Publicité

The Wild at Heart – Tu me fends le coeur

La scène du jeu indépendant est saturée de jeux qui se mélangent à la fois à la masse du jeu moyen, mais également à la redondance conceptuelle et de gameplay. Alors lorsqu'un jeu comme The Wild at Heart débarque proposant un peu d'originalité empruntée à une licence et un concept peu exploitée, Stéphan il est tout content et se jette dessus.

Plongeons ensemble dans ce qui a été une souffrance pour moi, car la technique du jeu sur les premiers jours a été catastrophique. Le jeu comporte des soucis sur sa version Xbox (testée ici) et apparemment c'est la seule plateforme à avoir souffert de ralentissements quasi permanents : freezes, bugs sonores insupportables pour les oreilles mais qui disparaissent dès que la manette est déconnectée (oui, vous avez bien lu, les bugs audio arrivent uniquement lorsque la manette fonctionne et disparaissent lorsqu'elle est éteinte !), bugs d'événements, de collision, d'IA, j'en passe et j'en passe. Sur PC, le jeu tourne apparemment sans encombres.

Mais alors pourquoi ai-je poursuivi et bouclé le jeu à 100% devant cette catastrophe technique ?
Viens par ici, petit. Tu n'as probablement jamais expérimenté des jeux qui ont un charme et une ambiance tels que le reste passe à la trappe, aussi pénibles soient-ils. C'est comme traverser un blizzard tout nu pour retrouver ta bien-aimée. C'est comme provoquer un lion tout nu pour sauver ton aimée de ses griffes. C'est comme aller tout nu à Pigalle sur un gage de ton aimée et espérer en ressortir aussi innocent.
En bref, c'est l'amour qui nous fait faire tout un tas de bêtises.
Mais rassure-toi, le jeu a été patché le jour où je me suis fait le boss final et ce dernier patch montrait de grosses améliorations techniques et une fluidité bien moins tortueuse. La petite équipe de développement de Moonlight Kids est très réactive et, malgré ses faibles moyens, agit très vite pour corriger les soucis. En quelques jours après sa sortie il y a 2 semaines, les gros problèmes semblent avoir été éradiqués.
Mais je vous vois déjà maugréer à l'idée de m'imaginer tout nu en train de faire ces précédentes choses : " Tu vas nous dire ce que c'est comme jeu au lieu de nous abreuver de visions cauchemardesques ?"

J'y viens, j'y viens. Laissez-moi d'abord me rhabiller, je vous prie. Je reviens des courses faites par et avec amour.
The Wild at Heart est un curieux mélange de jeu de survie avec sa gestion jour/nuit, d'aventure à la Zelda A Link To The Past pour la progression et de Pikmin pour tout le reste !
Vous incarnez Wake un jeune garçon qui décide de fuguer car son père le néglige, obnubilé par la télé depuis la mort de sa femme. Après un bref tutoriel dans le jardin de votre maison, vous partez donc retrouver Kirby, votre meilleure amie qui a choisi de partir avec vous. Mais avant de vous retrouver, Wake croise le chemin d'une étrange créature et se retrouve coincé dans une forêt bizarre pleine de dangers et de merveilles, dont les seuls habitants perdent peu à peu la mémoire, dont les créatures fantastiques seront à terrasser encore et encore pour avancer et dont la menace des ténèbres nocturnes est probablement plus dangereuse et terrifiante que la mort elle-même. Heureusement pour vous que non seulement la lumière est votre alliée, tout comme également les compagnons de la petite créature qui vous a attiré dans cette étrange forêt. Ces derniers, nommés Farfelins, se divisent en 5 catégories, chacune ayant sa propre utilité et ses propres caractéristiques. Vos petits compagnons seront utiles au combat, pour débloquer des passages, soulever et transporter des objets, ou bien vous permettront de porter vos objets d'inventaire si vous n'avez plus de place. Mais attention, il faudra user de stratégie et d'un peu de jugeote pour être au maximum efficace, certaines "énigmes" demandant de réfléchir un peu pour éviter au maximum la casse. Car bien que le jeu ne soit en soi pas bien difficile, vos créatures ne sont pour autant pas immortelles, d'autant plus la nuit !

Il faudra donc anticiper un peu et préparer un stock de graines pour les ressusciter à partir d'un puit mystique, mais logiquement, il n'y aura pas trop besoin de farmer les plantes qui les donnent.
Le jeu possède un certain charme envoûtant appuyé par une esthétique et une bande son appliqués. Malheureusement, côté histoire, le jeu reste dans le simple et le déjà-vu sur la dizaine d'heures de jeu (il est possible de le finir bien plus rapidement, mais je me suis baladé). Plus que les problèmes techniques que j'ai rencontrés et que vous n'aurez probablement plus si vous jouez à la version Xbox (rappelons que les autres versions du jeu n'ont pas eu autant de soucis techniques graves), c'est ce point qui est à mon sens le gros handicap du jeu. On voit toute l'histoire arriver avant même que cela ne se produise , ce qui coupe un peu la magie imposée par le reste de l'aspect artistique du jeu.
Mais malgré cela, le jeu est prenant par son concept pikminien et son côté artistique, au point qu'il serait un peu dommage de ne pas se laisser tenter, tant ce genre de jeu n'est pas très répandu.

 


  • Acheter The Wild At Heart sur Xbox (version testée)
  • Acheter The Wild At Heart sur Steam

 


Jeux du moment

>> Liste complète <<