Publicité

Fuser – Devenir un Daddy DJ, c’est possible ?

De Karaoké Revolution à Guitar Hero, en passant par Rock Band, Dance Central ou plus récemment Audica (jeu de tir rythmique en VR), Harmonix Music System a une constante, les jeux de rythme. Ce studio a su populariser le genre et le rendre accessible au plus grand nombre, et rempile avec un jeu nous permettant d’incarner un DJ : Fuser.

Oubliez de suite DJ Hero, qui n’a en commun que le job de notre protagoniste principal. Ici, il ne faut pas appuyer en rythme sur une suite de touches, mais s’imprégner de la rythmique et compter les mesures pour pouvoir mixer convenablement et efficacement, afin de plaire au public en face de nous.

Une partie des pistes offertes d'entrée de jeu !

Je dois le confesser, je suis un bien piètre musicien, et pourtant, j’adore cela. Les productions d’Harmonix m’ont toujours permis d’usurper et de me sentir bon l’espace d’un instant… Pour autant, je craignais Fuser. Car oui, je peux suivre sans soucis une suite de touches qui défile à l’écran… Mais quand vient le moment de mixer, c’est une autre paire de manche.

Heureusement, le studio a tout prévu, et une bonne partie du mode campagne fait office de long tutoriel, afin d’amener les nombreuses mécaniques du jeu une par une. La campagne scénarisée nous fait rencontrer différents DJ, chacun avec une personnalité assez bariolée et une préférence musicale… du fêtard au gamin prodige spécialisé dans les paillettes et les arcs-en-ciel, on se fera chacun sa propre opinion vis-à-vis de ces personnages, qui remplissent convenablement leur rôle de mentor, mais feront tiquer certains joueurs allergiques à leurs répliques.

Nous pourrons également créer notre/nos avatars à faire tourner en fonction de la scène ou de notre envie du moment. Le jeu se veut résolument coloré et cartoon, et ça se vérifiera dans les possibilités de personnalisation de l’avatar. On peut rester dans la sobriété… Ou virer dans l’excès total et créer un personnage totalement unique, paré d’un pantalon de cycliste, d’un masque de lapin et d’un crop-top rose du plus bel effet. Un détail appréciable : peu importe que l’on incarne un homme ou une femme, le choix vestimentaire reste le même. Rien n’empêche donc un homme de porter une jupe et de se maquiller telle une diva. Ce que j’ai bien entendu fait.

On peut personnaliser son avatar comme on l'entend !

Le choix est relativement limité au début, puisqu’on débloquera une partie des effets en progressant dans le jeu et en obtenant des points de style… et c’est probablement un des premiers soucis du jeu, car le jeu est relativement avare en récompense et points.

On dispose de deux monnaies dans le jeu : une qui sert à débloquer des titres parmi le catalogue disponible, et la seconde qui permet de personnaliser la scène ou son avatar.

En progressant dans la campagne, on débloquera pas mal de points… mais trop peu pour débloquer l’entièreté du catalogue à disposition au lancement… Il faudra donc farmer pas mal en mixant pour faire augmenter son niveau de joueur et ainsi débloquer ces précieuses ressources.

En soi, ce n’est pas si problématique, puisque ça étire le jeu sur la longueur et augmente sa durée de vie, mais la politique tarifaire d’Harmonix est connue pour être assez… discutable. Et voir une édition VIP facturée 35€ de plus pour 25 musiques supplémentaires et 4 éléments cosmétiques n’est pas de bon augure pour la suite. Au moins, sauf mauvaise surprise, on peut débloquer ces éléments en farmant, donc le passage à la caisse n’est pas obligatoire… si vous ne vous lassez pas avant.

Quand on fait plaisir au public, il réagit toujours de manière rigolote

Car oui, il est temps d’entrée dans le cœur du jeu : dans Fuser, on apprend à devenir DJ. Alors, non, vous ne serez pas David Guetta en terminant la campagne du titre, loin de là même. Le jeu se veut en effet plus permissif que d’autres jeux du genre plus sérieux disponibles sur Steam. Si, au départ, on se contente de poser des disques sur les platines en espérant un rendu convaincant, on devra vite apprendre à être plus réactif et à avoir l’oreille musicale pour produire quelque chose d’à peu près sympathique. Chaque musique dispose de 4 pistes séparées en couleurs différentes : bleu, vert, jaune et rouge. Chaque couleur va représenter un instrument spécifique. On peut donc associer la guitare de Bring Me To Life à la voix de Lady Gaga chantant Born This Way, avec les percussions de Call Me Maybe, et pourquoi pas mettre un peu de 50 Cent pour achever le mix ?

Qu’on soit clair, la décence et le bon goût interdisent un mix du genre. Mais pas le jeu… Et pas le public, qui pourrait même s’en satisfaire. Car oui, le public ne réagit pas au produit « fini ». Votre mentor va imposer quelques objectifs, et le public va, plus ou moins régulièrement, faire quelques doléances, du type « J’adorerais entendre la voix d’Amy Whinehouse ». Si vous remplissez la consigne, vous gagnez quelques points qui s’ajoutent au score global, sinon, le public sera déçu et vous le fera payer via la jauge d’appréciation. Si cette dernière atteint 0, c’est Game Over, si en revanche vous mixez efficacement, ce dernier vous récompensera régulièrement.

Avant chaque scène, on dispose d'un thème, à nous d'ajouter les titres adéquats... On peut aussi personnaliser la scène, et choisir instruments et effets pour rendre le mix plus original !

Pour mixer correctement, on dispose d’une barre de mesure au-dessus des platines. Cette dernière compte de nombreux temps. Toutes les 4 mesures, on dispose d’un temps fort, donc le changement de disque doit se faire à ce moment-là. Chaque piste va toutefois disposer de moments de levée (une envolée lyrique pour la voix par exemple, ou un début de refrain) sur lesquels vous pourrez vous appuyer pour grappiller quelques points bonus. Et c’est « tout », le public ne réagit quasiment qu’à ça. La difficulté sera surtout à votre niveau, quand le DJ mentor vous demandera d’aller poser une boucle de piano qu’il faudra créer vous-même via une table de mixage et de la mettre à un moment précis de la piste, puis de gérer ses différentes requêtes.

Tout cela arrive progressivement dans le jeu, et vous aurez plusieurs scènes pour vous habituer aux nouvelles mécaniques, mais chaque chapitre se clôture par la tête d’affiche à minuit, que vous devrez gérer, et qui va vous demander de mettre en application tout ce que vous avez appris. Et là, je vous dis bon courage, la défaite peut arriver assez rapidement, et il m’est arrivé de retenter une scène à plusieurs reprises. Vous serez à chaque fois évalué sur 5 étoiles. Des récompenses sont disponibles à 3 et 5 étoiles… Si les 3 étoiles sont atteintes assez aisément, les 5 étoiles sont parfois très retorses à obtenir.

En termes de catalogue, le jeu dispose d’une centaine de titres au lancement, c’est conséquent… pour autant, en fonction de ses affinités musicales, on peut se retrouver à tourner assez vite en rond, et la difficulté à tous les débloquer n’aide pas. Toutefois, que vous soyez amateurs de Rap, de Rock, de Pop ou encore de Country, vous devriez trouver quelques titres à votre goût.

Les mentors sont tous plus originaux les uns des autres !

Un mode communautaire a été ajouté et permettra de s’affronter régulièrement sur des thèmes spécifiques. Différents mix seront également mis en avant, ce qui vous permettra de suivre vos DJ préférés, voire même de « clipper » certains mix pour les utiliser sur vos mix persos. En l’état toutefois (avant release), le contenu est trop mince pour que l’on puisse correctement juger ce dernier.

La prise en main se fait assez instinctivement, que ça soit à la manette ou au clavier/souris. Techniquement, rien de transcendant toutefois. Le rendu cartoon permet au jeu de tourner sur un grand nombre de machines et rend le jeu accessible même aux plus jeunes (en dehors des musiques parfois « explicites »).

Fuser est un jeu à nul autre pareil, qui apprend à « comprendre » la musique. Oui, on sait tous qu’une musique dispose d’une rythmique et qu’il y a des temps à respecter, mais jusqu’à présent, je n’ai pas souvenir d’un jeu qui nous enseigne cela aussi bien. Sa longue campagne nous permet de bien dompter ce bel outil mis à disposition par Harmonix et nous permet de faire connaître nos talents via sa plateforme communautaire… Dommage toutefois que le jeu ne réagisse pas au rendu musical, mais juste à ce qu’on produit. Sa notation trop scolaire et rationnelle crée un gros décalage entre ce qu’on entend… et ce que le jeu comprend. J’ai créé plusieurs abominations à 5 étoiles dont je suis tout sauf fier, et j’ai glané des succès pour ça… à voir comment le catalogue évolue sur la durée. Toujours est-il que le jeu devrait séduire bon nombre d’amateurs de jeux musicaux .

 


Jeux du moment

>> Liste complète <<