Publicité

World of Warcraft – Interview Burning Crusade Classic

Jeudi soir, j'ai eu l'occasion de discuter une demi-heure avec deux développeurs de chez Blizzard, Holly Longdale (Lead Producer sur WoW Classic) et Patrick Dawson (Production Director sur World of Warcraft).

Les deux dernières années depuis le lancement de WoW Classic ont été incroyables, et j'ai donc demandé en premier s'ils pouvaient revenir sur cette épopée. Patrick entame le débat, car Holly n'a rejoint l'équipe qu'il y a une année environ. C'était incroyable de voir autant de joueurs rejoindre les serveurs Classic, une expérience unique et originale de World of Warcraft. L'équipe a été impressionnée. Et l'engagement est toujours aussi important (de très nombreux joueurs ont récemment débarqué à l'occasion du pré-patch). Initialement, c'était la communauté qui avait fait la demande d'avoir une version Classic et la communauté a demandé pour "plus", toujours plus. Blizzard a ressenti cette demande pour BC, et c'est pour cette raison que nous voilà aujourd'hui, à quelques jours de la réouverture des portes des Ténèbres.

C'était compliqué pour l'équipe de développement, car des solutions ont dû être trouvées pour séparer les serveurs de Classic en deux branches distinctes : Classic et Burning Crusade Classic (TBC), et notamment du point de vue hardware. C'est pour cette raison qu'Holly a rejoint l'équipe début 2020, le travail sur TBC avait déjà débuté à son arrivée. Il fallait donc continuer à mettre à jour Classic, tout en travaillant à l'adaptation de TBC au moteur de jeu moderne (un challenge supplémentaire qui n'existait pas lors du développement de Classic). De nombreuses fouilles dans les données de 2007 ont été nécessaires, amenant l'équipe à relancer une version du jeu de cette époque pour effectuer comparaisons et portages. En complément, l'équipe discute quotidiennement pour réfléchir aux changements demandés par la communauté car, la façon dont le jeu a évolué en 2007 n'allait pas forcément dans le sens de ce qui était prévu, certaines choses auraient dû être faites, ou faites différemment. Mais désormais, l'équipe est en quelque sorte omnisciente, elle sait comment le jeu va évoluer et comment les joueurs vont réagir. C'est pour cette raison que certaines concessions à l'original ont été faites pour améliorer la qualité de vie des joueurs, résultat de nombreuses discussions passionnées. Tous les développeurs sont également des joueurs qui se sentent directement impliqués. D'ailleurs, si comme moi vous vous le demandez, eh bien sachez qu'Holly joue une démoniste alors qu'elle a débuté en tant que chasseur (et elle essaie d'y convertir ses parents !), tandis que Patrick joue mage et prêtre, mais il a également choisi de tester le démoniste pour TBC.

Mais rassurez-vous, TBC est aussi fidèle à l'original que possible. Un exemple tout simple de changements : le nombre de joueurs accueillis sur un serveur. De même, un joueur peut désormais se retrouver en compagnie de bien plus de joueurs qu'à l'époque, grâce au matériel plus récent, mais aussi aux améliorations apportées à la performance. Et même si, en arrière plan, les choses sont plus modernes, le jeu devrait être similaire pour les joueurs et proposer une expérience authentique. Du coup, je leur ai demandé s'ils n'avaient jamais eu la tentation d'engager World of Warcraft sur une voie alternative. Patrick répond avec un petit sourire que c'est une idée "intéressante". Il répète un peu le même discours que précédemment : Blizzard fera ce que la communauté demande. Si c'est quelque chose que vous voulez, vous savez ce qu'il vous reste à faire : rédigez une pétition, lancez une discussion sur les forums, mentionnez le compte Twitter, spammez la page Facebook... Faites entendre votre voix !

Il est assez incroyable de se dire que TBC n'était pas du tout prévu au lancement de Classic. Tout le monde voulait Classic, alors Blizzard a répondu à cette demande, mais ne pensait pas que les joueurs voudraient voir au-delà. D'un point de vue technique, Classic a été adapté du code de Battle for Azeroth, deux versions divergentes ont été créées en fonction des besoins spécifiques de Classic, car l'équipe ne pensait devoir supporter Classic qu'un temps limité. Et puis elle s'est rendu compte au fur et à mesure des patchs que maintenir le code devenait compliqué, tandis que la communauté restait très fidèle au jeu. Du coup, pour Burning Crusade, ils ont utilisé une approche différente, consistant à créer le code à part, d'une façon moderne, permettant ensuite d'appliquer le code à Classic et TBC sans avoir à tout dupliquer. L'équipe est certes totalement absorbée par le travail sur TBC mais si la communauté en fait la demande, bien sûr, le voyage continuera, pourquoi pas vers WoTK et au-delà !

Si vous vous demandez quelle version a été la plus difficile à développer, les deux ont représenté des défis différents. Comme je l'évoquais déjà plus haut, TBC demande à être développé en parallèle de Classic. Mais Classic innovait: c'était la première fois que les équipes de Blizzard reprenaient un vieux jeu pour ainsi l'adapter aux plateformes modernes, tout en offrant les mêmes impressions qu'en 2004. Bien sûr, les leçons apprises grâce à Classic ont aidé pour développer TBC. Donc, au final, les défis s'équilibrent, différents, mais tout aussi difficiles à résoudre.

Je me suis ensuite inquiétée de savoir si la communauté ne se retrouvait pas trop dispersée entre Shadowlands, Classic, et maintenant Burning Crusade Classic. Patrick pense que chaque version a ses avantages et correspondra à un type de joueurs particulier. Et c'est génial pour eux de voir des joueurs revenir car ils retrouvent un contenu adapté. Mais Shadowlands n'est pas déserté, il reste un grand nombre de joueurs qui préfèrent les sessions de jeu plus courtes et maitrisées qu'offre Retail. Classic non plus n'est pas abandonné, la version recevra des patchs réguliers comme par exemple le prochain, prévu courant juin, avec l'ajout des équipes d'arènes (et Blizzard est au courant des autres idées qui tournent, comme un nouveau départ de zéro, de l'ajout de contenu inédit, des saisons...). Ce sont, sur chacune des versions, des profils de joueurs différents, des communautés néanmoins rassemblées sous un seul et unique abonnement. Il est possible d'aller de l'un à l'autre, sans limite. Par contre, est-ce que Classic et TBC sont adaptés aux nouveaux joueurs qui découvrent World of Warcraft en 2021 ? Holly n'est pas objective, elle ne peut s'empêcher de répondre "oui" alors que ses parents l'ont rejoint. Il y a également d'anciens joueurs qui reviennent avec leurs enfants pour leur faire découvrir le jeu.

Et si vous n'avez pas envie de vous lancer dans TBC car vous connaissez déjà cette époque, peut-être devriez-vous quand même tenter le retour dans le passé, le passage de la porte des Ténèbres est une expérience unique. Cela ne sera sans doute pas tout à fait pareil, les mêmes amis ne seront plus de la partie, mais les souvenirs seront là, avec d'autres joueurs qui voudront aussi les partager.

Le passe Porte des ténèbres est l'opportunité donnée aux nouveaux joueurs de pouvoir rejoindre rapidement leurs amis. Bien sûr, ils sont au courant des retours de la communauté qui n'est pas à 100% convaincue par l'intérêt de ce passe. Patrick est conscient que c'est une situation difficile. Une grande partie du contenu de Classic consiste à monter son personnage et Blizzard tenait à respecter ce fait. Mais malgré tout ce temps investi, il reste important de pouvoir partager ses parties avec ses amis et c'est l'objectif de ce passe. À noter qu'il est malgré tout très limité : un seul passe par compte, un personnage niveau 58 (et non 60), une quantité limitée d'argent (25 pièces d'or), et un équipement vert très perfectible (bien inadapté pour pouvoir raider par exemple). Juste de quoi être prêt pour Burning Crusade et passer la porte des Ténèbres !

Comme vous le savez peut-être, il y a eu une grande vague récente de bans contre divers tricheurs. Blizzard a une équipe interne appelée "Risk Operations Team" qui monitore et évalue constamment tous les problèmes liés à la sécurité. Lutter contre ces problèmes demande des efforts quotidiens, notamment pour réussir à garder le rythme. L'équipe de développement est disponible à tout moment pour aider dans cette lutte. Du côté des joueurs, ceux de 2021 sont plus créatifs que ceux de 2004. Aujourd'hui, ils réussissent à trouver des façons de déséquilibrer le jeu tout à fait uniques avec des techniques ou des compétences. Pourtant diverses techniques existaient déjà à l'époque, mais elles n'étaient pas utilisées. Il faut aussi ajouter à ça que les outils pour rapporter de mauvais comportements sont mieux intégrés.

Concernant les phases de Burning Crusade, les choses ne sont pas encore décidées, tout dépendra de la vitesse à laquelle les joueurs iront. La prochaine phase intégrera la Caverne du sanctuaire du Serpent et le Donjon de la Tempête. Ensuite, ce sera la saison 2 d'arène (la saison 1 allant débuter mi-juin). Par la suite, viendront Hyjal et le Temple Noir, ainsi que la saison 3 d'arène. Enfin Zul'Aman suivra , avant la phase finale du Plateau du Puits de soleil.

En guise de conclusion, Patrick pense que c'est une expérience très excitante et il espère que de nombreux joueurs vont le rejoindre en Outreterre. Pour Holly, c'est pareil, elle est une joueuse de World of Warcraft depuis longtemps et c'est un rêve pour elle d'avoir l'opportunité de travailler avec cette équipe incroyable. C'est sa première sortie en tant qu'employée de Blizzard et elle a vraiment hâte d'être au jour de la sortie.


Jeux du moment

>> Liste complète <<