Publicité

Star Citizen – Guide Galactique – Système Davien

Star Citizen - Guide Galactique - Système Davien

Le système Davien est principalement connu comme étant le site du premier contact entre les humains et les Banu. Découvert au début de la phase d’expansion extrasolaire de l’humanité, Davien fut cartographié/répertorié sur les cartes par Wendell Dopse et nommé d’après son beau-père. Ce qui faisait l’originalité de cette découverte, c’était ce qu’elle représentait aux yeux de la grande communauté des astrophysiciens : la science contemporaine avait prédit qu’aucun point de saut supplémentaire n’existait dans le système Croshaw. Lorsque Dopse répertoria sur une carte le point de saut pour Davien, cela signifiait que les manuels devraient être réécrits et que cette découverte irait jusqu’à entraîner une nouvelle vague de progrès technologiques en matière de balayage de point de saut.

L’étoile du système Davien elle-même n’est pas considérée comme très exploitable. Celle-ci étant une petite naine orange, le système Davien fut immédiatement classé comme inutile par ses premiers explorateurs. Quatre planètes gravitaient autour de l’étoile, et seule la seconde fut une candidate idéale (quoique loin d’être la meilleure) pour une terraformation. Le système n’abritait aucune ressource exotique ni de point stratégique militaire permettant d’assurer l’étranglement de l’ennemi ; il semblait condamné à devenir un système solaire faisant office de bras-mort sous-peuplé jouxtant des zones plus développées de l’Empire.

Tout cela changea rapidement en 2438. Vernon Tar, un navigateur de saut indépendant, fit feu sur ce qu’il croyait être un autre vaisseau spatial privé essayant de trainer sa carcasse à l’intérieur du système. Le navire en question s’avéra être un navire marchand Banu et le malheureux incident (qui n’a heureusement pas conduit à la perte de vies) devint le premier contact de l’humanité avec le Protectorat Banu. L’UPT a rapidement établi une station de surveillance dirigée par les militaires dans le système pour reprendre le contrôle de la situation, et le premier traité interstellaire avec le protectorat prit lentement forme. (Ironie absolue pour les partis impliqués qui s’ignorèrent de nombreuses années : Davien n’était pas particulièrement proche des principaux mondes Banu : le vaisseau autrefois engagé par Tar était un vaisseau fuyant la civilisation).

Ce qu’il en résultat pour Davien fut saisissant. Chaque opérateur indépendant dans la galaxie voulait s’installer dans le système, dès lors présenté comme le point de saut pour le commerce avec les Banu. Avec le potentiel des matériaux exotiques, la technologie extraterrestre et plus encore, le système fut inondé de toutes les formes humanoïdes, et Davien II devient l’un des mondes les plus peuplés de la galaxie. BabCo GeoBuilder, qui avait remporté une offre de terraformation à bas prix avant le premier contact, se retrouva propulsé en première ligne des demandes de hangars, de dômes souterrains et autres «habicubes».

 

Davien I

Gros rocher gris cabossé semblable à la lune de la Terre, Davien I fait office de modèle en matière de monde inutile. Sans noyau ni minéraux intéressants, il n’y a absolument aucune raison de mettre le pied sur la planète. En fait, il n’y a eu aucun atterrissage répertorié sur Davien I depuis la première mission d’exploration du système qui détermina qu’elle ne pourrait jamais être une candidate pour la terraformation.

 

Davien II (Cestulus)

Davien II, nommée Cestulus après que la terraformation fut achevée au début du XXVIème siècle, est l’unique monde habitable du système. Cestulus a une atmosphère très mince et la majorité des habitations humaines sont sous sa surface rocheuse : des bio-dômes élaborés pompent l’air au-dessus en surface jusque dans les habicubes empilés sous des kilomètres de croûte terrestre. Le monde n’a pas de ressources particulièrement intéressantes et la majeure partie de son économie est associée au transport et l’expédition de marchandises.
Malgré la distance qui la sépare des Banu, le modèle d’infrastructure qui a surgi sur la planète permit de devenir la soi-disant «passerelle à l’Empire oriental». Des dizaines de grandes pistes de fret sillonnent le système, et la planète fourmille de bases de lancement et d’installations pour divertir et compléter les équipages de transports long-courriers.

Jata est la ville la plus emblématique de Cestulus, mais n’est techniquement pas la capitale du monde. Situé sous un dédale grandissant d’installations de production d’oxygène, la ville abrite le siège social plus célèbre d’Aegis Dynamics et ses installations de productions initiales. La base produit principalement des composants divers plutôt qu’un modèle particulier de vaisseau. Des ressources plus exotiques sont importées, et la demande est perpétuelle. Au-delà de l’empreinte d’Aegis dans la ville, ce décors «à ciel ouvert» unique est devenu le symbole du système Davien tout entier.

Pour des raisons encore inexpliquées par les sociologues, Cestulus est devenue une véritable poudrière politique. En 2529, l’effondrement économique redouté qui a accompagné l’introduction de la monnaie unique de l’Empire, l’UEC, conduit à deux semaines d’affrontements sanglants dans la ville de Jata. Seule l’intervention militaire a pu stopper les manifestations. En 2545 la planète fut le site d’attentats à la bombe faisant des milliers de morts, avec des charges explosives placées de manière à détruire les biodômes souterrains les plus peuplés de la planète. Ces attaques ont entrainé une série d’attaques similaires (et encore non revendiquées) à travers l’UPT qui amenèrent à l’adoption du plan Premier Citoyen d’Ivar Messer. Au cours des dernières années, Cestulus est devenue le promontoire des sécessionnistes Terran et des groupes xénophobes.

Les voyageurs sont bien avertis qu’à cause de son historique politique instable, les forces de l’Advocacy et les unités de la milice locale de Davien formant de rigoureuses escouades ne tolèrent aucun laisser-aller. Votre cargaison sera scannée lorsque vous entrerez dans le système, atterrirez, et décollerez. Les Waystations et les vaisseaux de la milice font loi ici-bas, et seul le dispositif de camouflage de cargaison le plus avancé peut éventuellement faire passer une marchandise à travers le «relais routier galactique» de Davien. Il n’y a pas de pitié pour les contrebandiers, même les variétés les plus inoffensives.

 

Davien III

Davien III est une planète brumeuse avec une atmosphère acide. Sans ressources apparentes et au vu du risque d’établir une colonie sans protection, la planète demeure inhabitée. Les rumeurs courantes affirment que Davien III est un dépôt pour les fauteurs de troubles et ceux qui se trouvent du côté de syndicats de crime organisés dans la région. Les bassins d’ acide de la planète vont rapidement rendre n’importe quel organisme (ou vaisseau) méconnaissable.

 

Davien IV

Davien IV est une géante de glace magnifique mais inhospitalière. À cause de la proximité de son orbite avec le point de saut donnant accès à Cathcart (celui-là même utilisé par les premiers Banu) et de son orbite particulièrement stable, la mission militaire de l’UPT au XXVè siècle eu lieu autour de Davien IV. De nos jours, cette base est à présent le Musée de l’Amitié Banu, où les visiteurs peuvent apprendre l’histoire vulgarisée de la rencontre entre l’Humanité et le Protectorat. Quelques touristes à peine sont assez curieux pour se rendre jusqu’aux confins du système, et le musée est en constante crainte de perdre ses financements.


Jeux du moment

>> Liste complète <<