Publicité

Ary and the Secret of Seasons – La vérité est ailleurs

Je me rappelle encore l'énorme claque dans la tronche que je me suis pris lorsqu'est sorti le légendaire The Legend of Zelda : Ocarina of Time sur Nintendo 64. Ce chef d'œuvre a laissé une trace tellement grande dans l'histoire du jeu vidéo qu'encore aujourd'hui de nombreux joueurs le vénèrent et des développeurs utilisent les codes qu'il a instaurés pour proposer des aventures avec l'ambition d'égaler ce modèle tant envié.
Aujourd'hui, Ary et le Secret des Saisons se présente comme un challenger intriguant du jeu d'aventure pour tenter de détrôner LA Légende qu'est devenue Link.
Y arrivera-t-il ? Réponse dans ce test...

La réponse est donc non, absolument pas, impossible, no way et, plutôt que de continuer tout le reste du test à indiquer tous les synonymes français et dans d'autres langues de la négation, je vais plutôt vous expliquer pourquoi Ary et le Secret des Saisons m'a très fortement déçu et vous décevra également malgré son charme visuel et l'originalité apportée par le système de saisons.

D'abord, l'histoire. Vous êtes Aryelle, surnommée Ary, fille du gardien de l'hiver incapable d'accomplir son travail en pleine crise de dérèglement de saisons à cause de la peine infligée par la disparition de son fils et héritier. Ary, tête brûlée et toujours partante pour chercher l'aventure va prendre sa place pour découvrir ce qui se cache derrière les nombreux dérèglements climatiques. Rien de très original et cela aurait été acceptable si la mise en scène et la narration avaient été maîtrisées. Le jeu se précipite dans son histoire et finalement adopte une aventure sans originalité ni saveur malgré le charme qu'il dégage et le potentiel qu'il instillait lors de son annonce.

La technique est la suivante sur la liste des griefs. On a affaire à un jeu très en retard, très vide (on dirait presque de la N64 pour les décors) et bourré de bugs en tout genre, même des bugs que vous n'auriez jamais imaginés possibles. Nommez-les, Ary les a probablement. Et ce ne sont pas que des petits bugs, mais également des gros qui empêchent de progresser comme des événements qui ne se déclenchent pas alors qu'ils devraient, bloquant ainsi la progression ou votre personnage qui devient invisible suite à une discussion avec un PNJ annexe qui se déclenche automatiquement alors qu'elle n'aurait pas dû, etc. C'est clairement le genre de jeu qui n'a jamais vu passer l'étape de débogage tant ces derniers sont présents en quasi permanence.

3ème souci : le gameplay. Si Ary utilise un système de sphères saisonnières pour résoudre les énigmes et progresser, tout ce qui est combat est très brouillon et inconsistant. Les menus et l'interface sont fastidieux et manquent clairement d'ergonomie. Le système de sphères de saison est lui intéressant, même s'il a des bugs comme le reste du jeu. En utilisant une sphère associée à une saison, l'environnement à l'intérieur de cette sphère adoptera les caractéristiques de la saison : une sphère d'hiver gèlera les eaux et fera apparaître des plateformes invisibles. La sphère d'automne fera disparaître, par exemple, les feuillages, ronces et autre verdure. Chaque saison propose ainsi ses propres subtilités, mais en pratique, on tourne rapidement en rond.

Un des points forts d'Ocarina of Time était sa bande son sublime et féerique. Ary et le Secret des Saisons ne lui arrive même pas à la cheville avec sa pauvreté de bruitages qui sont rarement synchrones avec l'action et montant jusqu'à 2 secondes de décalage, une musique oubliée aussitôt le jeu stoppé.

Bref, je ne vais pas continuer à dépeindre la déception que ce jeu a provoqué en moi. Je l'ai commencé hyper enthousiaste pour finir complètement déçu comme rarement je l'ai été par un jeu vidéo. Si au moins la tonne de bugs n'était pas de la partie, la pilule serait probablement mieux passée, je pense... Il est à noter qu'un patch est prévu pour bientôt, nous mettrons à jour cet article si cela règle, comme promis, les problèmes rencontrés !


Jeux du moment

>> Liste complète <<