Publicité

Flashing Lights – Pin pon !

Ne pouvant résister à l'attrait d'un nouveau jeu de simulation, je me suis intéressée ce week-end à Flashing Lights, un jeu développé en solo par Nils Jakrins, sorti en juin 2018 et toujours en accès anticipé sur Steam.

Avec une interface des plus frustre, je lance ma première partie, gardant à ce moment les paramètres par défaut de génération du monde, qui ne proposent que 5 piétons maximum, 5 véhicules sur la route, et peu de véhicules garés. J'ai par la suite lancé une nouvelle partie en mettant tout au maximum. Si votre ordinateur le supporte, je le conseille vraiment, car cela rend le monde tellement plus vivant.

Trois rôles sont proposés : policier, pompier et ambulancier.

La personnalisation du héros n'est pas définitive et, même si le jeu donne l'impression de repartir à zéro à chaque chargement, re-proposant la configuration de son avatar, tous les scores sont bien conservés. En se rendant dans son QG actuel (commissariat, caserne ou hôpital), il est même possible de passer d'un rôle à l'autre à tout moment, voire de se contenter de changer son apparence. Les options sont assez sommaires : trois corps par sexe, quelques chapeaux et lunettes, ainsi qu'un masque, rajouté récemment pour se mettre dans l'ambiance pandémie.

L'ultime choix passe par le véhicule, chaque profession ayant un large panel, des plus rapides aux plus complets. J'ai un faible pour la voiture de patrouille de police capable de rattraper n'importe quel contrevenant et, bien sûr, le grand camion-échelle des pompiers même s'il est infernal à conduire !

Le monde de 3.5 km² se veut réaliste, mais il pêche à réellement convaincre avec des graphismes trop propres, des assets carrés, et des textures manquant d'épaisseur. Les piétons marchent avec raideur, les femmes ont la même démarche que les hommes, et les conducteurs semblent être tous bourrés tellement ils ne vont pas droit. Il suffit de les dépasser un peu trop vite pour qu'ils partent dans le décor. En ajoutant plus d'activité dans les paramètres de création de la partie, cela rend mieux... même si cela ajoute au côté erratique de l'IA qui doit faire face à davantage d'obstacles. La conduite du véhicule est tout aussi simpliste : à fond la caisse, la sirène allumée, ça passe ! Si jamais ce n'était pas le cas, aucun souci, les accidents n'ont pas d'incidence, je suis tombée d'une colline et j'ai reculé sur le toit d'un autre véhicule sans même ralentir. Le jour où mon camion de pompier est parti en tonneaux, il est retombé sur ses roues par magie ! Par contre, même si le moteur continue à ronronner et qu'il n'y a pas une égratignure sur la carrosserie, détruire un panneau coûte 1 point de réputation et il faut éviter de tuer les piétons, ce qui coûte également cher en réputation.

La réputation est la récompense principale gagnée en effectuant des actions spontanées en jeu ou en répondant aux appels du central. Ces quêtes sont très variées, adaptées au rôle, mais pas forcément au véhicule actuellement utilisé, ce qui peut obliger à repasser au QG pour en changer. La police intervient pour stopper des bagarres, arrêter des suspects, ou dégager un véhicule gênant... Du côté de l'ambulancier, j'ai surtout été sollicitée pour des accidents de voiture. Le pompier est appelé pour les incendies, de bâtiments ou de voitures, ainsi également que pour les accidents.

Et c'est là où le jeu est génial dans sa nullité car même si tout reste super rigide et aberrant, même si ma voiture de police s'est fait éjectée dans une cour d'immeuble lors d'une intervention et que j'ai l'impression que mon infirmier pousse son brancard sur des patins à roulettes, Flashing Lights couvre un nombre de cas hallucinant et je continue à découvrir des possibilités après plus de trois heures passées en jeu. Prenons par exemple mon ambulancier, il commence en utilisant la trousse de secours pour vérifier l'état du patient, puis il place le collier cervical. S'il ne détecte rien, il utilise un défibrillateur pour vérifier le pouls de la victime et envoyer un électrochoc, suivi d'un massage cardiaque. Dans le cas d'une facture, elle se réduit avec un kit spécial. Tout se termine avec le transport en civière ou en  déléguant son patient à un autre véhicule appelé en renfort (pour pouvoir repartir sans délai sauver des vies !).

Le policier est mon rôle préféré car il ne se limite pas à répondre aux appels, il possède énormément d'opportunités dans le monde, à débuter par toutes les amendes à mettre aux voitures mal garées. Grâce à un ordinateur dans la voiture, il a accès à une base de données centrale (plaque d'immatriculation et identité des individus), à un scanner de plaques d'immatriculation et à un radar de vitesse. Les trois outils ne sont pas accessibles en même temps, obligeant à faire un choix. Je me suis du coup retrouvée à planquer sur l'autoroute pour surprendre les chauffards, avec l'obligation de me cacher ou sinon les voitures ralentissent à mon niveau. J'ai également patrouillé en centre ville, le scanner activé, pour détecter les défauts d'assurance ou les vols de véhicules. Dès que je chope un voleur, une petite poursuite s'ensuit, qui se termine toujours bien, en se rapprochant suffisamment pour forcer l'interpellation. Si rien ne se présente, rien n'empêche d'arrêter des véhicules ou des piétons aléatoires pour procéder à un contrôle d'identité ou d'alcoolémie, puis à une petite vérification auprès du fichier central pour s'assurer que tout est en règle. J'ai eu quelques bonnes surprises qui se sont terminées par des arrestations ou des amendes. Attention à ne pas se tromper par contre car, sinon, cela entache la réputation.

Le pompier débute déjà dans la caserne qui possède un grand garage, avec bien sûr, les portes qui s'ouvrent et les poteaux à descendre. Parmi ses véhicules, la grande-échelle est LE must have de tout combattant du feu. Entièrement déployable, elle est accessible, avec une lance à eau intégrée, ce qui est vraiment cool pour observer la ville depuis les hauteurs. En plus, comme au final il fait exactement comme l'ambulancier, avec en plus les outils de désincarcération qui viennent compléter son arsenal contre le feu (lance à incendie, extincteurs...), c'est également très fun à jouer.

 

Est-ce que je vous conseille Flashing Lights ? Il est objectivement difficile de le faire tant ses défauts sont risibles... Et pourtant c'est aussi ce qui fait sa force et, je pense que ce n'est pas pour rien que le jeu profite de plus de 5 600 évaluations très positives sur Steam. Il est complet à sa façon et profite d'un mode multijoueur supportant jusqu'à 10 joueurs pouvant se répartir à travers les 3 rôles. Je ne peux qu'imaginer le grand n'importe quoi que doivent devenir les parties quand le monde est habité par autant d'amateurs bien décidés à faire régner l'ordre et à sauver des vies virtuelles dont le coeur redémarre d'un clic de souris. Entièrement traduit en français, le jeu profite toujours de mises à jour régulières avec pour juillet une mise à jour des lumières, l'ajout en août de la communication vocale et courant septembre d'une amélioration de l'environnement. Je vous laisse les seuls juges de votre choix et décline toute responsabilité si vous succombez avec quelques amis. Cela se passe par là :


Jeux du moment

>> Liste complète <<