi le laisser à un garde qui l’emmènera dans une pièce à part d'où Leo pourra ouvrir une porte en profitant de la diversion créée par Vincent. En plus, comme l'écran est partagé, il est toujours possible de savoir où se trouve l'autre et donc d'agir en fonction.

Les opportunités d'échouer sont nombreuses, une balle perdue, une bagarre qui dégénère, la police qui débarque... L'échec n'est jamais punitif, l'action redémarre rarement bien avant le problème pour offrir l'opportunité de retenter sans délai, une bonne chose qui évite de se disputer suite à des échecs répétés.

Ponctuellement, des choix sont proposés entre deux façons d'aborder une situation, soit via la méthode forte de Leo, soit via la méthode tempérée de Vincent. L'opportunité d'offrir une rejouabilité au titre, jusqu'à la fin avec deux alternatives.

Et cette fin... Je ne vais pas vous donner de détails pour ne pas gâcher la surprise, mais c'est le principal point négatif que je trouve à cette aventure. L'histoire est très scriptée, c'est un fait, nous assistons à une aventure narrative, cela ne dérange pas dans le feu de l'action tant il y a de choses à faire. Sauf qu'à la fin, certaines décisions sont prises, sans alternatives offertes. Je comprends que cela soit difficile d'offrir davantage durant le jeu, cela génère des arbres narratifs trop complexes, mais la fin... la fin ! Si seulement ils avaient prévu au minimum une troisième alternative aux deux existantes... Je ne me sentirais pas aussi frustrée par cette situation qui nous a été imposée.

Il y a quelques petits bugs passagers, comme des éléments interactifs qui ne réagissent pas immédiatement ou encore une transition cinématique/action très serrée qui ne laisse que peu de temps pour réagir. Mais le vrai second point négatif vient de la durée de vie un peu limitée, cela nous a pris environ cinq heures pour terminer le jeu. Nous referons sans doute un second passage pour tester les alternatives, que nous bouclerons sans doute en moins de temps comme nous connaissons les solutions, mais la rejouabilité n'est pas énorme par rapport au prix affiché de 29,99€.

Mis à part ces deux points, les aventures de Leo et Vincent resteront longtemps gravées en ma mémoire, souvenirs nostalgiques des péripéties de ces deux frères d'arme trop vite terminées. Si vous aimez jouer avec quelqu'un, alors foncez sans hésiter, vous passerez un excellent moment de partage entre joueurs.





Jeux du moment

>> Liste complète <<