Publicité

SWTOR – L’Empire : une nouvelle vision des Sith

La galaxie est en guerre, deux superpuissances s’affrontent, déployant des forces impressionnantes. D’un côté la République, et de l’autre l’Empire. Et leurs armées, ce sont nous les joueurs.

Incarner un personnage de la République n’est pas très difficile. C’est une démocratie fédérale, aux institutions assez vagues pour correspondre à l’imaginaire collectif d’un très grand nombre de pays terriens. Autrement dit, nous sommes en terrain connu. Son histoire est facile à trouver, pour peu que l’on se donne la peine de se renseigner sur l’Univers Étendu. Où presque toutes les histoires sont référencées comme par des historiens de la République. Les soldats reprennent les caractéristiques classiques que l’on retrouvera dans les films de guerre. Les Jedi changent très peu par rapport à ce que l’on voit d’eux dans les films. Et les contrebandiers ont un grand nombre d’exemple auxquels se référer aussi.

L’Empire a une situation assez différente, opposée sur bien des points. A commencer par le fait qu’il a été créé pour l’occasion. Une certaine inspiration vient de la trilogie classique. Mais dans l’Univers Etendu, les Sith  sont définis par une myriade d’éléments. Une mosaïque qui fait que leur environnement est régulièrement différent. Et cet Empire affiche une toute nouvelle facette.  Les chasseurs de primes ne changent pas beaucoup, reflet des contrebandiers. Et les agents impériaux sont une nouveauté chargée de peu de référence. Les Sith, par contre, subissent plusieurs adaptations pour s’insérer dans l’univers de TOR. 

Il existe deux extrémités aux possibilités qu’on couvert les Sith dans l’univers Star Wars. Le plus connu est la Règle des deux, développée à partir de la prélogie. Leurs effectifs sont réduits au minimum et ils se cachent derrière des forces normales pour faire le sale boulot. De l’autre côté, l’Empire de l’Age d’or des Sith (première partie de la Légende des Jedi chez Delcourt) est une horde barbare telle que l’on retrouve souvent dans les textes d’Héroic-Fantasy. Deux conceptions opposées qui ne se rejoignent que sur la personnalité des Sith. L’Empire de TOR est fortement inspiré par les films (pour attirer plus de monde ne connaissant pas l’UE), mais se prétend l’héritier de l’ancien Empire, dont il est issu. Ce qui entraîne un certain nombre de contradictions. La Chronologie officielle donne quelques explications sur ces modifications. Mais il faut lire Revan de Drew Karpyshyn (sorti en France le 19 avril) pour comprendre certaines mentalités et enfin combler les trous. 

Le point de départ de cet Empire, que l’on veuille parler de l’Histoire officielle ou des plus secrets dessous, reste l’Empereur. Un seigneur Sith âgé de plus de mille trois cent ans, ayant connu la Guerre de l’Hyperespace. Il a rassemblé tout ce qu’il pouvait de l’ancien Empire et les a entraîné dans un exode galactique. Après des décennies, ses suivants ont découvert la planète de Dromund Kaas dont ils ont fait leur nouvelle capitale. Leur chef, leur sauveur, est devenu un véritable dieu vivant. Auquel personne, pas même le plus ambitieux des Sith, ne songerait à prendre sa place.

Il y a le mythe, et il y a la réalité. La véritable histoire n’est connue que d’une poignée de hauts fonctionnaires de l’Empire. Et encore ils ne s’en vantent pas. La mort ne serait pas loin s’ils le faisaient.

S’il est effectivement un Sith de l’ancien Empire, Dark Vitiate ne se mêle pas des grandes affaires de pouvoir. Il ne dirige qu’une seule planète et s’y cantonne. Mais quand tous les seigneurs importants disparaissent lors de la Guerre de l’Hyperespace, il commence des jeux politiques pour se présenter comme le sauveur. Il joue sur les paranoïas dues aux dernières défaites contre la République, et connait déjà les coordonnées de Dromund Kaas avant même de partir. Mais il va faire durer les choses pour mieux jouer sur les peurs, les espoirs et les désespoirs de ceux qui l’entourent. Et ne les dirigera vers leur destination que quand il sera considéré comme le sauveur, un dieu vivant. De là, il n’a plus qu’à restructurer les Sith pour qu’ils le considèrent comme intouchable. Ils ne seront plus que des serviteurs insignifiants.

 

Dans son désir de modifier les Sith pour une société qui corresponde mieux à ses idéaux, l’Empereur a pu compter sur un jeune visionnaire qui a vu en l’armée un cadre parfait pour rééduquer les survivants des ruines anarchiques qu’était le précédent Empire. Toute l’organisation centralisée sur Dromund Kaas a une structure hiérarchique précise, et leurs chefs sont inféodés à l’Empereur. Il a beau être un personnage lointain et absent, tout remonte toujours à lui. En créant une nouvelle dynamique, le tout premier Grand Moff Vaiken a tellement marqué l’Empire que plus de mille ans après sa mort la principale station militaire porte son nom.

Cette réorganisation de la hiérarchie de l’Empire a beaucoup nuit au Sith, qui détenaient auparavant tous les postes importants. Qu’ils aient cédé aussi rapidement et facilement démontre la fidélité envers l’Empereur. Mais les Sith ne sont pas aussi intégrés dans des hiérarchies strictes. Ils sont en dehors des créations de Vaiken, certains fonctionnant avec leurs propres règles. Mais ils ne peuvent rien faire à une échelle importante sans créer de partenariat avec un officier militaire.

Les Sith représentent donc la première des quatre grandes castes de l’Empire. Ils sont l’équivalent d’une noblesse. Officiellement, ils ne se transmettent pas le pouvoir en famille. Mais ils restent une communauté difficile d’accès. A l’origine, ils étaient constitués uniquement de ceux qui se font appeler les Sang purs. Les humains se sont peu à peu taillés une place jusqu’à être plus nombreux. Mais les Sang purs se considèrent toujours comme le haut du panier. Les zabraks se sont plus récemment insérés dans l’équation. Et avec la guerre commencent à apparaitre des twi’lek et des rattakatis.

Les Sith se réfèrent à des règles et des coutumes qui remontent à l’ancien Empire, bien plus anciens que l’Empereur. Je ne vais pas faire la liste de ces traditions, tout fan de Star Wars les connait et les bases sont reprises dans certaines missions de Korriban. Néanmoins, l’Empire fait cohabiter ensemble un très grand nombre d’entre eux sans leur fournir les moyens de leur politique. Ils ne sont plus des seigneurs de guerre, à moins d’être mandaté par l’Empereur ou un de ses représentants. Le plus haut échelon auquel ils peuvent accéder est celui de membre du Conseil Noir, un parmi douze. Des ministres de haut rang mais des subalternes quand même. Leurs ambitions ont été revues à la baisse. Mais après mille trois cent ans à ce régime, ils ne le réalisent même plus.

Le Conseil Noir est officiellement l’organe gouvernemental le plus important de l’Empire. Pourtant, il existe une poignée de Sith qui peut facilement les faire trembler : la Main de l’Empereur. Ce sont cinq agents dont le plus connu est la Voix de l’Empereur : quand il parle, il ne fait jamais que répéter la volonté de leur maître, qu’il leur a transmis directement. Ces agents n’ont plus vraiment d’identité, ils ne sont plus que des extensions de l’Empereur. Mais ainsi, ils ont accès à un pouvoir politique supérieur à celui du Conseil Noir. Il y a aussi la Furie de l’Empereur, son exécuteur personnel. Le poste a été créé trois cent ans plus tôt, suite au massacre du Conseil Noir au complet pour éliminer une poignée de traitres. On sait très peu de choses sur lui. La rumeur veut qu’au début du jeu, une seule personne ait occupé ce poste. Seuls les grands traîtres, condamnés par l’Empereur en personne, ont affaire à lui.

Le reste de la population de l’Empire se divise en trois catégories : les citoyens, les esclaves et un entre-deux sans nom véritable. La première partie comprend les citoyens importants, les soldats et des alliés de haut rang. Les dirigeants des planètes conquises, s’ils ont coopéré, peuvent prétendre directement à ce statut. Question généralement de stabilité. L’empreinte des Sith sur la société de l’Empire a modelé le racisme et un sentiment de supériorité. Très peu de Sang pur sont laissés en vie s’ils ne peuvent pas utiliser la Force, ce sont donc les humains qui dominent ce groupe. Les traités avec les Chiss font qu’ils bénéficient tous de ce statut. Pour toutes les autres races concernées, c’est généralement au niveau des individus qui réussiront à se distinguer que la citoyenneté est accordée.

Parmi les citoyens, on peut noter deux organisations complémentaires à l’armée. La première est la Garde Impériale. L’élite de l’élite militaire. Les meilleurs des meilleurs parmi les meilleurs. Et ceci avant que débute une formation qui leur permettra de battre des seigneurs Sith et les rendra plus fidèles que jamais à l’Empereur. Ils sont reconnaissables à leurs uniformes et robes rouges. Ils font partie des rares personnes à qui même le Conseil Noir ne peut pas donner d’ordres. L’autre est connu sous le nom de Services Secrets Impériaux. Sous l’égide d’un chef connu sous le grade de Cerbère, leurs attributs concernent autant l’espionnage que la police secrète. Les plus talentueux sortis des rangs de ces derniers peuvent même espérer des rangs de ministres divers au sein de l’administration impériale.

A l’autre extrémité, les esclaves ne sont rien. Juste des objets, des biens de propriété. Certains travaillent dans des maisons, d’autres sont rassemblés dans des grandes carrières. De la main d’œuvre gratuite ! Contrairement à la République où cette institution est illégale, ou même chez les hutts qui ne présentent aucune législation particulière sur le sujet,  l’Empire a posé de grands cadres pour ce domaine. Des lois évidemment en faveur des propriétaires. La manière la plus facile pour eux de s’élever dans la société est de montrer quelques talents dans la Force est devenir Sith. Le reste compose des générations d’esclaves dont certaines remontent jusqu’à l’ancien Empire Sith. Des humains, des twi’lek et des zabraks sont dans leurs rangs depuis la Guerre de l’Hyperespace. Les conflits successifs et notamment le dernier contre la République ont grossi continuellement leurs rangs.

Entre les deux se trouve une classe intermédiaire, qui n’a pas vraiment de nom. Trop pauvres ou trop anonymes pour être des citoyens, mais qui n’ont pas été réduits en esclavage. Quoiqu’ils peuvent le devenir s’ils ont le malheur de déplaire à un Sith de passage. Ils composent les classes moyennes à pauvres de Dromund Kaas. Sur les planètes conquises, ils recouvrent tout le peuple et les autorités non considérées comme importantes par les autorités impériales. Ils sont donc la majorité des occupants de l’Empire, mais la majorité dont on ne se soucie pas. En fait, leurs membres les plus importants sont souvent des mercenaires, chasseurs de primes et mandaloriens engagés par des instances supérieures pour effectuer certains travaux. Il va leur falloir satisfaire et impressionner bien du monde pour s’élever jusqu’au rang de citoyen…

Je reviendrai bientôt pour une deuxième partie qui reprendra quelques unes des personnalités les plus importantes de l’Empire.


Jeux du moment

>> Liste complète <<