Publicité

Redout: Solar Challenge Edition – À toute vitesse !

Début septembre est sorti le jeu de course Redout: Solar Challenge Edition, un tribut aux jeux classiques, se classant dans le style arcade du genre. Comme j'aime, à l'occasion, m'envoler sur les pistes sans réfléchir au réalisme des règles physiques, je n'ai pas hésité à tenter l'aventure avec les vaisseaux futuristes de Redout, grâce à la version de l'Epic Games Store.

 

Comme tous les jeux de courses, plusieurs modes de jeu sont proposés, permettant de lancer une course rapide, en solo ou contre des amis (en split screen, suffisamment rare de nos jours pour être noté). J'ai pour ma part surtout joué en carrière, afin de grimper les échelons du championnat. Un vaisseau de classe I est offert au début avec, pour chacune des caractéristiques, différentes valeurs, entre accélération, vitesse max, prise, structure, bassin d'énergie et recharge de la vitesse. Il existe quatre classes, mais il faudra être niveau 22 pour débloquer les rangs IV. Et, bien sûr, cette fois, pas de cadeau qui tienne ! Il faudra passer à la caisse et utiliser les précieux dollars récoltés durant les courses.

Peu importe les règles de la course, l'objectif reste le même : être le plus rapide. Lors de certaines courses, les autres concurrents sont présents sur la piste et tenteront des manœuvres qui feraient pâlir le gentleman agreement des pilotes professionnels. Dans d'autres, la piste est libre, sans aucune embûche à la vitesse pure. Mais, toujours, il faut terminer dans les trois premiers pour valider l'étape, ou même rester dans les trois premiers dans "dernier homme debout", un mode de jeu où le dernier est éliminé à chaque tour.

L'ambiance est ultra-futuriste, dans les graphismes des vaisseaux, l'environnement des courses, l'interface, ainsi que dans la musique et les sons. Quand j'avais vu les premières images, j'avais repensé à l'excellent Star Wars Episode I: Racer que j'avais adoré (mais il a pris un méchant coup de vieux, lui qui date de 1999). L'inspiration vient sans doute plus de la série des Wipeout.

La prise en main est simple, encore un jeu qui se classe dans la catégorie des "simples à comprendre, mais difficiles à maîtriser". J'ai joué avec une manette Xbox car je préfère ça pour les jeux de course, quand je n'ai pas le courage de brancher mon volant (en même temps, je ne pense pas que ce soit très pertinent sur de l'arcade). Les gâchettes servent à accélérer et les deux joysticks à diriger, avec une notion de dérapage indispensable pour les courbes alambiquées dignes d'un grand-huit. Il faudra aussi faire cabrer le vaisseau vers le haut ou le bas pour éviter au maximum les frictions, manœuvre indispensable lors des loopings ou à l'atterrissage d'un long vol plané.

En plus de suivre la bonne trajectoire (et donc d'optimiser le passage sur les accélérateurs), un pilotage réussi consiste à utiliser au bon moment son sprint et son power-up, les deux puisant dans l'énergie du vaisseau, et donc à utiliser avec parcimonie car elle n'est pas infinie (mais se recharge avec le temps). Le power-up est une amélioration temporaire, un pouvoir passif et un pouvoir actif, à choisir parmi 6 pour chaque, qui offrent des avantages temporaires à son vaisseau ou au contraire des désavantages aux concurrents. Et là encore, cela coûte de l'argent à installer, puis à améliorer.

Enfin, le dernière paramètre à prendre en compte est la vie du vaisseau. Chaque virage raté entraîne de graves dégâts à la structure, plus ou moins importants suivant la vitesse d'impact. Parfois, c'est même la destruction directe, comme lors des sorties de piste (ou dans certains sauts qui font passer au niveau d'un pont à, normalement, éviter). Le jeu recharge alors au dernier point de passage, avec un malus sur la grille. Clairement, gagner une course après un crash est difficile, après deux cela devient impossible. Il ne faut donc pas hésiter à ralentir dans les passages trop dangereux. Mais, pas trop non plus, histoire de ne pas se faire doubler par la meute !

Sans être un grand jeu de course, Redout a tout pour convaincre : des animations fluides, un grand nombre de pistes (a priori 60), des tas de vaisseaux, une musique épique. Un divertissement sympathique, qui représente plus de challenge qu'il n'y paraît. Autant le début de la carrière est vraiment simple, autant les choses commencent à se corser au-delà du niveau 10, avec des courses qui demandent de vraiment maitriser la vitesse de ces vaisseaux de folie ! Ensuite, se pose la question du prix. Vous le trouverez à 23,99€ sur l'Epic Games Store : par rapport au contenu, c'est plus qu'honnête mais vous voudrez peut-être, avant de vous décider, profiter de la démo gratuite sur Steam. Et ainsi vous faire votre propre idée ! Et sinon, voici une petite vidéo de mes maigres essais (ne vous moquez pas) :





Jeux du moment

>> Liste complète <<