Publicité

SWTOR – Le chevalier de l’ancienne république

Avant TOR, Bioware avait déjà développé un jeu se déroulant dans l’univers Star Wars : KOTOR, meilleur jeu de rôle de l’année 2003. D’ailleurs, KOTOR, dont plusieurs membres de l’équipe de développement font partie des cadres développeurs de TOR, est la principale source d’inspiration de l’Univers Etendu utilisée pour notre mmo.

En tant que jeu de rôle, KOTOR est plein de choix qui influent plus ou moins sur la suite de l’aventure. Des choix parfois contradictoires. Chaque joueur peut donc ainsi développer comme il le souhaite son personnage principal. Les histoires de l’Univers Etendu se déroulant dans l’entourage se sont efforcées de préserver le mystère pour couvrir le maximum de possibilités choisies par les différents joueurs. Mais au bout d’un moment, pour les besoins d’un jeu de rôle ou d’un autre (TOR compris), des éléments ont commencé à être officialisés. Il y en a maintenant assez pour dessiner une version officielle à peu près fiable. Je ne vous la donnerai pas littéralement, de nombreuses encyclopédies Star Wars le faisant déjà suffisamment bien. Voici surtout les éléments si vous voulez refaire une partie en vous collant un maximum au canon.

Attention, la suite nécessite un color code. Les parties en bleu sont confirmées, officielles. Que ce soit par les services de Lucasarts, les jeux de rôles se référant à la période, les différents romans Star Wars de Drew Karpyshyn et même TOR. En rouge, cela s’apparente plus à des théories. Je vous rassure, je ne les sors pas de mon expérience de jeu. Il s’agit de faisceaux de présomptions déduites des mêmes sources citées plus haut, non clairement annoncées dedans mais comprenant des associations logiques.

Avant de parler de l’histoire, il convient de présenter le personnage principal. Vous  avez certainement déjà fini le jeu, je ne vous spoilerai donc pas en vous disant qu’il s’agit de Dark Revan, chevalier Jedi devenu seigneur Sith et amnésique des suites des actions du Conseil Jedi. Je ne m’étendrai pas sur son passé, dont on connait toujours que les grandes lignes. Mais la principale révélation de TOR est son visage, officialisé pour la première fois.

On avait déjà appris pour les besoins de jeux de rôles papiers que Revan était un homme. Si on regarde la liste des visages potentiels (image du dessous) de KOTOR, le plus proche est l’avant-dernier de la colonne de droite. Je rassure ceux qui n’aiment pas ce visage, les coupes de cheveux évoluant avec les années, tous les visages non noirs et avec des yeux marrons sont potentiellement acceptables. Notons tout de même dans la Chronologie de TOR le montrant avant le début de KOTOR, il a les cheveux encore plus longs. Contrebalancé par le temps passé dans le roman Revan, dans des conditions qui justifient amplement que ses cheveux repoussent durant cette période.

Pour la classe, il n’y a rien d’officiel. Le roman Revan le montre utilisant deux blasters en même temps. Cela semble écarter le soldat (qui commence le jeu avec un fusil). Et pour la classe Jedi récupérée sur Dantooïne, la couverture de ce même roman le montre avec un sabre laser vert de consulaire. A l’intérieur et dans TOR, il utilise les éclairs de l’inquisiteur, miroir du consulaire. Enfin, son apparition dans KOTOR II avec deux sabres lasers n’est pas considérée comme canon, mais a beaucoup inspiré de nombreux dessinateurs. Le niman, ce style de combat, est aussi surnommé le style du consulaire (oui, je sais. Bioware s’est planté à ce niveau-là dans la conception des classes).

Pour le scénario de KOTOR, il est considéré que toutes les quêtes sont accomplies. C'est-à-dire que Revan est champion de fonceurs sur Taris, Manaan et Tatooïne. Il a remporté le tournoi de gladiateurs sur Taris. Mais il a aussi joué les hommes de main pour la pègre de Taris et a éliminé les leaders du Genoharadan de son époque. Quant à savoir comment toutes ces quêtes se terminent, c’est plus délicat. La plupart sont secondaires, et n’influent pas sur le jeu et la destinée galactique. La fin du jeu est lumineuse, mais il ne s’agit pas ici de la manière de jouer mais c’est simplement un choix (évident) dans une des dernières quêtes principales. Dans le roman Revan, le héros se méfie du Conseil Jedi, et a répandu cette suspicion à son entourage. Si l’on souhaite rendre son personnage plus obscur, cela peut donc se justifier.

Pour les quêtes principales, certaines planètes sont aussi peu contraintes que les quêtes secondaires. A commencer par Taris, la toute première. Le bombardement de Dark Malak a détruit toutes les archives et n’a laissé qu’une poignée de survivants racontant des histoires contradictoires. Impossible d’en tirer une vérité. La seule quête reprise par la suite (dans TOR) est une quête secondaire, celle des réfugiés du plus souterrain des niveaux. Ils sont partis pour la terre promise avant le bombardement, mais celui-ci n’a pas épargné leur destination…

Dantooïne tournant presque exclusivement autour de la formation Jedi, celle-ci fonctionne tout aussi bien dans un sens comme dans l’autre. La seule quête avec conséquences est la confrontation avec Juhani. Elle doit survivre, et il faut la convaincre de retourner auprès des jedis pour qu’elle rejoigne votre groupe. Pour le reste, un autre raid de Malak viendra détruire les archives officielles un peu plus tard. Dans KOTOR II, tout n’a pas encore été pillé dans l’enclave, et le temple de Coruscant a été vidé par son archiviste en personne.

Les planètes suivantes peuvent être visitées dans l’ordre que l’on veut. Je vais commencer par Tatooïne, qui est dans la lignée des deux précédentes. La seule quête obligatoire par rapport au canon est le recrutement de HK-47. De nombreuses sources parlent du marché conclu avec les hommes des sables, mais aucune n’est officielle. Et comme de toute façon il ne s’agit que d’une seule tribu, cet accord n’aurait pas réellement de conséquences.

Sur Kashyyyk, voici que l’on récupère notre dernier compagnon, Jolee Bindo. La période voit les wookies se rebeller contre la Czerka et les chasser de leur planète, fermant aussi leurs spatioports à tous les visiteurs potentiels. Il s’agit d’une astuce pour prendre en compte les deux fins possibles du scénario de la planète. Rien ne nous dit si nous sommes responsables de cette rebellion ou si elle intervient dans les mois/années qui suivent. Mais si l’on choisit de soutenir le père de Zaalbar plutôt que son frère, on se retrouve tout de même vraiment bien impliqué.

Sur Manaan, c’est l’inverse. La fin présentée est plutôt liée aux choix obscurs. La production de kolto va dramatiquement chuter, détruisant cette source de panacée médicale. Mais TOR fait nuancer l’affirmation officielle. On y utilise encore quand même beaucoup de kolto, ce ne sont pas les healers technos qui vont me contredire. Alors, cataclysme qui n’a pas encore eu lieu ? Ou des réserves encore très importantes permettant de durer ?

La dernière planète du lot est Korriban. Ici, c’est KOTOR II qui nous apprend que dans l’année qui a suivi, un nombre impressionnant de Sith se sont entretués ici en tentant de prendre le pouvoir. On peut lancer ce conflit en tuant les deux chefs de l’Académie ou en resserrant au maximum les liens avec Yuthura Ban et en l’envoyant rejoindre les Jedi.

Visiter toutes ces planètes nous permet de débloquer le monde inconnu, alias Rakata Prime, alias Lehon (rebaptisée ainsi par Drew Karpyshyn dans le premier roman Dark Bane). Il n’y a pas de version officielle sur la faction avec laquelle on s’allie. De toute façon, il s’agit d’une race annoncée en court d’extinction et sur le point de s’éteindre (pour les objections, les rakatas de TOR ne sont pas les mêmes). Une rumeur annonçait il y a quelque mois Lehon dans la liste des planètes en chantier pour rejoindre l’univers de notre mmo. Si cela se vérifie, nous aurons peut-être de plus amples informations sur le sujet.

Par contre, une fois entré dans le temple, les choses deviennent très codifiées. C’est le moment du choix dont je vous parlais plus tôt. Lors de la confrontation avec Bastila, elle nous propose de la rejoindre et de s’allier contre Malak. Il faut refuser, et rester du côté des Jedi. Bastila s’enfuit sur la Forge Stellaires, et devient l’avant-dernier boss du jeu. Nouvelle confrontation après l’avoir battue. Les choix de discussion à faire sont la grande déclaration d’amour pour la faire revenir du côté lumineux (sinon, pas de future Satele Shan). Alors on peut aller affronter Dark Malak dans la fin officielle, celle du côté lumineux et de la rédemption…

Je rassure tous ceux qui n’aiment pas cette version du jeu. Avec la série des Mass Effect et Dragon Age II, Bioware a introduit une nouveauté dans les jeux de rôles : une version officielle (personnage principal prédéterminé) mais aussi la possibilité de tout envoyer voler pour ne pas suivre ce que veulent les développeurs. Vous êtes donc toujours aussi libres de réinterpréter à votre manière. Mais ne soyez pas surpris si toute nouvelle référence de l’univers Star Wars vient parler de cette période en suivant ce que j’ai marqué en bleu.


Jeux du moment

>> Liste complète <<