Publicité

WRC 9 – Sur la ligne de départ

Lors d'un rendez-vous presse en compagnie des équipes France de Nacon, j'ai eu l'opportunité d'avoir un premier aperçu de WRC 9, avant de pouvoir jouer à une version de preview. Le jeu de simulation de course développé par KT Racing sortira en septembre 2020 sur PlayStation 4, Xbox One et PC, avant une sortie ultérieure prévue sur Nintendo Switch, PlayStation 5 et Xbox One Series X. Le support next-gen sera totalement assuré, avec notamment la prise en charge du SSD et des spécificités de la manette PS5, dans l'objectif d'assurer 60 FPS au minimum (un objectif également visé sur les générations actuelles).

Les nouveautés de cet opus sont nombreuses, mais il est néanmoins important de commencer par un petit historique. Depuis 1973, le WRC est le championnat mondial officiel de rallye, emmenant les voitures, avec leurs pilotes et leurs co-pilotes, à travers treize rallyes impitoyables dans quinze pays, couvrant les six continents. Si vous savez compter, la saison 2022-2023 sera l'occasion d'un anniversaire exceptionnel. Au fur et à mesure des itérations, le jeu essaie donc de se rapprocher de la perfection, avec toujours plus de contenu, pour que, l'année du cinquantième anniversaire, soient intégrées toutes les voitures ayant gagné un rallye depuis sa création, ainsi que toutes les spéciales, en proposant bien entendu le plus de fonctionnalités possibles, le tout dans le respect du sport. Le réalisme est donc au coeur des préoccupations du studio, afin de continuellement améliorer la physique, mais également les distances de freinage, le comportement sur les surfaces, la prise en compte du poids du véhicule...

WRC 9 reprend l'intégralité de ce que WRC 8 proposait et l'enrichit, ce qui donne un contenu impressionnant :

  • trois nouveaux rallyes : Japon, Nouvelle-Zélande, Kenya (comme la Nouvelle-Zélande et le Kenya ont été annulés à cause de la crise sanitaire, ce sera le seul endroit où en profiter !)
  • deux rallyes entièrement refaits : Finlande et Portugal*
  • 100 spéciales, dont 35 nouvelles
  • 52 équipes officielles (réparties en quatre catégories : WRC, WRC 2, WRC 3 et Junior WRC)
  • 15 voitures légendaires
  • un système de clubs pour créer ses propres championnats, avec tableau des scores intégrés
  • un mode de conduite en coopération en ligne dans lequel un joueur joue le pilote, et l'autre le co-pilote qui donne les instructions sur la route à l'audio*
  • plus de défis avec un système de quêtes quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles
  • des améliorations techniques avec la prise en charge de Direct X 12
  • des évolutions du mode carrière qui conserve son système de gestion des compétences mais ajoute des super skills et la possibilité d'aller au-delà du niveau 50
  • un nouveau système de caméra pour rejouer une course
  • un mode photo*

Les points marqués d'un astérisque seront ajoutés après le lancement, dans des mises à jour entièrement gratuites.

Le système de club est, bien sûr le gros point, de cette version, avec l'espoir que cet outil soit utilisé par les communautés ou, pourquoi pas, directement par certaines marques ou organisations réellement impliquées dans le WRC. Bien sûr, cela permettra aussi tout simplement de créer ses propres championnats entre amis, sans forcément grand chose à la clé sauf de pouvoir se vanter de ses compétences de conducteur virtuel (toute cascade ne saurait être reproduite dans la vie réelle, bien sûr !). C'est en tout cas la première étape des compétitions eSports WRC prévues pour 2021. L'outil offre la possibilité de sélectionner jusqu'à huit spéciales, avec le choix de la durée, de la période, du lieu, des règles, des voitures autorisées, du mode de partage (public ou privé)...

Je n'ai pas pu tester cette fonctionnalité, non encore disponible dans la version fournie, les rallyes étaient eux par contre déjà présents.

Le Kenya emmène en safari, dans un environnement africain typique, avec ses girafes, ses grands étendues de terre rouge et même son village. Il n'y a pour ainsi dire pas de dénivelés, les routes exclusivement de terre offrent généralement de bonnes échappées si la trajectoire n'est pas parfaite, même si c'est rapidement s'exposer à des malus pour sortie de route. Il offre globalement plus de tournants que je ne l'attendais, avec des parties en pleines forêts avec de petits arbres très traîtres ou encore entre les maisons.

La Nouvelle-Zélande nous entraîne en basses montagnes, dans des paysages dignes de la Terre du Milieu, mais plus dans une région où habiteraient des Hobbits, très verdoyante. Roulant sur des routes de terre ou de gravier le long de la mer, la vue est de toute beauté, quoiqu'une erreur ne pardonne pas. Même si je craignais tout particulièrement ces circuits, j'ai testé deux spéciales, et j'avoue que j'ai été étonnée par le plaisir de conduire, et c'est d'ailleurs ici que j'ai accompli mes meilleurs temps, réussissant à me placer avant-dernière.

Enfin, le Japon propose un rallye exclusivement sur de l'asphalte, dans une zone forestière avec des routes très étroites, qui louvoient entre les maisons et les rochers, et ne laissent aucune place à l'erreur. Alternant avec de longues lignes droites, et des dénivelés importants comportant en outre des épingles à cheveux impossibles à prendre à plus de dix km/h, ce sont des spéciales très différentes des deux précédentes, d'autant plus que la tenue de route sur l'asphalte n'est pas du tout la même.

N'étant pas une professionnelle de la course tout terrain, il m'est difficile de juger du réalisme de conduite, mais j'ai néanmoins pris un grand plaisir à conduire sur ces nouvelles routes, et à parcourir des environnements bouillant de vie, avec la foule qui s’extasie, la végétation luxuriante, les animaux, les éclairages, le tout dans un environnement sonore des plus vrombissant, la musique n'étant dédiée qu'à l'interface. Bien sûr, la difficulté est au rendez-vous ! Même si des paramètres baissent le niveau des opposants, notamment pour le mode carrière, cela reste difficile de réussir un score acceptable du premier coup. Mais c'est là toute la beauté de WRC 9, un titre beau et exigeant, mettant à l'honneur ces danseurs du bitume ! Vous pouvez dès maintenant pré-commander le jeu sur les différentes plateformes, en amont de la sortie de septembre :

Étant grand friand de jeux de simulations de courses, ce WRC 9 est vraiment une perle. Ce dernier est dans la lignée des précédents, complet, exigeant et très réaliste dans sa conduite. Le jeu offre très peu d’aide (notamment à la conduite), ce qui demande donc de l’entraînement et de la maîtrise sur toutes les routes et météos possibles : asphalte, route enneigée, pluvieuse, terre, de jour comme de nuit, sous la pluie, la neige, etc. Le jeu demandera aux joueurs de gérer tout cela. D’autant plus que certaines étapes obligeront à « affronter » plusieurs types de routes et météo en même temps. Le jeu propose d’ailleurs une option permettant de simuler les transitions météo durant les courses. Fort heureusement, le jeu offre quelques aides en dehors de la conduite, telles que la possibilité de réduire (voire complètement de désactiver) les dégâts de la voiture, et la difficulté de l’IA.

De plus, le jeu se joue parfaitement sur tous les périphériques, que ça soit au clavier, à la manette ainsi qu’au volant/pédalier. Bien évidemment, comme toute simulation qui se respecte, le volant est la meilleure solution ! Toutefois, le jeu a le même défaut que WRC 8, à savoir : l’Epic Game Store. Le fait que le jeu soit dessus ne pose pas de problème en soi, le problème vient du launcher lui-même et de ses soucis de compatibilité avec les périphériques, nécessitant souvent de redémarrer le jeu plusieurs fois, voire redémarrer le PC pour que cela fonctionne. Toutefois, je répète, le souci vient du launcher et non du jeu lui-même.


Jeux du moment

>> Liste complète <<