Publicité

SWTOR – Corsaires et pirates

La loi est claire : l'Etat est le seul détenteur de l'usage légitime de la force. Cela signifie que les civils et leurs vaisseaux ne sont pas autorisés à être aussi lourdement équipés que leurs homologues militaires. Un croiseur converti en transports de passagers devra, avant d'être revendu (il n'y a pas de petits profits, sauf baisser le salaire des sénateurs), abandonner la grande majorité de ses armes de certaines de ses installations (prisons, laboratoires scientifiques...). Il ne sera plus apte à un combat spatial contre un vaisseau de même catégorie seul.

Que dire alors des embuscades à plusieurs ou des bâtiments de catégorie supérieure. Cela signifie aussi qu'un Ouragan BT-7 est sensé être le vaisseau personnel le plus lourd et le plus puissant de The Old Republic. Seul l'intercepteur Fureur impérial pourrait lui tenir tête, car les Sith ont l'habitude de réquisitionner le meilleur pour eux avant de penser à leurs soldats. Le Fantôme X-70B est un cas à part car bien qu'il serve pour les actions d'une partie de l'armée impériale, il est taillé pour l'infiltration et la récolte de données. C'est un éclaireur, pas un chasseur de combat. Le Défenseur Jedi et le Mante D5, qu'affectionne bon nombre de chasseurs de primes, disposent de dérogations les autorisant un équipement supérieur du fait de leur assistance dans le combat contre l'Empire (pour les Jedi) ou dans la traque de criminels (pour les chasseurs de primes). Reste que des éléments comme le Cargo XS doivent se débrouiller avec un armement minimum pour éviter leur utilisation d'actes de piraterie. Evidemment, dans les faits, c'est loin d'être aussi simple et certains vaisseaux civils sont tout à fait capables de tenir tête aux derniers nés de la production militaire.

cargows_space_02

En théorie, il suffit que les contrebandiers fassent une demande pour devenir Corsaires de la République et bénéficier des mêmes avantages que les Jedi au niveau de l'armement et des équipements. Même si contrairement à eux, ils doivent payer les ajouts sur leurs vaisseaux de leur poche. Sauf que dans la réalité, c'est moins simple que ce dont se vantent les lieutenants de l'ancien Chancelier Suprême Dorian Janarus. Il faut qu'un sénateur inscrive le nom dudit contrebandier sur une liste spéciale, sans plus de paperasse administrative. Oui, c'est vrai. Mais s'approcher d'un sénateur et le convaincre de faire ce petit ajout n'est pas aussi facile. Il faut pouvoir justifier ce statut auprès de ce signataire, selon des critères laissés à sa discrétion. Il faut donc déjà disposer d'un certain réseau de contacts, d'une réputation et de moyens pour s'équiper. A moins de disposer d'un mécène qui met le pied à l'étrier et qui aplanit les difficultés de départ grâce à du piston, le corsaire qui sera appointé aura déjà des années de métier derrière lui. Et l'autorisation d'équiper son vaisseau ne fait que légaliser une situation qui avait déjà cours depuis qu'il avait acquis son statut de capitaine.

cargows_space_03

La contrebande implique de transporter des marchandises d'un point A à un point B, généralement par des chemins que les représentants de la loi n'approuvent pas. Ce qui implique de disposer de moteurs boostés, assez rapides pour jouer la course avec d'éventuels poursuivants. Et si ça ne suffit pas, il faut avoir un armement capable de résister le temps de se remettre à distance. L'un comme l'autre étant bien entendu illégaux. Mais nécessaires dans un métier aussi dangereux. Il n'y a pas que les polices de la République, de l'Empire et des planètes concernées. Il faut aussi rajouter des bandes de pirates qui peuvent être intéressées par la marchandise. Des rivaux, soit du capitaine, soit du fournisseur, soit du récepteur ou encore même du client.

La faune locale n'est pas à négliger non plus, animaux comme indigènes. Quand on choisit ce mode de vie, il est nécessaire de prendre ses précautions. C'est une question de vie ou de mort. Et ce n'est pas grave de violer une loi de la République ou de l'Empire de plus. Heureusement, il existe des territoires comme ceux sous contrôle du Cartel des Hutts, qui considèrent que tout marché est bon à prendre. Même ceux qui sont interdits ailleurs. Ainsi, sur Nar Shaddaa la Lune des contrebandiers, les garages spécialisés ont pignon sur rue.

combat spatial-002

Les Corsaires de la République sont engagés pour effectuer un travail qui s'apparente à de la piraterie. Tout pour affaiblir l'ennemi impérial. En réalité, recruter pour cela des contrebandiers est une mauvaise idée. Malgré leur équipement amélioré illégalement, il leur manque encore quelques éléments. Un cargo boosté peut avoir sa chance contre un croiseur démobilisé et en grande partie désarmé. Mais le garder immobile le temps de l'aborder, c'est une autre question. Il faudrait alors démolir ses moteurs, ce qui revient dans certains cas à condamner à mort ceux qui resteraient à bord de la proie pillée. Ce qui revient à plusieurs meurtres selon la plupart des tribunaux. Les pirates préfèrent généralement travailler à plusieurs vaisseaux. Un ou plusieurs cargos selon la taille des groupes, afin de remplir leurs soutes avec les marchandises volées.

Mais la majorité des vaisseaux sont des chasseurs, qui vont venir tourner autour de la cible afin de l'effrayer en égratignant sa peinture. Beaucoup d’esbroufe dans un style où eux seuls sont capables. Et l'esbroufe a toujours été quelque chose qui réussit aux pirates. Le dernier vaisseau nécessaire au groupe est un transporteur, qui permettra aux chasseurs de moins dépenser de carburant et d'énergie en déplacements inutiles afin que leurs pilotes puissent se concentrer sur le combat. Parfois, ces transporteurs vont même jusqu'à remplacer le(s) cargo(s) du groupe. Mais il existe aussi des pirates qui n'ont pas besoin de chasseurs. Ils disposent de vaisseaux-béliers, capables de perforer la coque de leur cible sans risquer d'être eux-mêmes détruits sous le choc.

Oro Wogawa

Le titre de Corsaire de la République est un joli bibelot, qui permet à certains contrebandiers et criminels de se refaire une virginité juridique. Certains le font par patriotisme, mais d'autres aussi n'y voient qu'une opportunité de faire des affaires illégales tout en s'assurant une impunité sur le territoire républicain. Tout cela décidé par le Sénat de Coruscant. Mais quand on connait la difficulté des dirigeants du Noyau à voir les priorités des habitants de la Bordure, où se trouvent la majorité des candidats pour ces postes de Corsaires, on se demande parfois s'ils ont vraiment atteint leur cible. Ou s'ils l'ont oubliée, ignorant s'il y a des fruits à cueillir des victoires de certains d'entre eux. Ou même s'ils savent ce que sont ces fruits. Ceux qui sont restés indépendants s'en moquent. Et peut-être bien que pour les Corsaires, c'est la même chose.


Jeux du moment

>> Liste complète <<