Publicité

HyperBrawl Tournament – Castagne, handball et pouvoirs

Une balle à mettre dans des cages, de la castagne et des pouvoirs... j'ai testé pour vous HyperBrawl Tournament ! Sur la fin des années 80 sortait Speedball, une sorte de mélange entre du hockey et du handball, en un peu plus violent quand même. HyperBrawl prolonge cette idée, avec des arènes en 2 contre 2, dont le but est bien entendu de marquer, mais en usant de tous les coups bas à notre disposition.

Alors que Rocket League est sorti depuis déjà 5 années, les jeux de cet acabit, alliant un gameplay simple, mais profond, de la compétitivité et du fun, sont au final assez peu fréquents, et surtout rarement au même niveau de qualité. Pour ma part, j'attends depuis longtemps un jeu qui saura me tenir autant en haleine que Rocket League. Est-ce que ça pourrait être HyperBrawl Tournament ? C'est ce qu'on va voir !

 

Gameplay

A mon sens, la base d'un jeu compétitif, c'est son gameplay, qui doit être facile d'accès, avec un degré de progression assez élevé pour les joueurs les plus exigeants. Facile d'accès, HyperBrawl l'est en effet. A la manière d'un twin-stick shooter, la visée se fait grâce au stick droit et les déplacements avec le gauche. On a un bouton pour le tir, un pour faire une passe, et un coup de pied et un coup de poing. Plutôt simple et assez intuitif, les premiers pas sont relativement aisés.

L'originalité vient de trois points spécifiques qui rajoutent un peu de piment dans les parties.

Des armes tout d'abord. Au nombre de huit, elles ont chacune des effets spécifiques. On a par exemple un rayon magique, qui attire la balle sur soi. Ou encore une épée-cyclone, sorte de tourbilol qui occasionne des dégâts aux ennemis proches. Le turbo-propulseur permet de faire un bond vers l'avant, tandis que la mine-mortier va attaquer le héros le plus proche (et attention car ça peut être le nôtre ou un allié !).

L'Hyperforce est une sorte de jauge Super, qui se remplit au fur et à mesure des dégâts reçus. Une fois pleine, le personnage devient plus rapide et plus fort. Un bon moyen de renverser le cours de la partie.

Enfin, l'Hypercourbe est clairement LE petit plus du jeu. Il s'agit de la possibilité d'incurver la trajectoire de la balle en la lançant. Plutôt difficile à maîtriser, c'est une fonctionnalité vraiment intéressante. Si je devais faire un parallèle avec Rocket League, je dirais que ça s'apparente à la technique de l'envol dans le jeu de foot-voiture, qui permet de prendre très vite l'ascendant sur un adversaire qui ne la maîtrise pas.

 

Des Héros

On a bien sûr la possibilité de choisir des héros, parmi douze. Pour être franc, ils sont assez peu originaux, chacun étant des stéréotypes déjà vus à maintes reprises. Voire pour certains ayant de grosses similitudes avec des personnages que l'on a pu apercevoir dans d'autres jeux.

On peut voir trois archétypes différents : Agile, Equilibré et Colosse. Mais je n'ai pas noté de grosses différences entre eux.

Bien sûr, comme beaucoup de jeux de ce type, il est possible de personnaliser à loisir son héros, notamment sa tenue, mais également sa célébration, ses emotes, la traînée de la balle, etc.

Je n'ai malheureusement pas eu d'informations sur le modèle économique du jeu (il est prévu pour sortir en octobre). Mais nul doute que l'on trouvera des choses à acheter dans la Boutique. Espérons qu'il s'agisse simplement de cosmétiques.

 

Des Arènes

Au total, ce sont douze arènes (pour le moment) qu'il est possible de parcourir. On retrouve des environnements assez classiques, mais plutôt bien réalisés. Sans aller jusqu'à implanter un vrai lore dans le jeu, un effort a été fait sur l'ambiance générale, notamment au niveau des noms. On retrouve ainsi le stade cyberpunk au sommet de Chrome City, le stade antique de Steelhenge ou la cour démoniaque d'Azdritch.

En plus de ça, chaque arène comporte son lot de pièges et d'obstacles, comme des plateformes mobiles, qui cassent un peu la monotonie et réservent de belles surprises.

 

Des Modes

Et pour compléter le tableau, le jeu propose au total sept modes de jeu.

Le mode Campagne permet de prendre le contrôle d'une équipe et de la mener vers la victoire. Il s'agit en fait d'une simple succession de matches, sous un prétexte de tournoi intergalactique.

Le mode Arcade permet de jouer en multi local ou solo pour gagner de l'XP. Le mode Eclair est le mode en ligne, demandant d'aligner les victoires pour gagner des récompenses toujours meilleures. Avec la possibilité aussi de créer des matchs privés.

 

Mon avis

Attendant depuis longtemps un jeu de ce style, je dois dire que les attentes étaient assez élevées. HyperBrawl n'est pas un mauvais jeu en soi, il a des idées très intéressantes et un potentiel certain.

Mais il manque clairement de punch. Les parties sont assez lentes, les personnages ont l'air de se mouvoir au ralenti. Ca manque cruellement de dynamisme. Le studio a encore un petit mois devant lui pour effectuer quelques réglages. Espérons qu'ils pourront alors corriger ce défaut, ce qui pourrait permettre au jeu de montrer tout son potentiel.

Rendez-vous donc le 20 octobre pour découvrir HyperBrawl Tournament !

 


Jeux du moment

>> Liste complète <<