Publicité

A Ruined King : A League of Legends Story – Un premier jet salvateur !

League of Legends et moi, c'est une histoire d'amour qui dure depuis une décennie déjà. Un amour aussi intense que destructeur, vu que le jeu m'en aura fait voir de toutes les couleurs. Pour autant, en dépit de sa communauté, je n'ai cessé de l'aimer, et de m'attacher aux (nombreux) personnages animant la Faille de l'Invocateur. Lors des 10 ans du titre, Riot a annoncé la création d'un label - Riot Forge - qui missionnera différents studios pour œuvrer sur des titres exploitant l'univers de League of Legends, un univers plus dense qu'il n'y paraît, pour peut que l'on s'intéresse à ce qui gravite autour du MOBA star.

A Ruined King met en avant certains champions de LoL. Ici, la magnifique Miss Fortune !

A Ruined King : A League of Legends Story est l'un des premiers titres annoncés, et aussi le premier à sortir, en parallèle de la série Arcane (disponible sur Netflix depuis mi-novembre) ! On ne s'intéresse toutefois pas au même personnage de la série d'animation, puisque l'action prend place à Bilgewater, une cité portuaire où il est assez difficile de faire régner la loi. On comprend dès le début de l'aventure que Gangplank, le roi autoproclamé de l'île, a été terrassé, et que c'est Miss Fortune qui reprend le flambeau, en essayant tant bien que mal de mettre fin à ce règne de terreur, mais en gardant une emprise ferme sur tous les belligérants de l'île. Elle devra toutefois bien vite se dédier à une toute autre tâche en s'alliant à d'autres héros bien connus des joueurs de League of Legends (Braum, Illaoi, Pyke ou encore Yasuo), pour repousser la menace qui émane des îles obscures.

Une quête de longue haleine, qui vous fera visiter Bilgewater et les Îles obscures de long en large, et proposera bon nombre de quêtes et primes annexes. De quoi vous occuper une trentaine d'heures au bas mot ! A Ruined King s'éloigne totalement du côté MOBA pour proposer un RPG au tour par tour pas si classique que ça ! Bien sûr, on livrera de nombreuses batailles, on dispose d'un système de niveaux, de compétences à débloquer et ensuite à améliorer, puis de l'équipement à récupérer pour équiper et renforcer les statistiques de son personnage... Jusque là, rien de bien "neuf", mais les combats en eux-mêmes sont vraiment intéressants ! Nos personnages ont tous des prédispositions, une Miss Fortune ou un Yasuo sont plus sujets à faire des dégâts qu'un Braum ou une Illaoi (encore que, pour cette dernière, c'est bien plus mixte !). Cela se ressent dans les compétences, et il sera important de mixer correctement son équipe (surtout quand on fait grimper la difficulté) pour éviter de finir avec un "Game Over".

Dommage qu'un effet de flou vienne gâcher bon nombre de décors... car le jeu sait être joli par moments.

La majeure partie du titre se joue en 3 contre 3, à cela près que les ennemis peuvent parfois arriver par vagues (l'indication apparaîtra au-dessus des ennemis sur le terrain). Dès le début du combat, une frise s'affiche en bas de l'écran, indiquant qui attaquera prochainement. Une information aussi intéressante que cruciale, puisqu'elle permet d'adapter son style de jeu en fonction des besoins du moment. En effet, quand vous choisirez d'utiliser une compétence (donc pas une attaque de base), vous pourrez canaliser votre sort plus ou moins longuement pour augmenter sa puissance. Le mode rapide aura un impact moindre, mais pourra faire passer votre tour avant celui d'un ennemi, le mixte propose un combo temps d'incantation/efficacité correct, tandis que le lent augmentera considérablement les effets de votre sort... mais vous rendra sans doute plus vulnérable aux attaques adverses. Une riche idée qui prend tout son sens dès qu'on joue dans une difficulté assez élevée. Les deux premiers modes proposent un challenge relativement faiblard, tandis que les autres exigeront de vous que vous fassiez quelques quêtes annexes pour récupérer équipements et niveaux... en plus de davantage de réflexion pour ne pas passer l'arme à gauche.

Un vrai bon système de jeu, qui m'a beaucoup surpris, en bien ! La direction artistique n'est pas en reste. En tant que fan, c'est un vrai bonheur d'avoir autres choses que des artworks. On peut enfin explorer des zones dont on entend parler depuis des années, quel bonheur ! Côté technique, ça se gâte un poil. J'ai joué sur Nintendo Switch, et on est sur une résolution assez faiblarde, ce qui génère un flou trop souvent présent sur les décors et qui empêche de profiter pleinement des détails présents ça et là sur les différentes zones qu'on visite. J'ai aussi noté quelques accrochages en mode "TV". Rien d'ennuyant, mais c'est perceptible, surtout dans les combats. D'ailleurs, côté positif, on peut aborder les champions, tous superbement modélisés, pour son plus grand plaisir. Vous serez également heureux d'entendre les doublages français qui sont les mêmes que ceux du jeu... de quoi renforcer encore notre attache envers ces personnages ! Les musiques ne sont pas en reste, en dépit d'une boucle dans la cité de Bilgewater qui m'a quelque peu éreinté à la longue.

Le système de combat se révèle très intéressant !

Vous l'aurez compris, j'ai franchement aimé A Ruined King : A League of Legends Story. Peut-être ne suis-je pas l'homme le plus objectif du monde vu mon attache envers le monde de Runeterra, mais c'est vraiment plaisant de découvrir les régions plus en détails, d'en apprendre davantage sur ces champions, de suivre leurs histoires et évolutions, le tout avec un système de jeu plus profond qu'il n'y paraît. A Ruined King est un très bon RPG tour-par-tour, qui peut être consommé même si l'on n'a jamais joué à League of Legends, et qui devient un must-have pour tout joueur friand d'en apprendre plus sur l'univers étendu du MOBA le plus populaire du moment.

 



Découvrez nos derniers aperçus :




Jeux du moment

>> Liste complète <<