Publicité

Cyberpunk 2077 – Un goût de liberté

En projet depuis plusieurs années, Cyberpunk a été sûrement l'un des jeux les plus attendus par les joueurs de jeux vidéo. Il a fallu toutefois trois reports de dates et 8 mois de retard pour que le jeu montre le bout de son nez et parfois de façon chaotique pour les joueurs PS4/Xbox (de nombreux dramas depuis deux semaines sur ce sujet). Mon test portera uniquement sur la version PC qui a été testée sur un ordinateur Shadow pour profiter au mieux de son potentiel.

 

Welcome Night City !

Cyberpunk 2077 vous permettra d'incarner le personnage de V dans une cité où la violence, la criminalité et toutes les choses malsaines que l'on peut penser sont le quotidien de ses habitants. Cette ville de l'état de Californie n'est plus gérée par l'état mais par des mégas-corporations qui  s'affranchissent des lois pour subvenir à leurs propres besoins.

Votre premier pas dans le jeu se fera tout d'abord par la création de votre personnage : vous pourrez littéralement choisir qui vous souhaitez incarner. Un homme, une femme, un transsexuel, l'éditeur n'a pas vraiment de limite à ce que vous pouvez créer comme type d'humain, ce qui peut être un peu lourd par moment. Attention, dès la création de personnage, il y a déjà des éléments pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes et il faut savoir que le jeu en lui-même en est truffé (la sexualité est partie prenante dans les dialogues et le jeu en lui-même). Même si la ville possède de nombreux PNJs pouvant augmenter artificiellement votre personnage grâce à des implants cybernétiques, il n'est pas possible pour le moment de changer d'apparence physique directement en jeu.

 

 La mort à chaque coin de rue

Avant la fin de la création de votre personnage, vous aurez deux choix à faire. Tout d'abord, vous pourrez ajouter des points de compétences dans les caractéristiques de votre personnage. Ces derniers boosteront passivement votre personnage en lui octroyant différents bonus comme des dégâts supplémentaires avec un types d'arme. Le second choix à opérer concernera votre mode de vie (Corporation, Nomade ou Street Kid) qui aura une conséquence dès le début de la partie et surtout au niveau des dialogues durant les quêtes du jeu.

Tout de suite après le prologue du jeu (servant surtout de didacticiel), vous serez plongé dans la ville de Night City en tant que mercenaire. Même si dans l'Acte 1 vous êtes cantonné à un seul quartier de la ville, vous aurez déjà la possibilité de faire tout ce que vous souhaitez, que ce soit par des quêtes ou tout simplement en open-world. Le jeu intègre de nombreux petits événements vous permettant d'aider la police à éliminer la pègre locale ce qui vous fera gagner de l'expérience mais surtout de la réputation qui est utile pour débloquer certains contenus du jeu ainsi que des objets auprès de certains PNJs. Même si vous êtes dans une ville de voyou, vous ne pourrez pas faire ce que vous voulez et toute action illégale que vous entreprendrez vous conduira tout de suite à obtenir un mandat d'arrêt contre vous et la police à vos trousses (et ils sont assez tenaces).

Que ce soit la quête principale ou les quêtes secondaires, vous pouvez les aborder comme vous le souhaitez que ce soit en mode gros bourrin ou en mode filou. Pour ma part, ayant effectué de grands moments de jeu sur Splinter Cell et Deus Ex, j'ai opté de jouer mon premier gameplay sans être vu et sans tuer aucun ennemi (juste les étourdir). A l'inverse des deux autres jeux sur Cyberpunk, cela se révèle assez compliqué et long à cause des nombreux obstacles que le jeu mettra au travers de votre route. Vous êtes par contre bien aidé par la mécanique de piratage réduisant la visibilité des ennemis ou les étourdissant temporairement. Le piratage peut être aussi utilisé de façon offensive en infligeant des dégâts directs ou sur la durée.

La customisation de votre personnage ne sera pas que visuelle. Outre le fait que vous avez un panel d'armes et d'armures avec des bonus allant du type de dommages aux bonus passifs, la customisation se fera elle aussi par l'arbre de compétences qui est plus que riche (un peu trop même). Ce dernier est divisé en cinq parties principales qui sont elles-mêmes composées de deux ou trois sous-parties. Les points pour les "parties principales" seront obtenus lors d'une montée en niveau alors que les points pour les sous-parties auront plusieurs sources possibles (niveau, réputation, efficacité, ...). A savoir que les sous-parties peuvent être réinitialisées auprès de certains PNJs.

 

Conclusion

Malgré le fait que le studio ait loupé les versions PS4/Xbox, la version PC est vraiment une prouesse technique et promet de nombreuses choses aux joueurs qui iront fouler Night City. Que ce soit la customisation, la liberté ou même la narration, le jeu est d'une immersion vraiment impressionnante. Il restera à l'équipe de CD Projekt de corriger les nombreux bugs présents ainsi que d'ajouter différents contenus qui manquent un peu (customisation en jeu par exemple).

Un des avantages sur PC est que la communauté est déjà présente pour modder celui-ci sur le plan technique (reShade par exemple) ou même pour corriger/ajouter du contenu mineur. Pour le moment, je ne me suis pas penché sur le sujet pour éviter tout souci avec une future mise à jour mais ma seconde partie n'y échappera pas !


Jeux du moment

>> Liste complète <<