Publicité

Warface : aperçu de la bêta

J'ai testé pour vous la bêta de Warface, FPS multi, sur le modèle Free-To-Play, qui prend place dans un univers moderne, quoique légèrement futuriste. Développé par Crytek (auteur des très bons Crysis, excusez du peu) et édité par Trion, que l'on commence à bien connaître sur Game-Guide), le jeu est développé à partir du moteur de jeu Cry Engine 3, l'un des plus connus et des plus performants à l'heure actuelle. Le jeu ne propose pas d'installation à proprement parler car il se joue via un navigateur, mais il nécessite cependant l'installation d'un plugin, long à télécharger, qui doit donc être assez conséquent en taille je pense.

Le titre oppose deux factions, Warface et Blackwood, ces derniers étant a priori les méchants dans l'histoire. Je dis bien à priori, car l'histoire n'est pas très présente (bon, dans un FPS, on s'attarde pas trop à ces choses-là ceci dit).

La particularité de Warface, et c'est une des choses qui m'a bien plu, c'est qu'il propose du contenu PvP, bien sûr, mais aussi du contenu PvE, sous forme de missions à réaliser en coopération. Je vais un peu raconter ma vie, mais j'ai commencé il y a peu à jouer vraiment au multi-joueurs de Call of Duty et, malgré le fait que j'aime beaucoup, j'ai toujours regretté l'absence de missions en coopération. J'en rêvais, Crytek l'a fait ! Ça permet de changer un peu ses habitudes, surtout que les missions sont réellement basées sur la coopération entre les joueurs. Il ne suffira pas de tirer à tout va, l'entraide est de mise, car chaque classe de personnages a des compétences propres dont il faudra tirer parti.

Présentons tout d'abord les classes disponibles au nombre de quatre :

- Assaut : le parfait petit soldat, armé d'un fusil d'assaut. A réserver à ceux qui aiment tirer à tout va sur tout ce qui bouge. La classe d'assaut permet d'approvisionner ses alliés et soi-même en munitions. Très important, car on ne trouve pas de munitions par terre, on se retrouve donc très vite en manque.

- Ingénieur : petite trousse à outils ambulante, l'ingénieur est armé soit d'une mitraillette, soit d'un fusil à pompe. Il possède aussi des claymores, ainsi que la faculté de réparer les armures des alliés.

- Tireur d'élite : bien connu des planqués, la classe tireur d'élite permet d'appréhender le combat à distance, et ainsi éliminer les ennemis les plus dangereux, comme les snipers et les mitrailleurs. Elle ne possède pas de compétences particulières.

- Médecin : bon bah, pas de surprises, le médecin est là pour soigner. Armé d'un fusil à pompe, sa tâche est de maintenir ses alliés en vie (et surtout lui-même), et de les ressusciter si besoin.

Pour mener ses missions à bien, il faudra vraiment veiller à avoir un groupe homogène pour ne pas tomber dans les ennuis techniques ou médicaux. Je me suis retrouvé dans la situation où nous n'avions pas d'Assaut et nous nous sommes tous retrouvés à devoir taper les ennemis au couteau, car plus de munitions. Je vous le dis, évitez 🙂 Les missions en elle-même sont plutôt classiques dans les objectifs, on débarque en hélico, on dézingue du méchant pas beau, on atteint les checkpoints, le point d'évacuation et basta. Il y a juste une mission où je me suis vraiment régalé à la fin contre un boss qui était en fait un Mecha (gros robot avec un homme dedans). Là, il y avait pas mal de challenge et on a galéré. Une mission aussi m'a marqué qui se passe dans un bateau et où il faut dégommer les méchants de chaque côté.

Concernant le JcJ, maintenant, on a le droit à  quatre modes de jeu classiques :

  • Team Deathmatch : deux équipes s'affrontent, la gagnante est celle avec le plus grand nombre de tués dans le temps imparti ou qui atteint la limite de tués.
  • Free For All : chacun pour sa pomme, tout le monde se tire dessus. Le gagnant est celui qui a tué le plus de monde dans le temps imparti.
  • Plant The Bomb : une équipe doit planter une bombe et la faire exploser, l'autre doit l'en empêcher. Et on échange les rôles à chaque manche.
  • Storm (Tempête) : une équipe doit mener l'assaut sur un point de la carte (3 au total), l'équipe adverse doit l'empêcher de capturer ce point, et ainsi de suite jusqu'au troisième.

A noter que j'ai entendu parler de deux autres modes, Destination Destruction et Capture The Flag, qui ne sont pas présents dans cette bêta. Peut-être est-ce en cours de développement ? En tout cas, c'est à espérer, car je trouve que ça manque un peu de modes, comparé à la concurrence. Dans le peu que j'ai pu tester, le JcJ ne m'a pas paru très attractif pour moi, novice dans les FPS. Il est assez dur de tuer les ennemis qui ont tendance à courir partout et à glisser sur le sol tout en tirant. Un peu frustrant.

Penchons-nous maintenant du côté des graphismes. Sans être d'une beauté phénoménale à côté d'autres jeux basés sur le même moteur, Warface s'en tire plutôt honorablement (n'oublions pas que c'est encore une bêta). Les graphismes sont détaillés, pas d'une finesse remarquable, mais le jeu offre un bon rendu. Surtout qu'il ne faut pas oublier que c'est un jeu par navigateur, on ne peut pas demander la lune ! Ce jeu a ainsi l'avantage de pouvoir tourner sur des machines modestes.

Côté sons, rien de bien méchant ni de très bon à dire. Le titre se contente de faire son boulot : musique militaire et bruit d'armes cohérent. Ça reste dans la moyenne.

Pour conclure, je dois dire que j'ai été très agréablement surpris par Warface. Je ne m'étais pas spécialement renseigné sur ce jeu, je m'étais inscrit à la bêta machinalement, et j'ai découvert un gros potentiel dans ce titre. Mon expérience  décevante sur de récents FPS Free-to-Play m'avait refroidit, eh bien, Warface me réconcilie avec. Sans être non plus totalement parfait (c'est une bêta, je le répète), si Crytek continue de peaufiner son bébé, on aura entre les mains un bon jeu, qui offre ce qu'on demande de lui : un vrai défouloir !


Jeux du moment

>> Liste complète <<