Publicité

The Elder Scrolls Online : Blackwood – Waking Flame

Il y a maintenant quelques semaines, j'ai répondu présent à mon rendez-vous trimestriel avec les développeurs de The Elder Scrolls Online afin de tester le dernier ajout de contenu réalisé sur le MMORPG. Cette fois, j'ai retrouvé Jeremy Sera (Lead Content Designer), Mike Finnigan, (Lead Encounter Designer) et Rich Lambert (Creative Director). Et c'était à l'occasion de la sortie du dernier DLC, Waking Flame, un pack de jeu téléchargeable ajoutant principalement deux donjons. J'avais donc le choix d'emmener notre groupe dans la Cave d'effroi, une ancienne prison réservée aux ennemis les plus dangereux de l'Empire, un lieu mystérieux qui, déjà lorsqu'il accueillait encore des prisonniers, était infiltré par des pratiquants de cultes qui menaient de sombres rituels. Sinon, je pouvais choisir de visiter le Bastion du Pétale rouge, la forteresse de l'antique ordre des Chevaliers de la Rose d’argent, des vénérables guerriers aujourd'hui corrompus par les artefacts qu'ils gardaient...

Ne réussissant pas à me décider, j'avoue que j'ai surtout laissé les développeurs présents me guider car les deux semblaient intéressants. Il faut savoir que les histoires s'inscrivent dans la continuité de la trame plus générale des Portes d’Oblivion. Terminer les donjons n'est cependant pas nécessaire pour comprendre le scénario, afin de ne pas handicaper les joueurs qui ne voudraient pas, ou ne pourraient pas, jouer en groupe. Mais ceux qui viendront visiter ces lieux hantés profiteront de plus de contexte. Ainsi, dans le cas du Bastion du Pétale rouge, l'artefact daedrique récupéré à la fin a tout son intérêt dans le prologue (que vous pouvez d'ailleurs déjà jouer sur les serveurs). Il n'est pas primordial de savoir où le PNJ a récupéré cet étrange rouleau, mais c'est sympathique pour les joueurs curieux !

Ainsi, nous nous retrouvons devant les portes du Bastion du Pétale rouge. Là, Weylin nous accueille et nous met en garde contre les Chevaliers de la Rose d'argent qui viennent de piller son temple. Il est bien décidé à parler au commandant, il l'espère de manière pacifique, même s'il craint le pire et accepte volontiers notre aide. Il est accompagné par Lyranth.

À l'intérieur, la cour est dans un bien sale état, et les chevaliers sont agressifs envers les gentils visiteurs que nous sommes.

Le premier boss se nomme Rogerain the Sly. Il inflige des dégâts de zone assez classiques et invoque des grenouilles. Il s'amuse également à transformer l'un des joueurs en chèvre. L'objectif est pour le malheureux d'aller manger tous les pains qui trainent, le plus vite possible, afin de soigner le groupe et de gagner un buff. S'il y a un portail du Chaos, ce sera aussi à la chèvre de le charger, afin d'augmenter les dégâts que les autres feront dessus, et de permettre au groupe de fermer aussi vite que possible ce portail par où apparaissent des adds.

Grâce à une porte derrière le boss, nous accédons à de grandes salles, lieux de vie hantés de créatures avilies. Là également, l'intérieur prouve que les habitants ont depuis longtemps arrêté de faire le ménage.

Des reliques sont cachées sous des cloches magiques. Il faut également dégager l'accès d'une porte afin de continuer notre progression et de trouver le second boss.

Pour être plus précis, il faudrait plutôt dire les seconds boss, car ils sont trois : Eliam Merick (le boss principal), Ihudir et Liramindrel. Trois porteurs de reliques qui vont venir chacun à leur tour et utiliser leurs pouvoirs spéciaux. Celui à l'épée est capable de se dupliquer et donc d'infliger deux fois plus de dégâts. Celui chaussé des bottes magiques crée une zone électrique au sol et charge vers l'avant, tandis que l'archer possède des capacités assez classiques de zones de flèche et de pièges. Le combat devient vite un chaos généralisé que j'ai eu du mal à décrypter.

Une fois la victoire obtenue, il ne faut pas trop se précipiter dans les couloirs qui suivent ou admirer les statues car un piège mortel attend les distraits.

Nous passons sans encombre, et arrivons dans un vaste entrepôt, avec tout l'équipement nécessaire à la manipulation de charges lourdes.

Un mini-événement se déclenche, avec de nombreuses vagues de monstres.

Moi, pendant que les autres se battaient, j'admirais les tableaux au mur.

J'avoue que j'avais du mal à suivre dans les derniers couloirs qui nous mènent au boss de fin, et toutes ses œuvres d'art.

Le prieur Thierric Sarazen, le boss de fin, se trouve dans une salle en contrebas avec, de chaque côté, ce qui ressemble fort à un autel peu recommandable.

Thierric reprend les mécanismes des trois boss précédents à qui il a manifestement volé les reliques (bon, les gars étaient morts, il ne fallait pas gâcher !).

Au programme, des zones au sol, des clones qui traversent la salle, différentes charges et une attaque à interrompre sans attendre pour que sa cible ne meurt pas. Je l'ai trouvé étrangement moins compliqué que les trois boss précédents, même si le combat est long.

Il est à savoir que le donjon possède un mode difficile activable sur chaque boss et des boss cachés... Et il se pourrait que cette note soit un indice !

En complément de la sortie du DLC Waking Flame, le jeu accueillera la mise à jour 31 qui apportera divers correctifs, pour une amélioration globale des performances. Vous pouvez trouver plus de détails à ce propos ici, sur le site officiel. Voilà qui conclut ce aperçu du DLC qui sortira, je vous le rappelle, le 23 août sur PC, Mac et Google Stadia (et le 8 septembre sur Xbox One, Xbox Series X|S, PlayStation 4, et PlayStation 5).





Jeux du moment

>> Liste complète <<