Publicité

Ordesa – Moteur, caméra, action

Aujourd'hui, petit article test un peu, voire énormément différent, puisque nous n'allons pas parler d'un jeu, mais d'un film. Et là encore, pas un film tout à fait comme les autre, mais un film interactif expérimental.

Derrière ce projet français de la chaîne Arte et disponible sur Android, iOS et Apple TV, se cache un film d'une trentaine de minutes mettant en scène le retour de Lise, dite Lili, qui revient de sa fac dans sa maison familiale où son père vit seul suite à l'abandon de sa femme du domicile familial. Ce plot de base marque les prémices de ces drames comme on en voit souvent au cinéma français. Et le spectateur dans tout cela ? Il est incorporé dans la mise en scène sous forme d'esprit. En tant que tel, en pivotant l'appareil dans un sens ou dans l'autre, vous naviguerez tel un fantôme caméraman dans ces plans panoramiques. Et parfois en naviguant, vous déclencherez un petit événement de l'ordre du détail et appelé souvenir. Ces souvenirs qui peuvent se présenter, si vous les déclenchez, les acteurs réagiront en fonction de leur présence... ou de leur absence. Si vous ne les trouvez pas, le film continue sans les prendre en compte.

Étant devant un "objet" de l'ordre de l'expérimentation la plus totale, je ne vais pas juger ni du jeu d'acteur que je trouve irrégulier côté féminin (les acteurs masculins s'en sortent pas trop mal), ni même du scénario qui, pour une tentative technologique et conceptuelle, doit rester relativement simple et avec une mise en scène pas trop compliquée pour tenter des choses.

Et je pense justement que si la tentative d'innover est louable, la mise en scène est maladroite. Je pense notamment à la scène d'action du film filmée de loin et lente dans son exécution, mais aussi des nombreux plans panoramiques qui ralentissent beaucoup le déroulement de la narration. Ça fait très nature morte comme ambiance, le tout manquant de vie : alors que l'action du film se déroule dans un manoir au milieu d'une forêt, il n'y a pas un seul animal à l'horizon. Je suppose que c'est extrêmement difficile d'un point de vue technique d'intégrer beaucoup de vie avec l'interactivité en dehors des 5 acteurs, sans marquer de pause et juste pour rendre l'ensemble plus riche, plus vivant en tant que film, mais 4 ou 5 figurants ou seconds rôles de plus auraient pu apporter un peu de substance à l'ensemble en termes d'intrigue et de démo technique.

Puisque j'ai abordé le sujet technique, c'est à dire harmoniser en post production le côté film avec l'interaction, il me semble nécessaire de préciser que dans l'ensemble c'est fluide, sans réel "faux raccord" entre les interactions et le film. Mais ne vous attendez vraiment pas à un film interactif comme X-Files le jeu vidéo ou des jeux plus récents qui vous demanderont de faire des choix. Ici vous êtes spectateur, pas joueur, malgré votre légère implication dans la mise en scène.

Pour le petit prix auquel Ordesa est proposé, si vous aimez les curiosités et autres expériences cinématographiques, allez donc y jeter un coup d'œil. Ce moyen métrage n'est pas exceptionnel, l'interaction telle qu'elle est intégrée est expérimentale mais c'est justement le genre de choses originales qui peuvent être les balbutiements d'un nouveau genre de films, en tout cas selon mon humble opinion de cinéphile. En espérant voir dans un futur proche d'autres essais de ce concept encore plus ambitieux en termes de narration et de mise en scène...


Jeux du moment

>> Liste complète <<