Publicité

Twin Mirror – L’enquête débute

Twin Mirror, proposé par Dontnod Entertainment, est un jeu d'aventure narratif prévu pour le 1er décembre 2020 sur PlayStation 4, Xbox One, et PC. J'avais déjà eu l'occasion début juillet de vous commenter une vidéo de dix minutes présentant le début de l'aventure, un article que vous pouvez retrouver ici. Pour résumer l'article en quelques mots, j'avais été bluffée par l'aspect visuel du jeu. Alors, quand j'ai eu l'opportunité de pouvoir accéder à une démo jouable des deux premières heures (qui sont devenues presque trois car j'ai pris le temps de savourer l'aventure), je n'ai pas hésité à répondre présente ! À noter que j'ai limité au maximum les spoilers dans l'article qui va suivre, et que je ne révèle aucun élément majeur de la trame (en tout rien qu'on n'apprend pas dans les 10-15 premières minutes de jeu).

J'incarne Samuel Higgs, un journaliste qui a grandi et vécu dans la petite ville de Basswood. Il y a un peu plus de deux ans, l'une de ses enquêtes l'a amené à dénoncer les pratiques illégales de la mine locale, et notamment son non respect des règles élémentaires de sécurité. À cause de son article, la mine a fermé et la ville a perdu sa principale source d'emploi, et donc de revenus. Bien entendu, Sam s'est retrouvé être la cible de tous les reproches. Plus ou moins au même moment, Anna, sa petite-amie, a rompu avec lui. Alors, il a fui ses responsabilités. Il a quitté la ville sans un au revoir à ses amis pour se cacher loin, sa culpabilité lui collant à la peau. L'histoire débute quand Sam se sent obligé de revenir à Basswood car son meilleur ami, Nick, vient de décéder dans un accident de voiture. Il trouve la force d'affronter les démons de son passé et de revenir dans des lieux remplis de souvenirs. Avant même d'arriver à la ville, il passe notamment  près d'un belvédère, à l'endroit même où il avait demandé Anna en mariage (et où elle avait refusé). Puis il arrive au bar où se déroule la veillée funèbre, pour y retrouver de vieux amis. Et, bien sûr, personne n'a oublié son article...

Avant tout jeu d'aventure narratif, le gameplay est basé sur l'exploration des environnements, pour collecter des preuves et des informations diverses, et sur les dialogues, avec des choix importants à faire qui impactent la trame. Il est encore difficile de juger de la véritable rejouabilité car ce n'est que le début, et donc les conséquences ne se font pas encore sentir. Le jeu est aussi rempli d'une foultitude de petits éléments non nécessaires à l'histoire, mais qui ajoutent à l'immersion, et font perdre un temps fou aux curieuses comme moi.

L'ambiance est sombre, entre la famille et les amis de Nick qui affrontent la perte soudaine d'un collègue ou d'un père, et la ville sinistrée. C'est simple : presque tous les habitants auxquels Sam parle voudraient partir et beaucoup sont d'ailleurs étonnés que Sam soit revenu. La pauvreté et le désespoir transparaissent dans les dialogues et les décors. Les couleurs sont dans des tons pastel et comme effacées, avec des teintes sombres, beaucoup de brun, de gris, ou de vert foncé pour les lieux que j'ai pu visiter, et brumeux pour les extérieurs. Le pharmacien est bien le seul à ne pas vouloir partir : arrivé récemment en ville, ce notable paraît même décidé à investir son propre argent dans cette communauté, ce que j'avoue je trouve louche (mais je n'ai aucun élément pour appuyer mes soupçons). Les autres personnages sont pleins de regrets et de nostalgie, même la fille de Nick qui n'arrive même pas à imaginer son futur alors qu'elle n'a qu'une dizaine d'années.

Sam est sans doute le plus perturbé de tous. Il sort à peine d'une longue dépression, si tant est qu'il en soit sorti car il est toujours sous médicaments et ne brille pas par sa joie de vivre. Il est accompagné par un double, un personnage que lui seul voit et avec lequel il discute hors du temps et de l'espace. Cet ami imaginaire l'aide à organiser ses idées et à envisager les alternatives quand des choix cruciaux se présentent. Il est aussi présent quand Sam se laisse déborder par ses émotions, il l'aide à se calmer et à se focaliser pour revenir dans la réalité. L'occasion d'interrompre le jeu narratif avec des séquences d'action couplées à des QTE durant lesquelles il faut aider le journaliste à affronter ses démons. La difficulté n'est pas un problème car il n'y a pas d'échec en tant que tel, et elle diminue à chaque erreur, pour arriver à quelque chose de très trivial. Ce n'est pas non plus très courant (deux fois sur la session). La première fois, Sam court à travers des portes, poursuivi par un fantôme, et il faut choisir la bonne. Dans une autre, il doit se focaliser sur lui-même, au milieu de dizaines de représentations de l'un de ses amis accusateurs.

Twin Mirror assume son côté thriller avec une enquête qu'il me tarde de mener à son terme. Car, en effet, des doutes sur les raisons de la mort de Nick apparaissent et Sam ne peut s'empêcher de mener des recherches... Profitant d'un esprit analytique supérieur, les indices récoltés sur les lieux de ces enquêtes sont l'occasion pour lui de reformer le puzzle des événements dans ce qu'il appelle son palais mental. Pour le seul évènement dont je peux vous parler, sachez qu'il tente de recomposer une bagarre dans un bar en trois étapes et, pour chacune d'entre elles, plusieurs options dépendent des indices trouvés : la bagarre a débuté ici, puis elle s'est déplacée là, avant de se terminer là-bas, et d'impliquer telle personne... Ces projections dans l'esprit de Sam sont formées de lambeaux de la réalité qui se décomposent tout autour du personnage, les indices et les intervenants étant formés de ces fragments éthérés. La couleur est ici plus présente, dans des environnements psychédéliques bleus.

J'avais déjà été bluffée par les graphismes dans la vidéo, et je ne peux que rester convaincue après cette session de jeu. L'animation des personnages est de haute qualité, avec un très bon jeu d'acteur, et des prises de vue proches d'un film. La caméra ne reste jamais fixe, pour offrir une image aussi parfaite que possible à chaque instant. Quelques scènes mériteraient d'être encore améliorées, notamment sur les personnages secondaires qui manquent parfois d'un peu de sentiments, voire de synchronisation labiale. Mais Sam est réellement très réussi et touchant, avec un personnage très expressif aux nombreuses mimiques qui montrent bien l'homme sombre et désabusé qu'il est devenu. La musique a aussi une place prenante, avec une qualité audio remarquable, magnifiée par cette chanson inattendue lors de la veillée sonore.

Alors oui, quelques problèmes existent, comme la caméra qui se retrouve derrière des buissons ou un téléphone portable qui flotte en l'air. Le jeu souffre aussi d'un petit bug après certaines phases d'observation où il faut faire Echap pour reprendre le contrôle correct de la caméra. Le plus galère, ce sont les zones d'interactions de certains éléments, qui sont un peu trop justes, et qui demandent de tâtonner pour réussir à mettre le pointeur de la souris pile au bon endroit afin activer l'observation du petit truc qui traine par terre. Mais personnellement j'adore ce style de jeu narratif qui mise avant tout sur la qualité de son scénario et de son atmosphère, et j'accroche totalement. Il me tarde d'être au 1er décembre pour découvrir l'aventure complète et savoir ce qui se trame dans cette ville de Basswood !

Le jeu est dès maintenant disponible en précommande sur PlayStation 4 (compatible PS4) et Xbox One (compatible Xbox Series X, et Xbox Series S) . Il sortira aussi sur PC (via l’Epic Games Store où il sera en exclusivité pendant un an).


Jeux du moment

>> Liste complète <<