Publicité

Volcanoids – Un tour en foreuse

J'ai un faible certain pour les jeux de survie, genre dans lequel le style Steampunk est malheureusement bien trop absent. Alors quand j'ai découvert Volcanoids, développé par le studio Volcanoid (ce n'est pas une typo) qui cumule les deux, je n'ai pas hésité à demander une clé, profitant de l'ajout du mode coop' fin-avril pour tester.

Dès la création de la partie, l'interface est à la hauteur de son univers, avec une touche vieillotte rouillée qui colle bien à l'ensemble. Trois modes de difficulté sont pré-paramétrés, complétés par la possibilité d'entrer dans les détails en paramétrant soi-même les jauges. J'ai préféré ne pas me frotter à trop de challenge, je suis donc partie en facile, profitant d'un tutoriel, d'éruptions rares, de beaucoup de ressources et de peu d'ennemis. Par contre, une partie est soit multijoueur, soit solo, il n'est pas possible d'ouvrir son monde aux autres en cours de partie ce qui est vraiment dommage car, quand j'ai plus tard été rejointe par clamoune, j'ai dû reprendre à zéro.

À peine sortie d'un sous-marin, je me retrouve catapultée dans un monde futuriste envahi de robots mécaniques, dans une vue à la première personne ne faisant que vaguement parfois apparaître les mains. Si un ami est présent, son personnage est bien entendu entièrement modélisé, un gars avec un vieux pull à col roulé et un bonnet sur la tête (cela évite la modélisation des cheveux...), l'apparence ne semble pour le moment pas personnalisable. Sur la carte, chaque joueur se voit attribuer une couleur aléatoire permettant de facilement le localiser.

Les graphismes sont corrects, sans être grandioses. Ils ont cet aspect semi-réaliste commun à beaucoup de jeux de survie, qui subit la rigidité de la physique. Cela n'empêche pas l'ensemble d'être agréable et d'offrir de jolis coups d’œil, en tout cas quand la nature n'a pas encore été ravagée par une éruption volcanique.

Petit bémol sur certaines optimisations, comme les branches des arbres qui n'apparaissent qu'en se rapprochant, ce qui donne un rendu un peu bizarre la première fois. L'ambiance sonore est adaptée, avec tous les sons de vapeur, de craquements et de pressions attendues, soutenus par une musique que je n'ai pas trouvé trop redondante. J'avoue par contre que je n'ai pas mis le casque tout le temps, je ne trouve pas que ce genre de jeu nécessite obligatoirement le son pour être apprécié.

L'histoire est relativement modeste, introduite par le capitaine du sous-marin qui m'explique qu'il faut surtout faire attention aux éruptions : se trouver en surface à ce moment- là signifie la mort, sans compter tous les dégâts matériels. Il faut donc absolument se cacher sous la surface de la terre. Pour cela, on se place à des endroits spécifiques avec une foreuse modulaire, on creuse un tunnel et on descend ! Heureusement, en facile, j'ai le temps de voir venir, profitant de plus de 30 minutes de tranquillité entre chaque colère du volcan. Le sol tremble tellement avant l'éruption qu'il est difficile de passer à côté (la seule fois où je me suis fait avoir, c'est quand j'ai afk en oubliant de mettre en pause, je me suis alors retrouvée téléportée auprès du capitaine du sous-marin, mais j'ai rechargé une précédente sauvegarde, j'ignore donc si ma foreuse aussi était perdue).

Une fois enterrée, la foreuse se dirige au clic depuis une carte 2D, avec là également des ressources à collecter, des ennemis et de la lave à éviter autant que possible. Chose que je n'avais pas comprise au début : même dans le sous-sol, il y a un état surface et un état enterré (comme cela est identifié sur la gauche de la carte). Être dans une grotte ne protège donc en rien contre le feu sorti des entrailles de la terre.

Le capitaine présente les bases de l'artisanat, non pas par bonté d'âme mais plus pour que je devienne autonome et libère sa passerelle. Il me montre où se trouve une foreuse abandonnée et comment la réparer. Rapidement, les échanges ne se font plus que par radio, des quêtes guidant à travers les fonctionnalités du titre : ajouter une tourelle, créer des munitions, agrandir sa foreuse, faire des recherches, fabriquer des grenades, attaquer une autre foreuse... Même une fois le didacticiel terminé, le capitaine continue à envoyer des instructions, à voir comme des pistes pour mieux comprendre comment fonctionne la foreuse. En solo, je me suis vite retrouvée bloquée, il y a des choses terriblement mal expliquées, d'autant plus que le jeu est très mal traduit, à se demander parfois s'il ne serait pas plus simple de jouer en anglais. En duo, nous avons réussi à aller beaucoup plus loin, déjà parce que j'ai pu mieux comprendre certains points en profitant d'une seconde explication et surtout parce que clamoune rapportait énormément de choses à notre foreuse et, dans le tas, il y avait ce qu'il nous fallait pour progresser. En plus, cela me permettait de me concentrer exclusivement sur l'artisanat et les améliorations de notre machine, sans avoir à m'inquiéter de me cacher sous terre le moment venu.

Par contre certaines choses restent peu claires, les quêtes n'affichent pas toujours leurs objectifs, ces derniers se mettant à disparaître ou à sauter d'un joueur à l'autre. Il suffit par exemple que clamoune récupère de la poudre noire pour qu'automatiquement la tâche de créer des balles lui soit attribuée, ce qui m'a complètement bloquée de mon côté, jusqu'à m'empêcher de bouger tant que cette étape d'artisanat n'était pas complétée. Les recherches sont aussi assez obscures, créant des éléments qui ressemblent aux objets mais certains s'installent dans le noyau même de la foreuse (via l'inventaire partagé) tandis que d'autres sont des éléments à placer à l'extérieur. Celles dans le noyau paraissent volables, tout comme le reste de ce qui traîne dans l'inventaire des foreuses ennemies, mais restent "attachées" ce qui nous a laissés perplexes. Nous avons tenté de complètement détruire l'une d'elles pour récupérer une meilleure foreuse, sans plus de succès.

Ensemble, nous avons tout de même bien avancé. Nous nous sommes promenés dans le monde, allant jusqu'au niveau -2, récupérant plein de cuivre, de soufre, de charbon et de fer. Clamoune a mené une guerre acharnée contre les robots qui se tuent d'une balle ou deux maximum à la surface, mais deviennent bien plus dangereux et nombreux dans les tréfonds, obligeant à passer au fusil à pompe et à la grenade. Après avoir détruit leurs foreuses, nous avons amassé des pièces technologiques utiles pour les recherches et récupéré tout un tas de trucs complètement inutiles en plusieurs exemplaires, dont cinq périscopes, trois sièges de pilotes et six régulateurs d'état. On sait jamais, ça peut servir !

 

L'intérieur, tout comme l'extérieur de la foreuse est totalement modulaire, permettant d'installer où on le désire les machines, les espaces de stockage, les écrans de contrôle et les objets de vie. Comme nous l'avons agrandie, nous avons donc désormais une salle entièrement dédiée aux coffres, ce qui m'offre plus d'endroits où ranger notre joyeux foutoir ! Par contre, nous n'exploitons pas encore beaucoup les plafonds, ce à quoi il faudra remédier dans un futur proche afin de gagner de la place (les échelles et les planchers sont eux aussi modulaires).

 

Conclusion

Encore obscur sur certains de ses systèmes, Volcanoids n'est pas à appréhender comme un jeu de survie classique, et il prend tout son sens en groupe. La quantité de ressources à accumuler et toutes les choses à faire sont vite rébarbatives en solo, d'autant plus que le temps est limité à cause des éruptions, ce qui oblige à toujours bien synchroniser ses interventions et à ne pas être tête en l'air. À plusieurs, le jeu reste complexe, mais devient bien plus amusant, car se créent une véritable coopération et une bonne répartition des tâches. Je vous le conseille donc sans hésiter si vous êtes au moins deux à vouloir vous lancer dans l'aventure. Si vous êtes plutôt du genre solo uniquement, j'ai pour ma part été plutôt déçue de mon expérience solitaire, mais à vous de voir si vous pensez être capable de vous en sortir seul ou pas !


Jeux du moment

>> Liste complète <<