Publicité

Star Citizen – Guide Galactique – Système Odin

Star Citizen - Guide Galactique - Système Odin

Découvert pour la première fois en 2532, Odin ( nommé « Odom » dans les premiers journaux de bord) fut l’un des premiers systèmes stellaires atteints au cours de l’expansion initiale extra-solaire de l’humanité. Il y a à peine cinquante mille ans, un battement de cile système à l’échelle géologique, le système accueillait de nombreux écosystèmes florissants semblables à ceux de la Terre ou de Terra. Tout cela changea brutalement lorsque l’étoile d’Odin s’effondra pour former une naine blanche. Ce bouleversement soudain engloutit la première planète du système et calcina très vite les biosphères des autres, tuant toute vie indigène. Lorsque les premiers explorateurs venus de la Terre parvinrent jusqu’à Odin, ils trouvèrent un système composé de mondes rocheux gelés à l’aspect inquiétant.

On pensa tout d’abord que le système pourrait devenir un centre minier, mais son manque de points de saut ainsi que certaines caractéristiques stellaires très particulières ne laissèrent aucun espoir de réaliser ce type d’opération. C’est pourquoi Odin, n’occupant aucune position stratégique et étant dépourvu du moindre monde terraformable, fut relégué au plus triste sort qui puisse échoir à un système stellaire : celui de zone de test d’armement. Dès le début du 27ème siècle, les escarpements acérés des mondes centraux d’Odin furent très vite aplatis par des armes expérimentales destinées à être vendues aux forces militaires de l’UEE.

Odin est récemment devenu une cause célèbre au sein de la communauté scientifique, lorsqu’un groupe de géologues de renom a interpellé publiquement le gouvernement pour lui reprocher d’avoir permis à des entreprises telles que Behring d’éradiquer un patrimoine de fossiles par ailleurs bien préservé, et qui pourrait en dire long sur la vie telle qu’elle s’était développée dans le système Odin. Un mouvement intitulé « SAUVEZ LES FOSSILES » parvint bien à se faire pour un temps une place dans la culture populaire, mais l’intérêt s’essouffla rapidement.

 

La Ceinture (Odin I)

Le champ d’astéroïdes Odin I, appelé couramment la Ceinture, pourrait bien être considéré comme la zone la plus intéressante du système. Formée par les restes de ce qui fut la première planète du système avant la catastrophe, la Ceinture ressemble à un champ de minerai qui s’étendrait à perte de vue. On y trouve un large éventail de minerai allant de la simple caillasse jusqu’à de précieux métaux lourds, et des dépôts inestimables de pierres précieuses sont découverts plus souvent qu’on pourrait l’imaginer. L’UEE interdit officiellement toute activité minière dans le système Odin, mais n’y a stationné aucune troupe et ferme généralement les yeux sur cette pratique. Cependant, les entreprises minières cherchant à contourner la loi pour profiter des richesses de cette ancienne planète s’exposent à de plus grands dangers. Le premier d’entre eux est un phénomène électromagnétique appelé arch-charge.

Les arch-charges sont la conséquence de la rencontre du noyau planétaire exposé et riche en fer avec des restes stellaires à la dérive, et s’avèrent mortelles pour tout vaisseau ayant la malchance de tomber sous leur emprise. Il y en a tant qui se sont fait détruire au fil du temps que les opérations minières légitimes ont complètement renoncé à demander au Sénat des licences d’exploitation pour le système Odin. Des vaisseaux indépendants protégés par de puissants boucliers pourraient mieux s’en sortir, mais le meilleur conseil que l’on puisse donner est de rester à l’écart.

D’autant plus que si les arc-charges vous ratent, les pirates pourraient bien vous avoir, eux. On pense qu’il existe au cœur de la Ceinture un repaire de pirates bien armés, apparemment immunisés contre le phénomène électromagnétique. Ce groupe, dont on ignore tout de l’organisation et des allégeances, a été impliqué dans des dizaines d’attaques éclair contre des opérations légales à un ou deux sauts de distance d’Odin. Personne n’a la moindre idée de l’impact total de leurs activités sur les vendeurs d’armes au marché noir et les opérations minières qui essaient de gagner quelques crédits rapidement dans la Ceinture.

 

Odin II (et Vili)

Odin II se situe clairement dans la bande verte de l’étoile, bien que la planète ne dispose que de la très mince atmosphère qu’elle a pu accumuler au cours de 50 000 dernières années. Odin II est officiellement une base d’opérations des forces armées de l’UEE, et accueille de temps en temps des expéditions provisoires de « froid glacial ». Des scientifiques et des troupes militaires en plein entraînement pour des opérations de combat transpolaires y font étape, mais personne ne vit ici de façon permanente. La plus grande partie de la surface planétaire est interdite d’accès afin de pouvoir y procéder à des tests d’armement, et des laboratoires robotisés appartenant à A&R, Behring et d’autres parsèment les bandes équatoriales.

Cependant, Vili, la lune de la planète, est le centre d’essai d’armes le plus célèbre du système (si ce n’est de toute la galaxie). Une grande partie de sa surface appartient exclusivement à la ténébreuse division de Technologie Appliquée de Behring, et une part significative des munitions employées par l’humanité au cours des dernières décennies a été utilisée contre les formations rocheuses dépourvues de toute vie et des mannequins placés à la surface de Vili. Les laboratoires de recherche de TAB sont profondément enfouis sous la surface de la lune, bien à l’abri de tous les regards indiscrets. Les rares endroits de la lune peuplés par des humains sont entourés de zones de test et de toutes sortes d’usines pour les ravitailler (raffineries d’antimatière, unités de compression chimiques, etc).

Le seul endroit de la lune, et en fait de tout le système stellaire, à être ouvert aux voyageurs est Raleigh Station, une base spatiale enneigée bâtie par l’UEE pour permettre au gouvernement (et aux sous-traitants civils) d’amener du ravitaillement et d’expédier les projets d’armement après leurs phases de test. Raleigh Station n’est pas l’endroit le plus accueillant de la galaxie, mais il y a ce qu’il faut pour occuper les voyageurs. Les denrées alimentaires en gros et les fournitures médicales sont toujours recherchées par ici, et des pilotes ont déclaré avoir occasionnellement déniché de bonnes affaires parmi les surplus d’équipement militaire.

 

Odin III et IV

La deuxième planète du système Odin, Odin III (les autochtones sont connus pour insister sur le fait que la Ceinture doit toujours être considérée comme la première planète, au point d’avoir influencé les cartes stellaires officielles) est lui aussi un monde mort et insignifiant. Bien que les essais d’armes ont été officiellement interdits ici, la surface de la planète a malgré tout été carbonisée et irradiée jusqu’à en devenir méconnaissable. Une célèbre photographie de la planète prise depuis son orbite et utilisée pendant la campagne écologique abandonnée montre un impressionnant impact d’explosion en forme de delta en train de découper la surface. Des sources militaires démentent formellement l’existence d’une arme capable d’infliger de tels dégâts à la croûte d’une planète.

Odin IV est une géante gazeuse qui accueille en orbite géosynchrone une station de traitement d’hydrogène et de dépôt de carburant financée par l’UEE. Bien qu’il y ait un équipage à bord de la station, les installations destinées à interagir avec les étrangers sont entièrement automatisées : un ravitailleur largue de l’hydrogène non raffiné et embarque du carburant sans jamais rencontrer le moindre occupant. Les équipages des vaisseaux spatiaux sont activement dissuadés de faire escale sur Odin IV, bien que la station dispose d’un petit nombre de cubes d’habitation à louer en piteux état. Les prix du carburant sont notoirement bas pour cette partie de la galaxie, et cela vaut même parfois le coup de faire un saut jusqu’à Odin juste pour ravitailler un grand vaisseau.


Jeux du moment

>> Liste complète <<