Publicité

Battle Hunters – Un RPG à l’ancienne

Battle Hunters est un RPG de type classique comme on pouvait en voir sur les anciennes consoles. J’aime bien ce genre de jeux qui me rappelle une partie de mon enfance (Coucou FF7 😊). Il est développé et édité par Phase Two Games Pty. Ltd et est disponible sur Steam. Mais attention, ce jeu n’est pas un tour par tour, enfin il est en semi-tour par tour ! Nous allons découvrir ça au fur et à mesure du test, c’est parti !

Pour commencer, le menu. Il ne réinvente pas la roue et propose seulement ce que tous les autres jeux proposent. Petit plus, le jeu peut être joué à la manette. Ce qui est assez rare pour ces petits jeux indépendants. Et il est également traduit intégralement en français ! Bon quelques petites erreurs se glissent par moments, mais ce n’est pas forcément très dérangeant.

Je lance une première partie, et vous pouvez en créer jusqu’à trois. La difficulté est soit facile, soit normale, soit difficile. Pour ce test je suis parti en difficulté normale. Vous pouvez la changer à chaque fois que vous relancez votre partie.

Nous commençons par une cinématique où l’on voit notre héros, un guerrier, parler avec un hologramme d’un magicien qui nous dit de nous dépêcher de venir jusqu'à lui. Si vous jouez en clavier souris, le jeu se joue principalement à la souris. J’avoue que le fait de devoir laisser le clic gauche appuyé ne m’a jamais vraiment plu. Le premier combat arrive, et c’est là que je vais vous expliquer le semi tour par tour. En fait vous sélectionnez les actions de vos personnages quand le temps est arrêté. Vous sélectionnez quel ennemi vous souhaitez attaquer. Et vous débloquez des techniques spéciales au fur et à mesure du combat. A la fin de ces combats vous gagnez de l’expérience qui vous permettent de monter les caractéristiques de vos personnages. Vous débloquez ainsi d’autres personnages au fur et à mesure de votre progression dans l’histoire, sachant que votre équipe est composée de trois personnages au maximum.

Comme je vous l'indiquais, et comme tout bon RPG se doit de le faire, vous avez un système de levelling et d’amélioration de personnage. Celui-ci n’est pas très complet et permet seulement d’améliorer les statistiques de votre personnage (santé, dégâts, dégâts des sorts, etc). Où je suis parvenu dans le jeu, je n’ai pas vu que l’on pouvait avoir de l’équipement, il n’y a même pas d’écran pour cela, donc je doute qu’il y en ait. Ce qui est un peu dommage car, je trouve,  cela retire une bonne partie du theory craft.

Pour vous aider également lors de votre aventure, vous tomberez sur deux marchands : l’alchimiste et le marchand. L’alchimiste vous vendra des potions qui vous donneront des buffs de soin ou de dégâts par exemple. Le marchand vous vendra de la nourriture pour récupérer votre santé.

À noter également que si vous ne possédez plus d’objets, vos héros peuvent quand même récupérer de la vie, il suffit de les retirer de l’équipe et ils vont revenir à la totalité de leur vie au fur et à mesure que vous avancerez.

Le jeu se résume, comme tout bon RPG, à réaliser des quêtes. Vous aurez principalement à aller chercher des objets qui vous permettront d’avancer dans l’histoire. Attention néanmoins ce n’est pas un monde ouvert, le jeu est relativement linéaire, mais tout de même assez simple à comprendre. Vous avez également un système de donjon composé de plusieurs salles pour arriver au boss.

Conclusion

Je ne m’attendais pas forcément à un grand jeu et j’ai été agréablement surpris. Alors, soyons très clair, ce n’est ni le jeu de l’année, ni le jeu sur lequel vous allez passer des heures non-stop. De toute façon les développeurs ne parlent que d’une quinzaine d’heures. Mais il fait le travail sans prétention. Bien sûr, il faut aimer les RPG à l’ancienne mais, si c’est le cas, alors c’est un jeu que je vous conseille sans problème dès sa sortie le 5 novembre 2020 !


Jeux du moment

>> Liste complète <<